Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 02 mai 2008

L'Ukraine est désormais la nouvelle frontière de l'Union européenne à l'Est

Dans la nuit du 20 au 21 décembre 2007, la frontière entre la Slovaquie et l'Ukraine est devenu le nouvel avant-poste de l'espace Schengen. Une frontière considérée comme un maillon faible par l'Union Européenne.

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 04 avril 2008

C'est le printemps... de l'Europe !

Si le printemps peine à s'imposer, le Printemps de l'Europe lui est déjà lancé. Depuis le 25 mars et jusqu'au 30 juin 2008, la sixième édition du Printemps de l'Europe se propose d'encourager les jeunes esprits à s'intéresser davantage à l'Union européenne.

1922562311.2.jpg

L'événement est organisé par la Commission européenne, en collaboration étroite avec le Parlement européen. Les vice-présidents du Parlement Alejo Vidal-Quadras et Mechtild Rothe, ainsi que la députée européenne Katerina Batzeli, présidente de la commission parlementaire de la culture et de l'éducation, sont en charge du projet.

586710858.jpgL'objectif est d'améliorer les connaissances sur l'Union européenne et le fonctionnement des institutions dans les écoles du monde entier. Depuis six ans, rappelle Alejo Vidal-Quadras, vice-président du Parlement, responsable de la politique d'information et communication, "la célébration du Printemps de l'Europe est devenue une date significative aux yeux des jeunes européens".

Les élèves sont incités à établir un dialogue avec leurs professeurs afin de partager leurs opinions au sujet de l'Europe et de développer leurs connaissances.

Dans le cadre de l'année du dialogue interculturel, le thème choisi pour cette sixième édition est le rapprochement des cultures par le dialogue. "C'est un appel à valoriser nos diversités culturelles pour notre projet commun. Après tout, notre Union représente l'harmonisation de langues différentes, d'histoires, croyances et traditions qui visent des valeurs universelles telles que la liberté, la paix, la démocratie et le respect des droits de l'homme." explique M. Vidal-Quadras. 267133939.gif

Le point d'orgue de ce printemps de l'Europe sera comme chaque année la semaine du 9 mai, fête de l'Europe, au cours de laquelle de nombreuses manifestations seront organisées dans l'ensemble de l'Europe.

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 28 mars 2008

Le Forum de Paris s'ouvre aujourd'hui

1605745283.gif

1124788598.jpgLe Forum de Paris rassemble les chefs d'entreprise, scientifiques, universitaires, journalistes de la communauté internationale, désireux de dialoguer et d'échanger par-delà la Méditerranée. Depuis 2004, l'Unesco abrite ses rencontres. La première édition avait pour thème « Le choc des civilisations ». Un an plus tard, le Forum s'interrogeait sur les défis posés par l'euro-méditerranée et poursuivait ses réflexions en 2007 sur le bilan de 50 ans d'Union européenne. Durant tout ce week-end, des personnalités du monde politique et économique se pencheront sur la récente adoption du projet européen d'une Union pour la Méditerranée qu'ils nourriront de leurs réflexions. RFI, partenaire de l'évènement, sera présente en direct de l'Unesco.

 

10:53 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 14 mars 2008

Le Parlement européen fête ses 50 ans !

222809356.JPG

1501518286.jpgLe 19 mars 1958, l'Assemblée parlementaire européenne tenait sa première réunion constitutive à Strasbourg. Elle comptait alors 142 membres, parlant quatre langues. Ces derniers étaient alors désignés, et non élus, et ne disposaient que de faibles pouvoirs consultatifs.

Aujourd'hui, on compte 785 députés européens, s'exprimant dans 23 langues officielles et élus au suffrage universel direct depuis 1979. Entre-temps, l'Assemblée parlementaire européenne est devenue Parlement européen, le 30 mars 1962.

En 50 ans, le Parlement européen n'a pas seulement gagné en nombre de députés. Ses pouvoirs se sont élargis, d'un rôle consultatif vers un statut de co-législateur sur une grande majorité de sujets. Le traité de Lisbonne étendra encore les compétences du Parlement européen. 346061346.jpg

Le Parlement européen a célébré cet anniversaire mercredi 12 mars à Strasbourg au cours de sa session plénière. Une séance solennelle a réuni les eurodéputés, les anciens présidents du Parlement européen, des représentants des parlements des Etats membres ainsi que des autres institutions européennes. Les interventions de Hans-Gert Pöttering, Président du Parlement européen, de José Manuel Barroso, Président de la Commission, et de Janez Janša, Premier ministre slovène, Président en exercice du Conseil, ont été suivies par un concert de l'Orchestre des jeunes de l'Union européenne.


Les dates-clés du Parlement européen :

19 mars 1958 Session constitutive de la nouvelle Assemblée parlementaire européenne (11h, Strasbourg): le PE a le droit d'être consulté par le Conseil. Pouvoir consultatif
30 mars 1962 L’Assemblée parlementaire décide de s’appeler "Parlement européen" (PE).  
22 avril 1970
 
Signature à Luxembourg du Traité portant modification de certaines dispositions budgétaires: accroissement des pouvoirs budgétaires du PE suite au remplacement des contributions financières des États membres par des ressources propres. Pouvoirs budgétaires
15 octobre 1973 Le Conseil arrête une série de mesures visant à améliorer ses relations avec le PE dans le domaine de la conclusion des accords commerciaux et amélioration de la procédure de consultation de l'Assemblée. Conseil/PE
9 et 10 décembre 1974 Le Sommet de Paris décide de l'élection au suffrage direct du PE. Election directe
4 mars 1975 Déclaration commune instituant une procédure de concertation suite à l’accroissement des pouvoirs budgétaires de l’Assemblée. Concertation
 
22 juillet 1975
 
Signature à Bruxelles du Traité portant modification de certaines dispositions financières des traités. Il renforce les pouvoirs budgétaires de l’Assemblée (le PE obtient le droit de rejet du budget et de donner décharge à la Commission sur l’exécution de celui-ci); en vigueur le 1er juin 1977. Pouvoirs budgétaires
20 septembre 1976 Adoption à Bruxelles de l’Acte portant élection des représentants à l'Assemblée au suffrage universel direct. Acte élection directe PE
7-10 juin 1979 Première élection du PE au suffrage universel direct (410 membres). 1ère élection du PE
14 février 1984 Adoption du rapport Spinelli sur le Traité de l'Union européenne Avant-projet de traité sur l'Union européenne
29-30 juin 1987 Conseil européen de Bruxelles. Pour la première fois, le Conseil européen entend le président du PE avant l'ouverture des travaux. Participation au sommet de Bruxelles
1er juillet 1987
 
Entrée en vigueur de l'Acte unique européen (AUE). Officialisation de l’appellation ''PE''. Introduction des procédures de coopération (droit à une seconde lecture) et d’avis conforme (nécessaire pour la conclusion des accords internationaux et l'élargissement). AUE: Coopération et Avis Conforme
7 février 1992
 
Signature à Maastricht du Traité sur l'Union européenne. Introduction de la procédure de codécision (avec la procédure de conciliation, applicable à 15 bases légales). Le PE a aussi le droit d'approuver la Commission et de nommer le Médiateur européen. Entrée en vigueur le 1/11/1993. Traité de Maastricht:
Codécision
18 janvier 1995 En séance plénière, les députés européens votent (417 pour, 104 contre) la nomination de Jacques Santer au poste de président de la prochaine Commission européenne. Nomination de la Commission
2 octobre 1997 Signature du Traité d’Amsterdam: simplification de la procédure de codécision, extension à 32 bases légales et droit d'approuver le Président de la Commission.. Entrée en vigueur: 01/05/1999. Traité d'Amsterdam: approbation du Président de la Commission
26 février 2001 Signature du Traité de Nice: extension de la codécision à 37 bases légales, Entrée en vigueur: 01/02/2003. Traité de Nice
Août-octobre 2007 Travail de la CIG sous le contrôle du PE, via ses trois représentants. CIG
12 décembre 2007 Signature et proclamation de la Charte des droits fondamentaux à Strasbourg (session plénière) Charte des droits fondamentaux
13 décembre 2007 Signature du Traité de Lisbonne: extension de la codécision à presque 90 bases légales. Droit de nommer le Président de la Commission, sur proposition du Conseil européen (qui doit tenir compte des résultats des élections). Traité de Lisbonne:
Nomination Président de la Commission


Source: « Les institutions de l'Union  européenne », deuxième édition, Presse universitaire d'Oxford, Oxford,  édités par John Peterson et Michael Shackleton.

07:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 11 mars 2008

Les dix priorités européennes du groupe PPE-DE

Le Groupe PPE-DE (groupe du Parti Populaire Européen et des Démocrates Européens) au Parlement européen a présenté officiellement cette semaine ses Dix Priorités pour 2008 - 2009. 

Par leurs efforts et leur engagement, les 288 Députés européens qui siègent au Groupe du PPE-DE, la force politique la plus influente du Parlement européen, s'emploient à construire une Europe qui offre des perspectives d'avenir, et qui réponde aux préoccupations majeures des 500 millions de citoyens européens.

Dans la perspective des élections européennes, le Groupe du PPE-DE s'est fixé dix priorités, rassemblées autour de quatre visions pour un avenir plus serein: Une Europe des valeurs; Une Europe de la croissance; Une Europe de la sécurité et Une Europe de la solidarité :

I) POUR UNE EUROPE DES VALEURS, grâce à :1469240466.JPG

1) la défense de valeurs fortes ;
2) une relation transatlantique solide et profonde ;
3) le développement et l'approfondissement de la politique de voisinage et la poursuite de la politique d'élargissement.

II) POUR UNE EUROPE DE CROISSANCE ET DE PROSPÉRITÉ, grâce à:

4) l’achèvement d'un marché unique efficace et ouvert et la poursuite des objectifs de la Stratégie de Lisbonne afin de promouvoir une société européenne dynamique, innovante, et fondée sur la connaissance;
5) la définition de ressources propres à l'UE dans un avenir proche et la stabilité budgétaire et l'indépendance de la politique monétaire.

III) POUR UNE EUROPE PLUS SURE, grâce à :

6) l'intensification de la lutte contre le terrorisme  et pour la protection des citoyens contre la criminalité organisée;
7) une politique énergétique cohérente dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et d’un développement durable ;
8) la sécurité et la sureté alimentaire ;
9) une politique commune de l'immigration.

IV) POUR UNE EUROPE PLUS SOLIDAIRE, grâce à :

10) une solidarité renforcée entre les États membres notamment dans le cadre de la politique de cohésion et la défense des valeurs du modèle social européen.


Si vous voulez en savoir plus sur ces priorités, vous pouvez consulter le Décalogue du groupe PPE-DE.

http://epp-ed.europarl.eu.int/Activities/docs/year2008/de...

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 06 mars 2008

L'Espagne aussi vote dimanche

1877027191.jpg

Le parti socialiste (PSOE) dirigé par le Premier ministre sortant José Luis Zapatero s’achemine vers une victoire aux élections législatives de dimanche. Les sondages réalisés au terme du débat télévisé lundi 3 mars qui opposait Zapatero au candidat de la droite, Mariano Rajoy, ont confirmé l’avance du PSOE d’au moins quatre points.

"Zapatero a creusé l’écart", confirme Adeline Percept, correspondante de France 24 à Madrid. "Mariano Rajoy est apparu comme un homme du passé se contentant de critiquer les quatre dernières années de gouvernement."

Pourtant l’élection ne semble pas susciter le même enthousiasme qu’en 2004 quand, porté par un sursaut populaire, le PSOE avait créé la surprise en défaisant le Parti populaire (PP) de José Maria Aznar, sanctionné pour sa mauvaise gestion des attentats de Madrid de mars 2004.

"Durant la campagne, les partis sont restés extrêmement vagues sur certains problèmes compliqués comme l’organisation de l’Espagne ou l’immigration", note Barbara Loyer, de l’Institut français de géopolitique à l’Université Paris VIII.

Dans un éditorial du 3 mars, le fondateur du quotidien pro-gouvernemental El Pais Juan Luis Cebrian dénonçait "l’utilisation permanente de la peur par les politiques, pour s’attirer des sympathies et obtenir des adhésions." La critique visait surtout M. Rajoy , accusé de faire une campagne anxiogène en concentrant ses attaques sur l’économie et la politique d’immigration. Barbara Loyer tempère ces critiques. Pour elle, la gauche espagnole aime agiter l’épouvantail du franquisme en accusant le PP de catastrophisme.

Promesses électorales sur fonds de ralentissement économiques

Ce qui change la donne en 2008, c’est l’économie, qui donne des signes d’essoufflement. Après des années de croissance annuelle de plus de 3,5 %, les projections pour 2008 ne dépassent pas 2 %. La hausse du taux de chômage pourrait atteindre 9 % d’ici la fin de l’année et le taux d’inflation est élevé, autour de 4,4 % pour le seul mois de février 2008.

"José Luis Zapatero a réussi à faire passer un message clair en attribuant les difficultés au ralentissement de l’économie mondiale et aux conséquences de la crise des subprimes", explique Adeline Percept, ajoutant : "Zapatero répète que l’Espagne garde un des plus fort taux de croissance européen et qu’elle a dépassé l’Italie en terme de PIB par habitant."

Malgré la présence de nombreux partis, la campagne est dominée par la lutte entre les deux grands partis. Les dirigeants du PP et du PSOE rivalisent de promesses en direction des jeunes et les classes moyennes, les plus touchés par le chômage et la hausse des prix. Mariano Rajoy promet des exonérations fiscales pour les bas salaires alors que Zapatero s’engage à relancer la croissance par l’augmentation du salaire minimum, du minimum vieillesse et la création d’une allocation-logement pour les jeunes.

Dans ce contexte difficile, la question de l’immigration a pris un tour particulièrement polémique. Mariano Rajoy a mis au centre de sa campagne le thème des immigrés en accusant le PSOE de laxisme pour avoir régularisé en 2005 près de 700 000 travailleurs clandestins. Le conservateur a promis l’adoption de mesures contraignantes, dont un contrat d’intégration par lequel les étrangers s’engageraient à respecter les coutumes espagnoles et veut empêcher toute future régularisation massive.

Mais la question nationale n’a finalement pas occupé la place que certains, comme Barbara Loyer, attendaient. Le PP s’est contenté de critiquer l’octroi d’un statut donnant plus d’autonomie à la Catalogne et les velléités de négociations du PSOE avec les indépendantistes basques, l’accusant de solder l’unité nationale.

Quant au grand chantier social ouvert sous le gouvernement socialiste, la légalisation du mariage et de l’adoption pour les couples homosexuels, l’autorisation de la recherche sur les cellules souches ou la fin de l’éducation religieuse obligatoire, il semble avoir remporté l’aval d’une population qui se prononce à 80 % catholique.

