Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 19 décembre 2012

Carton rouge pour la Mairie d'Amiens !

carton_rouge.jpg

Unis et Solidaires.jpg

De plus en plus "Honni et Solitaire"...!

 

Le jeudi 13 décembre, le Conseil Municipal d'Amiens s'est réuni et la majorité a voté le Budget Primitif 2013. C'est normalement là que se discutent les priorités retenues par l'exécutif et les décisions que le Maire compte mettre en oeuvre. Oui mais voilà...

A Amiens, la majorité municipale rose-rouge-verte a une autre conception de la démocratie. Ainsi on ne discute en conseil municipal et en conseil d'agglomération que des quelques grandes lignes retenues. Quant aux dossiers concrets et qui intéressent les habitants, on les tranche dans le bureau du Maire ou du Directeur Général des services puis on en informe la presse: c'est par ce biais que les élus municipaux découvrent les informations. Je prendrai trois exemples:

1) Le Conseil d'Agglomération d'Amiens-Métropole se réunit le mardi 18 décembre et adopte le principe de création d'un tramway... mais, sans attendre cette décision,  Amiens-Métropole a déjà passé commande de plusieurs rames de tramway...

2) Mieux encore, on apprend deux jours après le Conseil que le service municipal d'aide aux personnes âgées va totalement transformer son intervention. Jusque là, ce service mettait à disposition du personnel que les personnes âgées recrutaient. Dorénavant, la ville n'aura plus ce type de personnel mais elle orientera les personnes âgées vers des associations dont les aides ménagères seront  salariées.

Cette modification présente peut-être des avantages pour la ville mais elle transforme totalement les relations entre la Ville et les personnes âgées... sans qu'à aucun moment le Conseil Municipal n'ait pu donner son avis. En outre les personnes âgées sont placées devant le fait accompli, sans aucune discussion...

3) Cet été déjà, une décision importante pour les Amiénois avait été prise sans aucune concertation: à compter du 24 septembre, les poubelles ne devaient plus être ramassées qu'une seule fois par semaine au lieu de deux, sauf dans le centre ville et dans les quartiers d'habitat collectif. Les habitants l'ont appris courant août, pour ceux qui n'étaient pas partis en vacances...


Pour une mairie qui se veut exemplaire en matière de démocratie locale et qui fait de ce thème une de ses priorités: chapeau!


mercredi, 21 novembre 2012

Ma riposte au maire d'Amiens sur le débat d'orientations budgétaires lors du Conseil municipal du jeudi 15 novembre

logo_amiens.jpgCe débat a pour but de connaître l’état financier de la ville et ses contraintes budgétaires… et nous devons avouer que nous sommes restés sur notre faim en lisant vos documents et en vous écoutant…

1° observation

L’an dernier, vous ne cessiez de stigmatiser les « désengagements de l’Etat ».

Cette année, virage à 180°, vous vous contentez d’écrire, s’agissant de la DGF « en 2011, le gouvernement a confirmé le gel des dotations pour 3 ans. Pour 2012, le gel espéré n’eut pas lieu. L’année 2013 sera la 3° année consécutive de gel des dotations ».

De même l’année dernière vous notiez, très rapidement, que la Dotation de Solidarité et de Cohésion Sociale augmentait.

Cette année vous précisez qu’elle a augmenté de 7% par an ce qui vous permet d’estimer à 10 millions d’euros le montant de cette dotation, soit 8% d’augmentation pour 2013 (un peu optimiste peut-être…).

L’an dernier, nous disions que les dotations d’Etat (DGF+DSU) étaient stables en euros courants (39,31 millions en 2011, 39,62 en 2012). Cette année, nous disons la même chose : 39,62 millions en 2012 ; 39,80 en projection 2013.

Nous vérifierons les chiffres sur le Compte Administratif mais nous, nous ne changeons pas d’avis en fonction du gouvernement…

 2° observation : sur les impôts

Vous notez que les taux de fiscalité sont arrivés à un plafond, notamment pour la taxe sur le foncier bâti et vous dites que vous n’augmenterez pas les taux de la taxe d’habitation et de la taxe foncière : encore heureux !

