Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 juin 2022

Ouverture du congrès d'Amnesty International France

AI France.jpgMesdames et Messieurs, Chers amis de la Paix,

 

« Un jour viendra où les armes vous tomberont des mains. Un jour viendra où la guerre paraîtra aussi absurde […] entre Paris et Londres, entre Saint-Pétersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu’elle paraîtrait absurde aujourd’hui entre Rouen et Amiens.

Un jour viendra où l’on verra […] les États-Unis d’Amérique et les États-Unis d’Europe, […] se tendant la main par-dessus les mers, échangeant leurs produits, leur commerce, leur industrie, leurs arts, leurs génies.

Et Français, Anglais, Belges, Allemands, Russes, Slaves, Européens, qu’avons-nous à faire pour arriver le plus tôt possible à ce grand jour ? Nous aimer. Nous aimer ! […]

Il y aura sur le monde un flot de lumière. Et qu’est-ce que c’est que toute cette lumière ? C’est la liberté. Et qu’est-ce que c’est que toute cette liberté ? C’est la paix ».

Ainsi s’exprimait Victor Hugo, le 21 août 1849, au Congrès des Amis de la Paix Universelle, à Paris. Hélas, depuis ce grand discours humaniste, les Hommes n’ont cessé de se faire la guerre. Seule la création de l’Union européenne, dont les prémices se situent en 1950 avec le discours de l’Horloge de Robert Schuman, a apporté une forme d’espérance au monde et à notre continent durant ces dernières décennies.

Pourtant, depuis le 24 février, comme le titrait le journal Libération dès le lendemain, nous assistons à L’impensable. La guerre est de retour aux portes de l’Union européenne, sur le sol de l’Ukraine. Et il ne s’agit pas d’un conflit interne résultant d’un problème national mais d’un procédé que l’on pensait révolu en Europe : l’invasion d’une nation par une autre. Oui, nous assistons avec indignation et inquiétude à la violation, par le gouvernement russe, de la souveraineté nationale et territoriale de l'Ukraine. Cette atteinte, extrêmement grave, aux libertés d'un peuple et d'un Etat démocratique, nous choque et nous affecte profondément. Aussi, nous apportons tout notre soutien au peuple ukrainien et lui exprimons notre plus entière solidarité. Nos pensées vont particulièrement aux responsables politiques et aux habitants des villes d’Ukraine et notamment de Lviv et de Kharkiv avec lesquels les équipes municipales et les associations d'Amiens ont coopéré pendant plusieurs années, dans les domaines de la démocratie locale et de la jeunesse. Pour l'heure, nous nous joignons à la douleur des familles endeuillées par la mort de soldats ou de civils et apportons notre plus complet soutien à  Volodymyr  Zelensky, Président de l'Ukraine, et à son peuple. Plus que jamais, nous sommes animés du désir et de l'ambition de faire de notre Ville une capitale européenne de l'interculturalité et de l'amitié entre les peuples.

C’est dans ce contexte que nous accueillons dans notre belle ville le congrès national d’Amnesty International France. Organisation née en 1961 au Royaume-Uni  d’une première victoire : la libération de prisonniers d’opinion. Cette première victoire fut l’étincelle qui a déclenché un mouvement rassemblant aujourd'hui plus de 10 millions de personnes dans 70 pays.

Ce qu’Amnesty International veut est très simple : le respect des droits humains pour tous.

Par exemple, ces dernières années, Amnesty International a contribué :

-à la libération de centaines de personnes injustement emprisonnées ;

-à l’abolition de la peine de mort au Burkina Faso, et dans l’État de Washington ;

-à la dépénalisation de l’homosexualité en Inde ;

-à l’adoption d’une loi qui protège les victimes de torture en temps de guerre en Bosnie-Herzégovine ;

-à l’abrogation d’un article dans la constitution irlandaise qui interdisait l’avortement ;

-à la fin du visa de sortie pour les travailleurs migrants au Qatar, qui les empêchait de quitter le pays sans la permission de leur employeur ;

-à l’adoption d’une résolution au Parlement européen sur l’interdiction des “ robots tueurs ”.

Mouvement indépendant de tout gouvernement, de toute tendance politique, de tout intérêt économique et de toute croyance religieuse, Amnesty International ne sollicite aucune subvention des États, des partis politiques ou des entreprises, et finance ses actions essentiellement grâce au soutien de ses membres et de ses donateurs. J’ai moi-même eu recours aux outils de communication de ce mouvement lorsque j’avais, en tant que députée européenne à l’époque, alerté les citoyennes et citoyens de ma circonscription sur le sort de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri.