En cas de victoire des socialistes, reste à voir de quelle majorité ils disposeront pour former un gouvernement. C’est l’absence de majorité absolue qui avait fait chuter Felipe Gonzales en 1996, ouvrant la voie à huit ans de règne PP.

Selon Adeline Percept, le PSOE pourrait faire appel à la Gauche unie (IU) pour former une majorité. Ce parti serait prêt à monnayer sa collaboration au prix d’une remise à plat de la loi sur l’IVG. Un sujet que le parti de M. Zapatero s’est attaché à éviter de peur se mettre une majorité d’électeurs contre lui.

 

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 22 février 2008

Comparaison du Traité simplifié avec la Constitution rejetée en 2005

Reportage France 2, 19 octobre 2007.

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 20 février 2008

Le Premier Ministre expose les 4 priorités de la présidence française à Strasbourg

b4778f53adcf8af194ae0a2ccd04209a.jpg

Strasbourg plus que jamais au coeur de l'Europe!

Cette semaine, pour la deuxième fois, je participe à la session mensuelle du Parlement Européen et déjà, les choses s'accélèrent à mesure qu'approche le 1er juillet, date de la présidence française de l'Union Européenne.

En marge des réunions de commission, de groupe et naturellement de la session proprement dite, les rencontres avec les ministres français se multiplient: Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux transports d'abord, François Fillon, Premier Ministre ensuite.

Le chef du gouvernement français a pu ainsi rappeler les 4 priorités de la présidence française:

- Climat et énergie

- Immigration et asile

- Défense européenne

- Politique agricole

Mais surtout, à Strasbourg, au Parlement Européen, il a pu affirmer que, grâce à la ratification du Traité de Lisbonne, la France est de nouveau au coeur de l'Europe.

Il a demandé à tous les parlementaires européens français, quelle que soit leur étiquette, de faire oeuvre pédagogique pour expliquer aux Français les institutions européennes et pour leur dire combien l'Europe est importante pour notre avenir.

Au fond, et je le ressens tous les jours davantage, la construction de l'Europe est comparable à celle de nos communautés de communes ou d'agglomération: nous sommes tous différents mais nous avons tous un destin commun et nous sommes condamnés à réussir ensemble ou à ne plus exister.

Nos intérêts particuliers ou nos mentalités peuvent parfois s'opposer mais il nous faut élever le débat pour nous rassembler, unis dans la diversité, autour de l'intérêt général.

 

Alors, oui, après l'intervention du Premier Ministre, je me suis sentie ce mardi encore un peu plus fière d'etre Française et donc profondément Européenne!

b600599f563e350763544068d8320955.jpg

 

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 15 février 2008

La Bulgarie est entrée dans l'Hymne à la Joie

Lorsque la Bulgarie a rejoint l'Union européenne le 1er Janvier 2007, nous avons avancé encore plus vers l'unification de la famille européenne et mis fin à cette immonde balafre imposée par le Rideau de fer sur notre beau continent pendant tant d'années.

Liberté!

 

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 07 février 2008

La Constitution européenne ressuscitée par les poètes

"Il n'existe pas de peuples grands et petits
Nul d'eux n'est supérieur à aucun d'eux
Chaque langue est une infinie richesse
Un moyen d'entendre le monde entier".

 

La Constitution européenne ?adf1df161991e98c4664cd71a057e45f.jpg 
 
Oui c'est elle, revisitée par un "Collectif de poètes bruxellois", qui s'est lancé le défi de rédiger une Constitution en vers avant les élections européennes de 2009.

Le 31 janvier, journée de la Poésie aux Pays-Bas et en Flandre, le Collectif, accueilli par André De Munter et le Bureau d'information de Bruxelles, est venu présenter au Parlement européen le préambule de cette Constitution lyrique, en français et en néerlandais.

Le public était au rendez-vous, plus cosmopolite que celui qui remplit habituellement les salles de réunions de commissions.

Selon David Van Reybrouck, littérateur et chroniqueur flamand, initiateur de cette Constitution lyrique, il s'agit, par le truchement des poètes, de permettre aux citoyens de se réapproprier un projet européen dont ils se sentent aujourd'hui éloignés. Continuer à "rêver, penser, négocier cette vraie Europe" en "citoyens libres et engagés".

Par écran interposé, l'ancien vice-président de la Convention européenne Jean-Luc Dehaene, s'est félicité de cet élan constitutionnaliste lyriquement citoyen.

aee37467be43e75825f43a33c82109e4.jpgCar même s'il se réjouit, comme la majorité de ses pairs, que le Traité de Lisbonne ait sauvegardé l'essentiel de la Constitution défunte, il regrette qu'on ait désormais "un texte de même valeur que la Constitution... mais que personne ne comprend".

Regrets partagés par Anne Van Lancker, députée européenne et présidente du Mouvement européen en Belgique, qui a prodigué ses encouragements au Collectif et s'est montrée sévère vis-à-vis d'un Traité "illisible et inaccessible".

 

21:47 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 05 février 2008

Choisissez le dessin de la nouvelle pièce de 2 euros!

Ce dessin est choisi par les citoyens et résidents de l'UE qui votent sur le site web créé à cette occasion. Le vote est ouvert du 31 janvier au 22 février 2008.

53cf0ad05a7b2e454d6c3e32af083d64.gif

L’Union économique et monétaire (UEM) et l’euro

Le 1er janvier 1999, l'euro est devenu la monnaie des onze premiers pays participants et une politique monétaire unique a été mise en place sous l'égide de la Banque centrale européenne (BCE). Les billets de banque et pièces libellés en monnaie nationale ont subsisté comme subdivisions de l'euro jusqu'à leur remplacement physique par des billets et pièces libellés en euros en 2002.

L'Union économique et monétaire (UEM) est le cadre politique et économique qui soutient l'euro et complète le marché unique de l'Union européenne. L'UEM a permis de brider l'inflation et les taux d'intérêt, au bénéfice des consommateurs et des entreprises, et a favorisé des finances publiques saines et viables. La monnaie unique a supprimé les frais de change et facilité les échanges et les comparaisons de prix entre les 15 pays qui constituent actuellement la zone euro.

Choix du dessin de la pièce commémorative de 2 euros

Pour fêter le 10e anniversaire du lancement de l'UEM et de l'euro, tous les pays de la zone euro vont émettre début 2009 une pièce commémorative de 2 euros comportant le même dessin.

Dans le cadre d'un concours organisé entre les instituts d'émission de la zone euro, les directeurs des Monnaies ont procédé à une présélection; le dessin final est sélectionné exclusivement par les citoyens et résidents de l'UE qui votent sur le site web spécialement créé à cette occasion.

Le dessin gagnant sera celui ayant reçu le plus grand nombre de votes. Une personne sera sélectionnée parmi celles ayant voté pour le dessin final. Elle gagnera un ensemble de pièces de collection en euros d'une grande valeur. Le vote est ouvert du 31 janvier au 22 février 2008. Le dessin gagnant sera annoncé le 25 février 2008.

 

09:55 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 30 janvier 2008

Discours prononcé lors de l'inauguration de ma permanence

566470bb02144f489b4b2eaf5c67f1ef.jpg

Chers amis,

Tout d’abord, Merci. Merci d’être venus si nombreux ce soir. Merci de me témoigner votre affection alors que je viens de débuter mon mandat de députée européenne.