Mais pouvez-vous affirmer ici ce soir que vous n’augmenterez pas non plus les impôts à la métropole ?

En effet, vous nous avez habitués à être prudents…et nous avons un très mauvais souvenir, et les Amiénois plus encore, de votre promesse de campagne de ne pas augmenter les impôts !!!

En recettes courantes, vous prévoyez + 2,8% par an pour le foncier bâti et +2,5% pour la taxe d’habitation. Mais une telle augmentation ne peut se réaliser à taux constant que si, soit la valeur locative de base augmente, soit le nombre de logements construits se multiplie. Or, au rythme où vous allez, nous avons des doutes sur votre capacité à réaliser l’ambitieux programme de constructions de logements que vous annonciez en début de mandat.

 3° observation : sur les emprunts

Vous prévoyez un taux de 4,5% sur 15 ans, intégrant la dette déjà existante et la dette nouvelle.

Mais actuellement, on est déjà à un taux fixe de 5,14% sur 15 ans, selon vos propres documents… et vous notez à juste titre la « forte raréfaction de l’offre bancaire »…

On peut donc avoir des doutes sur vos estimations…

4° observation : sur les dépenses

-         Sur les dépenses de personnel, vous prévoyez  +3% en 2013 ; +2,5% en 2014 puis +1,5% les années suivantes

Or vous indiquez par ailleurs que ce poste sera augmenté en 2013 et 2014 des agents qui confectionnent les repas, qui seront repris en régie. Vous annoncez en outre la création d’emplois aidés (combien ?).

Enfin on sait que le GVT augmente tous les ans.

Par conséquent, ce poste nous semble sous-évalué par rapport à ce, que vous annoncez…

-         Sur les charges d’exploitation : vous prévoyez une augmentation de 1% par an, soit moins que l’inflation.

Là encore, cette ligne budgétaire est sous-évaluée

-         S’agissant des budgets annexes qui ont recours à une subvention d’équilibre du budget principal, vous écrivez qu’ils « devront dégager dans les trois ans les recettes suffisantes pour que cette subvention disparaisse ». J’imagine que cette phrase n’a pas vocation à s’appliquer au CCAS… mais même pour les autres budgets annexes : comment obtenir ce résultat sans passer par une augmentation massive des tarifs ?

-         Pour les investissements, vous prévoyez de ne les réaliser qu’à concurrence de 70%, en faisant glisser les 30% restant sur l’année suivante…

Et malgré tout cela, vous constatez « une lente érosion des ressources disponibles » ce qui vous amène à prévoir de nouveaux efforts de gestion, dites-vous, sur les recettes, les dépenses de personnel, les fluides et le fonctionnement.
Mais qui fera les efforts ?

Vous nous dites que vous n’allez pas augmenter les impôts locaux, alors comment allez-vous faire ? Vous annoncez que vous voulez faire une politique tarifaire « compatible avec les ressources de nos concitoyens, en privilégiant la tarification proportionnelle aux revenus. Est-ce-que vous nous préparez une hausse massive des tarifs ?


Brigitte Fouré


jeudi, 05 juillet 2012

L'art de se fâcher avec tout le monde !

 Unis et Solidaires.jpg

3ans-24p.jpg

Décidément, il est temps pour l'actuelle équipe municipale d'Amiens de partir en vacances car, ces dernières semaines, elle a le talent de se fâcher avec tout le monde. Jugez plutôt:

1°/" Le coup de gueule du maire de Longueau" (Courrier Picard 26 juin 2012): Colette Finet, Maire communiste de Longueau (Front de Gauche) et 1° Vice-Présidente d'Amiens-Métropole se plaint de n'avoir été ni consultée ni même prévenue par le Président d'Amiens-Métropole et Maire d'Amiens, de la nomination du directeur du centre culturel de sa commune... Vive le pacte des élus qui s'étaient qualifiés de "unis et solidaires"!!!