Merci, chers congressistes d’Amnesty International France,  d’avoir choisi notre belle ville d’Amiens, il s’agit vraiment pour nous d’un honneur. Située au cœur d’une riche région agricole, Amiens offre un cadre de vie attrayant, grâce à l’omniprésence de ses espaces naturels et jardinés. Les plus connus, les hortillonnages arrivent jusqu’au cœur de notre ville. Ces Jardins sur l’eau et ses multiples canaux font de cet environnement, un site unique au monde.

Ces lieux agréables et paisibles, vous les retrouverez aussi dans la beauté du Parc St Pierre, à l’intérieur des rues de St Leu, le quartier traditionnel et festif, ou encore en visitant la maison où a vécu pendant 18 ans Jules Verne, que j’évoquais au début de mon propos.

Vous l’avez donc compris, manquez la visite de notre ville, c’est passer à côté d’une occasion exceptionnelle de vous retrouver avec la nature en ville et la richesse de la culture amiénoise.

Amiens, c’est aussi notre magnifique cathédrale qui ne laisse aucun d’entre nous indifférent. Elle demeure le plus vaste édifice gothique de France, à tel point qu’elle pourrait contenir deux fois la cathédrale Notre-Dame de Paris. Je précise que depuis quelques années, sur la période de juin à septembre, la cathédrale retrouve ses couleurs d’autrefois  lors d’un magnifique spectacle son et lumière intitulé « Chroma », déjà admiré par plus de 2 millions de visiteurs.

Amiens reste la ville de plus de 100 000 habitants la plus jeune de France grâce à sa grande concentration d’étudiants. Avec l’Université de Picardie Jules-Verne et ses laboratoires de recherche, ainsi que ses écoles supérieures de commerce et d’ingénieurs, notre ville revêt un caractère très animé et festif tout au long de l’année.

L’attractivité résidentielle et culturelle d’Amiens est reconnue dans la presse nationale. Cela constitue pour nous un enjeu majeur, tant pour la diversification de notre tissu économique, que pour la création d’emploi.

 Enfin, Amiens est aussi connue pour être une ville qui a de l’ambition. Après avoir été Capitale Européenne de la Jeunesse en 2020, nous sommes candidats au label « Capitale européenne de la Culture 2028 », année du bicentenaire de la naissance de Jules Verne.

Amiens se définit comme étant une « ville verte » comme il y en a peu en France. Amiens est connue pour sa qualité de vie, pour ses réderies, son animation, mais aussi pour sa solidarité envers les plus démunis. L’entraide entre les habitants et les liens de proximité sont aussi des valeurs pratiquées dans nos quartiers.

Je conclurai mon intervention, si vous le voulez bien, par une anecdote personnelle, en rappelant ceci : à l’occasion de l’entrée dans l’Union européenne de la Pologne, le 1er mai 2004, dont la ville allemande de Görlitz est frontalière, le maire avait invité tous ses homologues des villes jumelées avec Görlitz, dont Amiens. Cet événement était très important pour les habitants car, après la seconde guerre mondiale, la vieille ville, coupée par le fleuve Öder, avait séparé la population entre les dictatures de Pologne et d’Allemagne de l’est. Pour l’occasion, une grande fête avait été organisée sur le pont de la ville. Les Allemands y tenaient beaucoup, tant le souvenir du rideau de fer était intolérable pour eux.  L’image qui restera en moi à jamais est celle-ci : pour symboliser leur entrée dans l’Union européenne, les Polonais attendaient d’un côté du pont et les Allemands de l’autre. Et puis, des enfants polonais portant des costumes très fleuris sont venus main dans la main en chantant l’Hymne à la joie, invitant ainsi les deux Peuples à se rejoindre. Quinze ans après la chute du mur de Berlin et la réunification des deux Allemagne, je peux vous dire que j’ai eu le sentiment à ce moment-là d’assister plus encore à l’unification de l’Europe et à la naissance de la civilisation européenne du droit et de la paix. Le droit, la justice et la paix, trois valeurs universelles si chères que je partage avec Amnesty International.

 

Chers amis d’Amnesty International France, Bienvenue à Amiens !

 

(Discours prononcé le 18 juin 2022 lors de l'ouverture du congrès d'Amnesty International France, à Amiens).

samedi, 11 février 2012

Pour Brigitte Fouré, Emilie Thérouin tente « de monter les Amiénois les uns contre les autres »

(Communiqué de presse en date du vendredi 10 février)

3014517015_1_5_mRh2Tgit.jpg

Suite aux propos d’Emilie Thérouin, adjointe au maire chargée de la sécurité et de la prévention des risques urbains, à propos des « Grands frères », Brigitte Fouré, qui occupait la délégation de la sécurité dans le précédent mandat municipal (2ème adjointe au maire déléguée à la démocratie locale, la vie associative, la prévention et la sécurité de 2007 à 2008) a tenu à préciser :