Vous avez pris la peine de vous déplacer ce soir pour me soutenir et je suis très touchée par vos marques d’amitié. D’autres personnes n’ont pu être présentes et je tiens à excuser l’absence de :

 

-Claude Gewerc, Président du Conseil Régional de Picardie;

-Monseigneur Jean-Luc Bouillereret, Evêque d'Amiens;

-Serge Camine, Président du Conseil Economique et Social Régional;

-Hervé Morin, Ministre de la Défense, Président du Nouveau Centre;

-Valérie Létard, Secrétaire d'Etat aux Solidarités;

-Margie Sudre, Députée européenne, Présidente de la délégation française du groupe PPE-DE;

-Elisabeth Morin, Députée européenne;

-André Santini, Secrétaire d'Etat à la Fonction Publique;

-Stéphane Demilly, Député de la Somme;

-Nathalie Lavallard, Présidente de l'Union des Comités de Quartiers d'Amiens;

-Jérôme Bignon, Député de la Somme;

-Alain Gest, Député de la Somme;

-Jacques Toubon, Député européen;

-Joseph Daul, Député européen, Président du groupe PPE-DE;

-Céline Lesoudard, Déléguée de la deuxième circonscription de la Somme pour l'UMP, avec qui j'ai travaillé durant de longues années lorsque j'étais Adjointe au Maire en charge du secteur Rive Droite. N'étant pas en France en ce moment, elle a tenu à me laisser un message qui m'a beaucoup ému dont je vous lis un extrait : "Je suis fière et heureuse que tu puisses nous représenter au Parlement européen". Vous comprendrez qu'obtenir un message d'une amie comme Céline qui a travaillé avec moi dans le cadre de l'équipe municipale m'ait touché.

 

« L’Union reflète notre détermination commune de mettre fin à des siècles de conflits et de surmonter les divisions passées de notre continent. (…) Notre Union constitue un projet collectif, un projet de partager notre avenir autour d’une communauté de valeurs. »

Par ces mots, les Etats membres de l’Union européenne avaient scellé le 16 avril 2003 au pied de l’acropole d’Athènes, en Grèce, l’adhésion de dix nouveaux pays, issus pour la plupart de l’ancien bloc communiste.

Depuis bientôt cinq ans, l’engagement pris au sommet de Copenhague fin 2002 pour « Une Europe » est devenu réalité. Et depuis un an, avec l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie, nous sommes 488 millions d’Européens représentés au Parlement européen par 785 députés.

 

Ce tournant que vit l’Union européenne depuis 2003 m’impressionne beaucoup car nous sommes passés en à peine une décennie du statut de Communauté économique européenne à une Europe véritablement politique, indépendante des autres blocs mondiaux.

 

Aussi, chers amis, je vous le dis, lorsque Jean-Louis Bourlanges m’a appelé au début du mois de septembre pour m’annoncer sa décision de me transmettre le flambeau au Parlement européen, j’ai tout d’abord été saisie de vertige. Je suis en effet très attachée à cette ambition européenne de préparer notre avenir autour d’une même communauté de valeurs en restant unis dans la diversité. 

Je remercie du fond du cœur Jean-Louis Bourlanges pour les nombreuses démarches qu’il aura facilitées pour moi auprès des élus et de l’administration européenne. Le jour où je suis arrivée à Strasbourg, même l’officier de sécurité du Parlement avait été prévenu par Jean-Louis qui, plus encore que le spécialiste des questions européennes que nous connaissons tous, est d’abord un homme politique d’une élégance rare.

Saisie de vertige, j’ai très vite pu assumer cette charge grâce à chacun d’entre vous. Car dans les semaines qui ont suivies, tant de personnes autour de moi se sont mises en route et m’ont aidé, par de petits coups de mains ou par des travaux de réflexion. Ce foisonnement que beaucoup ont pu constaté autour de moi m’a énormément touché et je voudrais vivement vous en remercier ce soir. Mon mandat de députée européenne n’existe que grâce à vous . C’est par vous et pour vous que j’agirai et c’est pourquoi, je tiens à remercier publiquement Gilles de Robien, à qui je dois d’avoir été candidate sur la liste « UDF Nord-Ouest Europe » aux élections européennes, dans le cadre d’un accord avec François Bayrou. Et je salue la présence parmi nous de Philippe Preudhomme, adjoint au maire de Béthune, qui fut l’un de mes co-listiers en 2004.

 

En tant que Maire-adjointe chargée de la Démocratie locale dans l’équipe municipale conduite par Gilles de Robien, je me rends compte chaque jour de la créativité et de l’esprit inventif de tous les citoyens et citoyennes amiénois et je veux vous rendre ici un vibrant hommage. Car si notre ville rayonne chaque année davantage, c’est grâce à vos initiatives foisonnantes et audacieuses.

 

Sachez que je ne vous quitte pas, je reste plus que jamais au plus près de vous. Tel un député national ou un sénateur qui se rend en moyenne deux jours par semaine à Paris, j’irai vous représenter de la même façon à Strasbourg et Bruxelles en tant que Députée européenne.

Le reste du temps, vous aurez l’occasion de venir me rencontrer à mon bureau de l’Hôtel de Ville ou à celui de ma permanence européenne du 10, rue Jean Calvin à Amiens, que vous aurez l’occasion de visiter tout à l’heure. C’est là que je travaillerai sur mes dossiers et serai à votre disposition avec mon équipe « de choc » : mes collaborateurs Florence, Valérie, Fabrice et Clément. Sans compter les innombrables bénévoles qui s’y déploieront. Une tasse de café vous y attend et vous êtes d’ores et déjà tous chaleureusement invités à revenir dès que vous le souhaitez pour passer un peu de temps dans cette permanence.

Chers amis, je tiens aussi à attirer votre attention sur un événement majeur qui aura lieu dans quelques jours. Le 4 février prochain, l’Assemblée Nationale et le Sénat français seront réunis en congrès au Château de Versailles pour adopter le Traité de Lisbonne.

Ce nouveau traité n’est pas une Constitution, contrairement aux affirmations des anti-européens. Il modifie à la fois le traité de l’Union européenne et le traité instituant la Communauté européenne.

 

Ce traité, signé le 13 décembre dernier par les 27 Etats de l’Union poursuit notamment un motif essentiel. S’il réforme en profondeur les institutions de l’Union et réorganise le financement des services publics, il va renforcer la Démocratie au niveau européen. Et c’est là un progrès essentiel.

Le Traité de Lisbonne conforte la place du citoyen dans l’Union européenne, en créant un droit d’initiative citoyen qui vous permet de demander à la Commission de présenter une proposition dans tout domaine d’action européen.

Elus par les citoyens, les députés européens verront leurs pouvoirs renforcés dès lors que le Parlement européen  sera placé au même rang que le Conseil.

C’est pour cela que j’ai choisi d’intégrer la Commission « Transports et Tourisme » ainsi que la commission « Marché intérieur et Protection des consommateurs » où se pratiquent justement ce principe d’égalité dans les décisions entre le Parlement et le Conseil de l’Union européenne. Deux commissions importantes qui seront très utiles pour votre vie de tous les jours. J’agirai ainsi toujours plus pour :  

 

-Défendre vos droits en tant que consommateurs, souvent malmenés. Je pense notamment à tout ce qui concerne les contrats souscrits avec les différents opérateurs Internet. Les exemples de litiges sont légion et il convient de mieux les réguler.

 

-Défendre le tourisme. La circonscription Nord-Ouest s’étend de Malo-Les-Bains au Mont-Saint-Michel. J’agirai ainsi pour préserver et rendre notre littoral attractif.

 

-Développer les transports. Nous nous devons de tout faire pour rendre la ligne TGV Paris-Londres par Amiens effective et je me battrai pour cela à mon niveau, à Strasbourg et Bruxelles.