On se fâche avec sa majorité!

2°/"Les agents de la ville priés de se taire" (Courrier Picard 28 juin 2012): dans une note envoyée à tous les agents de la ville et de la métropole, le directeur général des services interdit aux agents d'"exprimer des opinions critiques sur les choix politiques des élus ou sur des dossiers en cours d'analyse" sous peine de sanctions disciplinaires. Vive la liberté d'expression !!!

On se fâche avec les agents de la ville et de la métropole!

3°/ "Deux centres sociaux (com)promis" (Courrier Picard 2 juillet 2012): la ville traine à créer deux centres sociaux depuis quatre ans et du coup, la Caisse d'Allocations Familiales, qui a réservé les crédits nécessaires, va être obligée de les rendre à la Caisse Nationale...

On se fâche avec la CAF!

4°/"La grue de l'irresponsabilité" (Courrier Picard 30 juin 2012): une grue appartenant à une entreprise a brûlé et un employé a été molesté. Ces actes inadmissibles auraient pu être évités si seulement le Maire et l'OPAC avaient alerté clairement les services de l'Etat de la reprise du chantier. Mais la ville estime que ce n'est pas à elle d'alerter la police nationale... Et si le Maire cherchait seulement à protéger efficacement les habitants au lieu de rester "droit dans ses bottes"...

On se fâche avec le Préfet et le Directeur Départemental de la Sécurité Publique!

5°/ "Dérogations scolaires: la colère gronde" (Courrier Picard 27 juin 2012): la ville a décidé, pour la première fois cette année et sans avoir prévenu préalablement les familles,  de refuser la plupart des dérogations au périmère scolaire demandées par les parents. Les élus concernés ne répondent pas aux sollicitations qui leur sont faites... Vive le dialogue avec les familles!!!

On se fâche avec les parents d'élèves!

 

En attendant la suite, bonnes vacances aux élus de la majorité!

  

mercredi, 27 juin 2012

Lisez les Perles du JDA : Demandez "Ch'Pravda" !

perlesjda-24p.jpg

Pour lire les Perles du JDA : CLIQUEZ ICI !

En sélectionnant les "perles" glanées du Journal Des Amiénois Métropole (JDA Métropole), la publication de la ville et de l'agglomération, nous avons été effarés de voir que celui-ci est devenu un organe de désinformation aux mains du maire Gilles Demailly, Président d'Amiens Métropole, et de la municipalité.

La ville d’Amiens a derrière elle une longue et noble Histoire. Depuis le partage du manteau de Saint-Martin de Tours en 337, non loin de l’actuel Palais de Justice, à l’Opération Jéricho en 1944, en passant par la Paix d’Amiens, signée en 1802 au sein même de la mairie, notre ville s’appuie sur sa tradition pour proposer une société juste, moderne, inventive et apaisée.

Aujourd'hui, l’esprit d’Amiens recule. Le Maire d’Amiens n’a de cesse depuis 2008 de nous dire que nous devons être « unis et solidaires ». Or, depuis 2008, où en est la construction des 10000 logements promis durant sa campagne ? De même, pourquoi le Maire ne s’est-il pas rendu aux Etats-Unis pour négocier avec les dirigeants de Goodyear quant à l’avenir des salariés de l’usine d’Amiens ? Où en est la réflexion sur les transports dans notre ville, là aussi promise en 2008 durant la campagne ? Pourquoi avoir sabordé les comités de quartier, fleuron en matière de démocratie locale, et qui avaient fait école jusqu’à Strasbourg, qui applique actuellement ce système suite à une visite du maire UDF Fabienne Keller en 2002 à Amiens, réforme de la démocratie locale que n’a pas renié son successeur Roland Ries, nouveau maire socialiste de Strasbourg ? Pourquoi notre ville est-elle devenue, malgré la compétence et la bonne volonté des agents municipaux, si insalubre et si mal nettoyée en moins de trois ans ?