« Mme Thérouin commet l’erreur de croire que la Municipalité peut régler tous les problèmes toute seule. Si je reste convaincue que l’action politique est un profond vecteur de changement, j’ai toujours tenu, en tant qu’adjointe au maire en charge du secteur rive droite (qui comprenait Amiens-Nord) de 1995 à 2002 puis en tant que maire de 2002 à 2007, à dialoguer avec la police municipale, les associations, les « grands frères » et les comités de quartiers. Or, je m’aperçois que la majorité dont fait partie Mme Thérouin a supprimé la police municipale à Amiens-Nord et a réduit les comités de quartiers à un simple rôle de comité des fêtes. Il faudrait au contraire agir de manière transversale. Nous sommes tous dans le même bateau. A présent, c’est au tour des « grands frères » de se voir ostracisés. Quel manque de cohérence et de responsabilité ! Ce n’est pas comme cela que nous mettrons en place les conditions d’un véritable « Vivre ensemble » dans notre ville».

Et la conseillère générale et municipale d’ajouter : « Comme Nicolas Sarkozy au niveau national, Emilie Thérouin tente de monter les habitants les uns contre les autres. C’est pour cette raison que je soutiens le candidat Hervé Morin, seul homme d’Etat capable aujourd’hui de faire émerger une France apaisée. »




CONTACT PRESSE

06 47 54 95 47

 

Photo : Le quartier Nord d'Amiens.

samedi, 14 mai 2011

Amiens remonte en ligue 2 : Bravo à tous les joueurs !!!

LOGO_AMIENS.jpg

 

jeudi, 17 février 2011

Brigitte Fouré propose ironiquement à Gilles Demailly d'être son suppléant !

2cv-bf-no-logo.jpg« Je m’interroge sur le moment choisi par le Conseil Général pour accuser ce recul, d’autant plus mal venu, que les populations de ces quartiers sont en souffrance, et que ce n’est certes pas le moment de les abandonner ».

Non, ce n’est pas Brigitte Fouré qui s’exprime ainsi, Conseillère Générale d’Amiens V Sud-Est Cagny, mais bel et bien Gilles Demailly.

Dans une lettre adressée aux Conseillers Généraux de la Somme, le Maire d’Amiens réagit vertement à la délibération ayant trait au programme « Sport pour tous », votée par le conseil Général le 15 décembre dernier. Gilles Demailly aurait découvert en lisant cette délibération que le seuil de plafonnement des aides apportées aux associations sportives a été modifié, mais surtout la réserve faite à ce soutien financier – laquelle consiste à n’accorder ces aides que dans la mesure où les communes y participent.

Et de poursuivre : « Au moment où notre action est de plus en plus nécessaire sur ces quartiers, je m’étonne que vous n’ayez pas jugé opportun de m’alerter sur la teneur de cette décision qui touche, non seulement Amiens, mais aussi les communes regroupées au sein de la communauté d’agglomération que vous représentez ».

Brigitte Fouré tient à dire à Gilles Demailly qu’il est encore temps pour lui de se présenter aux élections cantonales pour faire barrage avec elle à la politique de Christian Manable et de sa majorité sortante « Somme à Gauche » ! (Brigitte Fouré a voté contre cette délibération NDLR). Tout comme il est encore temps pour lui d’adhérer au Nouveau Centre et d’être son suppléant dans le canton d’Amiens V Sud-Est Cagny !

 

 

CONTACT PRESSE

06 47 54 95 47

dimanche, 20 décembre 2009

Fête de Noël du club d'Amiens Boxe Française

Amiens Boxe Française.JPG

J'ai assisté mardi soir dernier à la fête de Noël du club d'Amiens Boxe Française. C'est toujours un plaisir de me rendre dans cette structure associative remarquablement bien gérée par Ben Omar-Miloudi (qui m'embrasse sur la photo ci-dessus!). Et je tiens à nouveau à remercier tous les enfants, qui ont tenu à me lire ce superbe poème, par la voix de l'un d'entre eux :  Noël et les enfants.

 

(Photo : Fête de Noël d'Amiens Boxe Française en 2007).

samedi, 21 novembre 2009

Vente de soieries du Mékong aujourd'hui à ma permanence

Invitation_SoieriesduM-kong_Quievreux[1].JPG

La délégation Enfants du Mékong de la Somme organise une vente de soieries le samedi 21 novembre de 13h30 à 19 heures au sein de la permanence "L'Europe en Somme" de Brigitte Fouré (10, rue Jean Calvin à Amiens, près de l'église Saint-Jacques).

Vous serez séduits par la beauté des créations et per l'histoire des tisserandes.

Venez à leur rencontre!

 

CONTACT :

Daniel Quiévreux

03 22 49 68 34

06 70 19 80 37

www.soieriesdumekong.com