Lors de la première commission à laquelle j'ai assisté mardi dernier dans la Capitale Belge , j'ai eu l'occasion de travailler avec mes collègues, sur une étude intitulée : "Les conséquences de la croissance du secteur des compagnies aériennes à bas coûts", on dit aussi low coasts, "en Europe." La Picardie est particulièrement concernée par ce sujet avec la présence sur notre territoire de l'aéroport de Paris-Beauvais-Tillé, qui fait justement appel à ces compagnies aériennes. Oui, j'ai pu voir à quel point l'Europe était concrète et présente au quotidien de vos vies. J'ai ressenti cette première séance comme un beau pied de nez à tous ceux qui pensent que l'Europe n'est pas connue et ne constitue qu'une vaste technocratie.

Enfin, la charte des droits fondamentaux sera opposable. Les citoyens pourront désormais faire valoir leurs droits devant un juge s’ils estiment qu’une mesure adoptée par l’Union compromet un droit, une liberté ou un principe énoncé par ladite charte. C’est là une conquête essentielle pour près de 500 millions d’Européens.

Oui, je suis fière et heureuse d’entrer au Parlement européen à l’heure où chacun d’entre vous devient acteur à part entière de l’Europe et surtout, au moment où la France s’apprête à assurer la Présidence de l’Union européenne. Je salue en ce sens la volonté du Président de la République Nicolas Sarkozy de replacer notre pays au cœur de la Construction européenne. Je l’aiderai de toutes mes forces, au sein du groupe du Parti Populaire Européen au Parlement.

 

Je terminerais en adaptant à ma mode une citation de Robert Schuman, le père de l’Europe : « C’est parce que je suis Amiénoise que je suis une habitante de la Somme. C ’est parce que je suis une habitante de la Somme que je suis Picarde. C’est parce que je suis Picarde que je suis française. Et c’est parce que je suis française que je suis profondément européenne. Toute notre vie est faite de ces cercles concentriques, source de liberté. »

C’est aussi et surtout parce que vous êtes mes amis que j’ai pu devenir Une députée parmi 785 élus européens à Strasbourg.

 

Près d’une autre cathédrale Notre-Dame, non loin du Rhin si souvent rougi par le sang des guerres fratricides entre la France et l’Allemagne, dans une ville où bat plus que jamais le cœur de l’Europe, je serais la représentante de la chaleur et de l’esprit bon enfant si caractéristiques de notre coin de France. Et j’apporterai votre esprit si singulier : celui qui ne renonce jamais et croit toujours en la capacité de l’homme à se remettre debout.

Cet esprit singulier, je le cultiverai plus que jamais à Strasbourg et Bruxelles où je vous défendrai quelques jours par mois. Le reste du temps, je serai à Amiens auprès de vous.

 

Pour vous à Strasbourg, pour vous à Bruxelles, avec vous à Amiens. Ma seule motivation : Amiens et les Amiénois.

 

Unis dans la diversité, je vous souhaite la bienvenue dans cette permanence, la vôtre!

 

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 29 janvier 2008

Inauguration de ma permanence : Discours de Florence et Fabrice, mes assistants parlementaires

e33b87e6f8e813daca3b5743175651f9.jpg

(Florence)

Bonsoir à tous !

Faisons d’abord les présentations : Fabrice Hinschberger…

(Fabrice)

…Florence Rangeon. Et nous sommes les assistants parlementaires de Brigitte Fouré.

Chers amis, la vie politique de Brigitte Fouré est un enchantement et vous le démontrez une nouvelle fois ce soir par votre présence massive.

La vie politique de Brigitte, et nous nous en rendons compte chaque jour, c'est aussi une inépuisable source de rencontres. Il n'est donc pas très étonnant de voir Brigitte Fouré accéder aujourd'hui au mandat de Députée européenne car, au coeur de la construction européenne, est justement inscrite cette idée de rencontre et de paix au-delà de ce que certains appellent encore des frontières.

L’Union européenne, c'est une famille de pays européens démocratiques décidés à œuvrer ensemble pour la paix et la prospérité. Ce n’est pas un État destiné à se substituer aux États existants, mais ce n'est pas non plus uniquement une organisation de coopération internationale. L’Union européenne est, en fait, unique en son genre. C'est une sorte d'OVNI politique, comme aimait à le rappeler Jacques Delors. Et c'est pour cela que Brigitte, femme politique pas comme les autres, singulière et indépendante, y accomplira de très grandes choses.

L'idée d'une unification politique des pays du continent européen, en germe depuis le XVIIIè siècle, est apparue plus que jamais indispensable dans l'Europe dévastée de l'Après-guerre. De cette volonté émerge l’Union européenne, qui malgré une histoire traversée de crises, est parvenu à l'unification économique et politique de 27 pays européens.

Nous allons à présent vous présenter tout le dispositif qui est mis en place autour de notre nouvelle députée européenne. C'est un travail qui nous a mobilisé durant de longs mois et je voudrais remercier à ce titre Jean-Christophe Parisot qui a été un ami fidèle sur cette route exigeante de l'engagement politique européen.

Si l'une ou l'autre des activités proposées vous intéresse, des bénévoles viendront à vous durant la soirée ou seront disponibles derrière des stands. Ils seront à votre entière disposition pour vous donner tous les renseignements que vous souhaitez.

(Florence)

Oscillant entre Amiens, Strasbourg et Bruxelles, l’action de Brigitte, notre Députée européenne , au service de la circonscription Nord-Ouest, composée du Nord-Pas-de-Calais, de la Picardie et de la Normandie , s’articule autour d’un dispositif bien huilé, que nous allons vous présenter :

Il ya tout d'abord, et c'est la raison pour laquelle vous êtes là ce soir... :

Une permanence ouverte sur l’Europe.

Au 10, rue Jean Calvin, à Amiens, Brigitte Fouré vous accueille avec son équipe dans une permanence flambant neuve !

Une permanence, mais aussi :

Une équipe de choc

Valérie, Florence, Clément et Fabrice forment l’ « équipe de choc » de la Députée européenne.

(Fabrice)

Une équipe de choc n'est pas une équipe de choc sans...

Des bénévoles motivés

Accueil du public, mises sous pli, rangement et petits travaux d’entretien : rien ne fait peur aux bénévoles de la permanence…

Parce que Brigitte est une députée européenne qui exerce son mandat avec les citoyens, elle a décidé de créer dès le mois de décembre 2007 :

Le Conseil de la Société Civile « Amiens Horizon Europe »

En dehors de tout clivage politique, 14 « sages » connus pour leur singularité et leur indépendance ont à cœur de partager leur expérience de vie professionnelle ou sociale en se projetant dans l’avenir.

Une fois par trimestre, la Députée européenne préside ce conseil et fait le point avec eux sur les projets du Parlement européen. Véritable « baromètre du terrain », les membres de ce conseil sont la Voix des Citoyens de l’Union au sein du mandat de Brigitte Fouré.

Et pour en savoir plus, nous accueillons sans plus attendre deux membres du Conseil Amiens Horizon Europe : Marie-Josée Jumez et Pascal Goujon.

(Intervention de Marie-Josée Jumez et Pascal Goujon)

Au-delà du Conseil de la société civile, vous pouvez soutenir et aider Brigitte dans ses nouvelles fonctions en adhérant à l'association :

"Les Amis de Brigitte Fouré"

Pour soutenir l’action de la Députée européenne dans la durée, rien de plus simple : vous aurez l’occasion d’adhérer tout à l’heure à cette association « Les amis de Brigitte Fouré », présidée par Jean-Christophe Parisot.