Autrefois, le Journal Des Amiénois Métropole (JDA Métropole) se voulait être la publication de tous, afin d'apporter des informations sur la ville et l'agglomération à chaque habitante et habitant. C'était la conception que nous avions du service public.

A présent, il est au service de l'aveuglement de la réalité qu nous avons dénoncée précédemment.

Les Perles du JDA n'ont d'autre vocation que de dénoncer les dérives de notre "Ch'Pravda" locale!...

 

Brigitte Fouré
Conseillère Générale de la Somme
Conseillère municipale d’Amiens
Maire d'Amiens de 2002 à 2007


Olivier Mira
Conseiller Général-suppléant
Conseiller municipal d'Amiens de 2001 à 2008

mercredi, 08 février 2012

Le maire d'Amiens : une conception peu démocratique de la vie municipale!

gilles-demailly-maire-damiens-e1307623931474.jpgJeudi dernier avait lieu le Conseil Municipal d'Amiens avec une quarantaine de points à l'ordre du jour.

Le Maire avait, enfin (!), daigné inviter le Directeur Général de l'Office Public d'HLM d'Amiens, pour que celui-ci présente son rapport d'activités. Bêtement, je croyais qu'un débat sur le logement allait suivre... mais pas du tout! Le Maire en avait décidé autrement... Les élus ont eu seulement la faculté de demander quelques explications complémentaires, c'est tout...

Mais le pire restait à venir! En effet deux élus communistes, donc membres de la majorité municipale, sont intervenus pour critiquer la décision du maire d'augmenter les tarifs: quel crime de lèse-majesté! La réponse, agressive et suffisante du maire n'a pas tardé...

Puis, à l'occasion d'une déliberation portant sur la création d'un pôle "santé" dans la ZAC Intercampus, une conseillère d'opposition a demandé des précisions sur l'accessibilité de l'hôpital Sud. Tout naturellement, un débat devait s'engager sur cette importante question. Mais le maire en avait décidé autrement: il a donc empêché le débat de se poursuivre.

Tout mon groupe a donc décidé de refuser de participer aux débats et aux votes tout au long de ce conseil, qui a quand même duré plus de quatre heures car, naturellement, les élus de la majorité, ou plus précisément, ceux qui sont dans les bonnes grâces du maire, ont eu le droit, eux, d'aborder tous les sujets aussi longtemps qu'ils le désiraient.

Seuls les membres de la majorité qui sont en disgrâce, et les membres de l'opposition sont baillonnés par un maire autocrate qui prétend tout diriger  avec quelques rares élus de sa majorité qui ont trouvé grâce à ses yeux et qui, comble d'ironie, veut nous donner des leçons de démocratie!

Alors, comme de nombreux Amiénois, je dis: vivement 2014!

dimanche, 12 juin 2011

Effectivement !

"Effectivement" : le mot le plus prononcé par Gilles Demailly, Maire d'Amiens et Président d'Amiens Métropole, et de sa majorité, lors des séances du conseil municipal et du conseil d'agglomération. Effectivement !

mercredi, 16 décembre 2009

Conseil municipal : Traditionnel dialogue de sourds!

Portrait-de-Gilles-Demailly-Maire-d-Amiens.jpgJeudi dernier avait lieu le Conseil Municipal. Comme il se doit, le maire et plusieurs adjoints ont présenté leurs priorités budgétaires, les travaux dans les écoles et le logement pour l'essentiel. Puis, plusieurs membres de l'opposition ont pris la parole pour le désormais traditionnel dialogue de sourds qui règne au Conseil Municipal d'Amiens.

En effet, le maire laisse longuement les membres de sa majorité aborder des sujets nationaux, leur permettant de dire tout le mal qu'ils pensent du président de la République et du gouvernement. Mais quand un membre de l'opposition ose demander ce que la majorité municipale va faire dans le domaine de l'enseignement supérieur ou encore de la politique de la ville ou des transports, le maire lui coupe sèchement la parole en indiquant que ces sujets sont de la compétence d'Amiens-Métropole (il faut préciser qu'Amiens-Métropole vote à son tour le budget cette semaine) !