Vous serez ainsi tenus informés au quotidien du travail de la Députée européenne au moyen d’une Newsletter sur Internet, d’un journal « papier » et serez invités régulièrement à des manifestations dans le sillage de Brigitte.

Et pour vous donner quelques explications supplémentaires, j'appelle le Président Jean-Christophe Parisot qui, je l'espère, enregistrera ce soir des dizaines d'adhésions grâce à vous!

(Intervention de Jean-Christophe Parisot : voir ci-dessous)

(Florence)

Si vous aimez l'Art, vous palpiterez désormais pour...

Les coups de coeur de Brigitte.

Brigitte s’engage à oeuvrer pour une véritable politique culturelle européenne. Chaque mois, un artiste de la circonscription Nord-Ouest exposera une de ses toiles au sein de la permanence de la députée européenne. Il accèdera ainsi au titre symbolique d’ « artiste européen du  mois » et sa création se verra estampillée « coup de cœur de Brigitte » lors d’un chaleureux vernissage. La première artiste à s’inscrire dans cette action est Francine Brandicourt, dont vous pouvez admirer l’œuvre « Rêve de paix » depuis le 18 janvier et jusqu’au 21 février.

Nous vous présentons à présent...

Les petits-déjeuners de Brigitte.

Chaque vendredi de 8 heures à 9 heures à la permanence, dès le 1er février, la Députée européenne invite les forces vives de sa circonscription à échanger autour d’un petit déjeuner convivial. L’occasion d’appréhender les enjeux et les difficultés qui font la réalité des acteurs de terrain.

Pour rendre visite à Brigitte, vous pouvez revenir dès que vous le souhaitez à notre permanence, mais il y a aussi :

Le Parlement européen

A l’occasion de la session plénière mensuelle de Strasbourg ou du travail dans les commissions parlementaires et des sessions supplémentaires, qui ont lieu à Bruxelles, n’hésitez pas à venir visiter le Parlement européen.

Chaque Eurodéputé est habilité à recevoir des groupes, il suffit de prendre contact avec son cabinet.

Fabrice et moi seront très heureux de faciliter votre déplacement au cœur du travail législatif européen.

Vous le voyez,

le mandat de Brigitte Fouré au Parlement européen vous concerne tous en tant que citoyen et vous y serez pleinement impliqués grâce à la volonté de votre nouvelle députée européenne.

Députée européenne : le terme mérite bien d'être féminisé car, si l'on parle beaucoup des Fondateurs de l'Europe, tels Jean Monnet, Robert Schuman, Alcide de Gasperi, Paul-Henri Spaak ou Konrad Adenauer, il est bon de rappeler que les femmes y ont pris également une part très importante.

(Fabrice)

Le nom même de notre continent prend ses sources dans la mythologie.

Zeus fut séduit par une jeune princesse, Europe, la fille du roi de Phénicie. Il se métamorphosa en taureau pour s'approcher de la jeune fille et de ses compagnes qui jouaient sur une plage. Europe n'hésita pas à monter sur son dos ; c'est alors que le dieu l'enleva et traversa la mer jusqu'en Crète pour s’unir à elle. C’est de cette union entre un dieu grec et une princesse qui serait aujourd’hui libanaise, que vient le nom de notre continent : l’Europe. La rencontre et le dialogue interculturel sont donc inscrits au fondement même de notre identité.

Longtemps après les amours de Zeus et d’Europe, beaucoup de femmes ont contribué à construire notre société européenne et nous devons évoquer la mémoire de Marga Klompé, députée néerlandaise démocrate-chrétienne dans le premier Parlement européen, en 1952.

Simone Veil, première femme élue Présidente du Parlement européen par des députés élus pour la première fois au suffrage universel direct, en 1979.

Femme, Juive, rescapée de la déportation, l'élection de Simone Veil à la présidence de l'Assemblée européenne, à Strasbourg, ville biculturelle, est plus qu'un symbole. C'est l'un des retournements historiques les plus impressionnants du XXème siècle. Ce jour-là; l'Europe a gagné son âme.

Grâce à l'engagement de femmes comme Marga Klompé ou Simone Veil, d'autres femmes ont elles aussi pu porter et incarner l'Union européenne. Et ce n'est pas pour rien que le Parlement européen est aujourd'hui l'une des assemblées où les femmes sont les plus représentées au monde.

Aujourd'hui, ces femmes s'appellent notamment

Nicole Fontaine, qui fut Présidente du Parlement européen de 1999 à 2002 et qui siège dans l'hémicycle juste à côté de Brigitte,

Pervenche Bérès,

Astrid Lulling, députée européenne dès 1965,

Margie Sudre, Présidente de la délégation française du groupe dans lequel siège Brigitte : le Parti Populaire Européen et des Démocrates Européens (PPE-DE),

Frédérique Ries,  et maintenant,

Brigitte Fouré.

Demain, d'autres femmes entreront au Parlement européen car, si nous sommes 27, il y aura un jour une Europe des 35 et la famille sera alors pleinement au complet. Ces femmes seront Bosniaques, Croates, Suisses, Turques, Ukrainiennes ou Norvégiennes…

Vous aussi, ce soir, vous êtes venus dire que vous souhaitiez vous inscrire dans cette histoire et porter, enfin, une Amiénoise sur le chemin étoilé de Strasbourg.

A l'aube de la Présidence française de l'Union européenne, le travail à accomplir est immense. Nous réussirons tous ensemble.

Alors, pour finir, nous nous permettrons de reprendre les mots de Simone Veil :

(Florence)

"Cette construction européenne, c’est ce qui rattrape pour moi le passé, c’est ce qui m’a empêché d’être trop pessimiste. Pour mes enfants et mes petits-enfants, c’est très important ce qu’on leur a apporté, c’est ce qui nous fait pardonner au vingtième siècle.

Ça a donc été un des engagements très forts de ma vie. Je me suis dit que la revanche n’apporterait rien, et qu’il fallait gérer l’avenir pour les générations futures. Et, aujourd’hui, je pense que vraiment tout ce que l’Europe a apporté a été une grande chance. Il faut remercier ceux qui ont eu le courage de la faire. Il leur fallait aussi de l’imagination pour organiser des institutions qui permettent à la fois de mener des politiques communes tout en préservant la souveraineté.

« Le monde devient de plus en plus puissant. On a des Etats continents. Si les Européens ne s’unissent pas à la fois pour avoir un marché commun et au moins un démarrage de politique étrangère sur les questions les plus importantes, ils ne résisteront pas."

(Fabrice)

Merci à vous tous d'être venus ce soir pour dire que vous souhaitez résister et être une puissance dans la mondialisation et Merci à toi, Brigitte, pour nous permettre d’engager cette belle aventure.

Car désormais, et pour très longtemps, unis dans la diversité, nous avons une vraie députée européenne à Amiens.

Ensemble, à ses côtés, avec l'énergie et la force qui caractérisent si bien les Amiénois, nous transformerons les raisons d'Etat en Etat de Grâce.

Vive l'Europe et, au nom de toutes les personnes réunies ici ce soir :

(Florence et Fabrice, ensemble)

 

Bonne chance Brigitte!

 

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

Inauguration de ma permanence : Discours de Jean-Christophe Parisot, Président des amis de Brigitte Fouré

635078e9b77a058860cd35411b5bb018.jpg

Chers Amis,

Quelle bonne nouvelle ! Cette inauguration est le signe qu’une nouvelle de générations de citoyens est en train de voir le jour à Amiens !