Deux poids, deux mesures: c'est probablement cela la conception de la démocratie du maire d'Amiens...

Il y aurait encore beaucoup à dire sur le comportement de Gilles Demailly qui, en privé reconnaît volontiers qu'il faudrait aborder certains sujets de compétence métropolitaine au conseil municipal mais affirme le contraire en public...

Je m'attendais à ce que la presse relève ces incohérences mais il n'en a rien été. Peut-être est-il plus facile d'affirmer sans même vérifier que l'équipe municipale actuelle fait dix fois plus que la précédente en matière de logement ou de travaux dans les écoles.

Il faut donc conseiller à ceux qui veulent se faire une idée objective de suivre le conseil municipal sur Internet...

 

(Illustration : Portrait de Gilles Demailly par l'artiste Milano).

 

mercredi, 18 novembre 2009

Echos du dernier Conseil Municipal d'Amiens

blog.jpg

Il y a peu, le conseil Municipal d'Amiens s'est réuni pour aborder le débat d'orientations budgétaires imposé par la loi avant le vote du budget.

C'est normalement l'occasion pour la majorité d'indiquer ses priorités et pour l'opposition de donner son avis. Or cette fois, on a eu droit à des débats stériles pendant quatre heures.

Le maire, transformé pour l'occasion en une sorte d'instituteur distribuant les bons et mauvais points, laissait les membres de sa majorité disserter longuement sur des sujets nationaux tandis qu'il interdisait aux membres de l'opposition d'aborder des sujets de la compétence de la communauté d'agglomération, au motif que l'on était en séance du Conseil Municipal!!!

 

gille-sdemailly-amiens-maire_169.jpgBel exemple de démocratie pour quelqu'un qui veut faire de la démocratie locale son cheval de bataille!


 

 

Bien mieux, il en vint à qualifier d'incompétents les élus de l'opposition... probablement n'avait-il pas écouté nos propos!

Quoi qu'il en soit, la politique n'est pas grandie quand celui qui préside la séance se montre comme un donneur de leçons  arrogant et sectaire.

Je pourrais m'en réjouir en me disant que les Amiénois sont bien conscients que leur maire actuel n'est pas à la hauteur. Mais je suis surtout triste et malheureuse de voir que, jour après jour, notre ville s'endort et s'enfonce dans l'oubli et l'isolement... Encore quatre ans et demi à attendre, tout en se préparant à relever le défi et à redonner un nouveau souffle à Amiens dans l'intérêt des Amiénois...

 

mercredi, 01 juillet 2009

La devise du maire d'Amiens : on arrête tout et on réfléchit!

image_mini.jpgJeudi dernier avait lieu le dernier conseil municipal d'Amiens avant les vacances d'été... et il fut particulièrement animé!

Politique du logement, grand projet de ville à Etouvie, création de conseillers municipaux délégués dans les quartiers, tous ces points firent l'objet de débats.

En effet, la nouvelle équipe municipale d'Amiens, dès son arrivée en mars 2008, a voulu faire table rase du passé: suppression des adjoints de secteur, suppression de fait des comités de quartier... sans oublier la critique systématique de tout ce qui a été réalisé avant mars 2008. Un seul mot d'ordre: "on arrête tout  et on réfléchit".

Mais dix-huit mois plus tard, force est de constater que rien n'a avancé... En outre, le maire et son équipe doivent reconnaître que tout n'était pas si mal avant eux. C'est pourquoi, ils reviennent progressivement en arrière sur les comités de quartier et sur les élus de secteur...

Alors, Monsieur le Maire, je me permets de vous donner un petit conseil: réfléchissez avant de critiquer... Et puis, essayez donc en conseil de nous laisser la parole sans nous la couper systématiquement comme vous aimez le faire. Après tout, c'est aussi cela la démocratie. Et qui sait, peut-être aurions-nous même de bonnes idées à vous suggérer... dans l'intérêt bien compris des Amiénois!