Des citoyens européens, des citoyens libres de faire leurs choix en dehors de l’étroitesse d’esprit, de la langue de bois. Des citoyens qui veulent s’engager pour une métropole moderne dans un continent uni.

Avec un véritable attachement aux valeurs du centre et du centre-droit, de l’humanisme démocrate-chrétien du trio Gasperi-Schumann-Adenauer, l’Europe de l’Atlantique à l’Oural est notre avenir. L’avenir d’Amiens et des Amiénois.

Ami de Brigitte depuis 25 ans, conseiller de Gilles de Robien depuis 18 ans, citoyen d’Amiens depuis 15 ans et diacre de ce diocèse depuis 6 ans, je n’ai pas hésité un seul instant à présider cette nouvelle association !

Pas de doute! Tous ceux qui connaissent Brigitte Fouré apprécient son dynamisme, son sens de l'écoute, sa disponibilité authentique. Proche de tous, loyale, sans esprit partisan, rares sont les élu(e)s de cette qualité ! !

Seule parlementaire membre du conseil municipal d'Amiens, Brigitte Fouré est la personnalité qui nous sensibilise le plus à l'avenir de notre ville en Europe.

Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir nous impliquer à ses côtés. Merci à tous ceux qui se sont déjà inscrits sur le site de l’association, dont de nombreux élus d’Amiens-Métropole et de la Somme ! L'amitié, la complicité, qui nous unit à Brigitte Fouré prennent enfin corps aujourd'hui! Les nombreux amis de Brigitte vont désormais pouvoir se réunir, s'informer et agir !

Chacun selon sa disponibilité, ses idées va pouvoir participer à cette dynamique citoyenne. Membres de la société civile, simples habitants, membres de comités de quartiers, parents d'élèves, commerçants, etc. Qui n'a pas envie de remercier Brigitte, envie de l'aider ?

Jean Monnet le Père de l’Europe disait « La modernisation est un état d'esprit. ». Nous savons que Brigitte participe à cette modernisation.

 

Vive Amiens en Europe !

 

Longue vie aux Amis de Brigitte Fouré !

 

07:50 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 28 janvier 2008

L'album photo de l'inauguration est disponible!

8c4b5e78b4bc456ab4a487264926fad4.jpg

Vous pouvez retrouver toutes les photos de l'inauguration de ma permanence sur l'album photo située à droite de ce blog.

Encore merci à tous ceux qui m'ont manifesté leur soutien jeudi dernier...

 

10:25 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 25 janvier 2008

Europe de voyage, Europe de partage

Hier soir, plus de 400 personnes ont assisté à l'inauguration de ma permanence. Je remercie chaleureusement tous ceux qui ont souhaité se joindre à moi pour cet événement. Toutes ces marques d'affection m'ont beaucoup touchée.

Dans quelques jours, un album photo sera disponible sur ce blog et vous ne manquerez pas une miette de cette soirée.

Pour l'heure, je tiens à publier le texte de Sofia Taïri, qui a tenu à m'écrire un poème en lien avec l'europe et qui a pris la parole lors de la soirée pour le lire à l'assistance. Merci Sofia! 

807ab86a420fa4196694152cc696eecc.jpg

Europe de voyage

Europe de partage

Sous les couleurs de chaque pays

Malgré les différences, on est tous unis

Les frontières sont nos liens

Qui nous mènent vers demain.

Ou qu'on aille ici, là-bas

On est toujours un peu chez soi.

Offrir un bouquet de fleurs

C'est comme tendre un bout de son coeur

Aux gens qui en ont besoin

Comme ceux qui demandent du pain

Europe de voyage

Europe de partage

On unit tous ces pays

En aidant les gens

A trouver un but dans leur vie

Sans oublier les enfants.

 

Sofia Taïri

 

12:40 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 24 janvier 2008

Inauguration de ma permanence européenne

9dee7e445d8afe9a444f739c6de8decd.jpg

Vous êtes tous chaleureusement invités ce soir à l'inauguration de ma permanence européenne dès 18 heures.

Adresse : 10, rue Jean Calvin, Amiens.

Clément est à votre service au 03 22 72 86 50.

Ma permanence est ouverte du lundi au vendredi de 10 à 12 heures et de 14h 30 à 17h 30. Possibilité de rendez-vous au numéro de téléphone indiqué ci-dessus.

 

Photo : Florence Rangeon, une de mes deux assistants parlementaires et Clément-Hernandez-Detaille, qui assure le secrétariat général de mon cabinet, lors de l'ouverture de ma permanence au public le 2 janvier dernier.

13:25 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 23 janvier 2008

Je débute mes travaux en commission, à Bruxelles

48188216673f2ca2a08c2e2cb9b82cee.jpg

Après ma première session parlementaire à Strasbourg du 14 au 17 janvier, cette semaine me permet d'assister aux premières réunions des commissions dans lesquelles je siège à Bruxelles: la commission des transports et du tourisme et la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs.

L'ambiance, studieuse, est la même et je suis frappée de constater le sérieux et la qualité des interventions. Les débats sont courtois même si les clivages politiques apparaissent clairement. Les arguments sont échangés, essentiellement en allemand, anglais et français. Merci aux interprêtes qui font un travail remarquable: on en oublie même qu'on porte un casque pour la traduction! Mais on regrette quand même de ne pas maîtriser correctement plusieurs langues...

 

"L'Europe s'intéresse vraiment aux personnes"

 

La présentation d'un rapport sur les conséquences du développement des compagnies aériennes à bas coût en Europe suscite de nombreuses réactions. Il est beaucoup question de Ryanair (voir l'illustration ci-dessus), entreprise que l'on connaît bien en Picardie puisqu'elle est implantée à Beauvais: décidément, je ne suis pas dépaysée!

L'Europe doit-elle intervenir pour exiger un cadre législatif commun pour les compagnies aériennes à bas coût et les transporteurs aériens classiques? Ne faudrait-il pas prévoir des normes précises pour accueillir dans de bonnes conditions les personnes handicapées? Telles sont quelques-unes des réflexions émises, qui permettent de mesurer combien, loin des débats polémiques stériles, l'Europe s'intéresse vraiment aux personnes.

 

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 16 janvier 2008

Premiers pas à Strasbourg

2e66d43f25f6e9de7acad803e6664325.jpg

Lundi 14 janvier, lors de l'ouverture de la session du Parlement Européen, le président a annoncé mon arrivée.

Instant d'émotion en rentrant dans cet hémicycle bleu dans lequel siègent les 785 députés de 27 Etats.

Un moment très particulier car, en prenant officiellement mes fonctions, je pense à Jean-Louis Bourlanges, cet Européen convaincu et convaincant, qui a choisi de me transmettre le flambeau et j'espère que je serai à la hauteur de la confiance qu'il me témoigne...

Ensuite, les démarches et réunions s'enchaînent comme dans un tourbillon: votes dans l'hémicycle, installation dans mon bureau, réunion de la délégation française du PPE (Parti Populaire Européen), déjeuner de presse, réunion du groupe PPE-DE, interviews, rencontre avec les responsables administratifs du groupe PPE, réunions de travail avec Fabrice et Florence, mes collaborateurs...tout cela dans des salles et bâtiments différents qu'il faut apprendre à repérer... et arpenter (probablement plusieurs kilomètres à pied dans une journée!).Les journées passent très vite...

Sur le fond, cette première session sera marquée pour moi par la présence du Premier Ministre slovène venu présenter le programme de la nouvelle présidence mais aussi pour le vote d'un dossier délicat relatif au droit de la consommation. A cette occasion j'ai pu voir à quel point le Parlement Européen et le Parlement Français fonctionnent différemment. A Strasbourg, les députés prennent la parole pour une minute en général et, s'ils dépassent leur temps de parole, ils sont interrompus par le Président.

 

"Je vais aimer travailler à Bruxelles et Strasbourg"

 

En séance comme en réunion de groupe, la courtoisie est de règle et, même si les opinions sont opposées, leur expression est toujours respectueuse.

L'indépendance de vote est totale: la délégation nationale d'un parti peut toujours voter sans respecter la consigne de vote du parti et chaque député peut même voter sans tenir compte de la position exprimée par la délégation nationale de son parti.

Enfin le compromis et le consensus sont toujours recherchés.

Et grâce à ce fonctionnement, des décisions sont adoptées et s'appliquent.

Alors, à l'issue de ces premiers jours de session, je constate avec bonheur que, au Parlement Européen, on fait de la politique de manière pacifique. Loin des petites phrases assassines et des discours partisans et convenus, ici on travaille en échangeant des arguments de fond puis on vote en fonction de ce qu'on croit être l'intérêt général des 490 millions d'Européens.

Je sais déjà que je vais aimer travailler à Bruxelles et Strasbourg!

9a9b4c428f6be910c4823d732abb129d.jpg

 

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 09 janvier 2008

Voeux du Président de la République aux parlementaires européens

"Aux parlementaires européens, je veux dire qu’eux aussi ont une lourde responsabilité qui pèse sur leurs épaules en cette année de Présidence française de l’Europe.

En 2007 la France a joué un rôle décisif dans le déblocage de l’Union paralysée par les « non » néerlandais et français. Le Traité simplifié était une proposition française et la France n’a pas ménagé ses efforts pour qu’il soit adopté.

Je forme le vœu qu’en 2008 la Présidence française contribue à donner un contenu au cadre institutionnel de l’Union enfin rénové par le Traité simplifié.

fcf66f9ea30eb54ce8730a6d4c7f3d70.jpgMon vœu le plus cher pour l’Europe est que lorsque la Présidence française s’achèvera, l’Union européenne soit dotée d’une politique commune de la défense, d’une politique commune de l’immigration, d’une politique commune de l’énergie et d’une politique commune de l’environnement. Là encore, je crois, les enjeux dépassent les clivages habituels.

Il faut que nous travaillions tous ensemble pour faire avancer l’Europe, car l’Europe ce n’est pas le problème de la droite ou le problème de la gauche, c’est le problème de tous les Français. Elle ne doit pas être un motif d’affrontements partisans, pas plus que l’Union pour la Méditerranée qui est un grand projet de civilisation qui va bien au-delà de nos petites querelles de politique politicienne.

Le 13 juillet, nous organiserons à Paris le premier sommet des pays méditerranéens. Le 14, nous tiendrons un sommet commun entre les pays riverains de la Méditerranée et les pays membres de l’Union européenne. Il faut que ce rendez-vous mobilise toutes les forces politiques, économiques, sociales, culturelles de notre pays, car notre avenir se joue là, dans ce monde méditerranéen déchiré par tant de drames, meurtri par tant de tragédies mais dont la mémoire reste marquée par un très vieux rêve d’unité.

Vous aurez au Parlement européen à porter ce projet d’Union pour la Méditerranée, à le faire comprendre, à le faire accepter. "

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 12 décembre 2007

Premiers pas à Bruxelles

243313b8b5c59a3438f8391773a1d4fe.jpg

Après Strasbourg il y a quelques semaines, Fabrice Hinschberger et moi sommes allés à Bruxelles ce mercredi 5 décembre.

Nous avons choisi de voyager en train. En effet le train permet de relier la gare TGV- Haute Picardie à Bruxelles (après un changement à Lille- Europe) en moins de deux heures : vive la technologie française !

Accueillis par la collaboratrice de Jean-Louis Bourlanges, nous avons visité le Parlement européen.

Le bâtiment (voir photo du bas), organisé à partir d’une galerie centrale contenant quelques boutiques en rez-de-chaussée (Office de tourisme, postes…), est très fonctionnel et permet de se repérer facilement.

Martin Kamp, secrétaire général du Parti Populaire Européen (PPE) nous avait fixé rendez-vous. Dans un français parfait (nous avons probablement beaucoup à apprendre des méthodes utilisées par nos voisins pour l’apprentissage des langues étrangères…), cet Allemand nous a expliqué l’organisation administrative du groupe dans lequel je vais siéger.

Puis Joseph Daul, président du PPE au Parlement européen (voir photo du haut), nous a reçus à son tour. Alsacien, agriculteur, maire puis, depuis 2001, premier adjoint de sa commune (Pfettisheim, dans le Bas-Rhin), il est le président du groupe le plus important du Parlement, composé de 278 députés (sur les 785 que compte le Parlement) venant de chacun des 27 Etats européens. Il nous a accueillis très chaleureusement et nous a expliqué comment fonctionnait concrètement le groupe.

A l’issue de ces entretiens, nous sommes mieux préparés à l’entrée au sein du Parlement européen mais aussi et surtout, nous nous sentons attendus par le groupe du PPE, et particulièrement par les 17 eurodéputés français.

93f677861b971bf74b4999812d4572c8.jpg

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (2)

mercredi, 14 novembre 2007

Lancement du nouveau programme européen pour la recherche

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 21 septembre 2007

Je siégerai bientôt au Parlement européen

634fee6e9bd9b5c0da74f95b9acd87cf.jpg
Jean-Louis Bourlanges m'a informée de son intention de mettre un terme à son activité politique à une date qui n'est pas encore totalement arrêtée, en raison de l'importante charge de travail que lui octroie sa mission au sein de la Commission de réforme des institutions, présidée par l'ancien Premier ministre Edouard Balladur. Il m'a demandé de me préparer à assumer les fonctions de Députée européenne.
L'Europe doit se renforcer et faire de sa diversité un modèle dans l'exercice du vivre ensemble. Au sein des députés issus de toutes les nations européennes, je ferai entendre la voix des électrices et des électeurs de ma circonscription pour que l'Europe soit forte et solidaire, respectée pour son courage et sa détermination à défendre dans le monde les valeurs humanistes, libérales, citoyennes et sociales qui nous font vivre.
A l'heure où j'apprends cette nouvelle, je tiens à remercier chaleureusement toutes les Amiénoises et tous les Amiénois qui, lors des élections européennes de 2004, m'ont apporté si nombreux leur soutien par leurs suffrages. Ils seront pleinement associés à mon action de terrain au moyen des multiples rencontres que j'organiserai pour eux, comme pour tous les habitants de Picardie, Haute et Basse Normandie et Nord-Pas-de-Calais. J'emporterai à Strasbourg et Bruxelles, où je serai amenée à siéger quelques jours par mois, l'esprit insufflé par Gilles de Robien à mon action et la chaleur des Amiénois.
Je salue le travail accompli par Jean-Louis Bourlanges en tant que Député européen depuis 1989 et je sais pouvoir compter sur lui pour m'accompagner dans mes premiers pas.
J'ajoute que je démissionnerai de mon mandat de Conseillère régionale de Picardie dès que je prendrai mes nouvelles fonctions. Je resterai Adjointe au Maire d'Amiens, car je considère qu'un mandat local, concret, en proximité avec les électeurs dans une ville située au coeur de l'Europe, me permettra de mieux élaborer avec mes collègues du Parlement les lois qui harmonisent la vie de 450 millions d'Européens.

17:17 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (11)