Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 juillet 2010

A bientôt sur ce blog !

Bonnes vacances.jpg

Comme chaque année, mon blog ferme ses portes durant les vacances d'été, tout comme ma permanence d'élue à Amiens.

Cette année a été particulièrement chargée avec la création des Cafés Europe, mes missions au sein du Nouveau Centre, mon mandat de conseillère municipale d'opposition, l'animation de l'association de mes amis, les élections régionales et, pour finir, l'élection cantonale partielle d'Amiens V Sud-Est Cagny.

Je tiens à remercier tous ceux et toutes celles qui ont rendu toutes ces réussites possibles.

Ma permanence sera à nouveau ouverte à partir du lundi 30 août à 10 heures.

Quant à ce blog, j'aurais le plaisir de vous y retrouver dès le lundi 6 septembre pour, déjà, le début d'une quatrième année...

En attendant, bonnes vacances à toutes et à tous, que vous partiez ou que vous restiez chez vous. C'est la qualité du repos, de la détente et des joies estivales partagées qui priment avant tout...

 

A bientôt et merci pour votre fidélité qui me touche beaucoup !

Commençons l'été avec Rokia Traoré !

Dounia, extrait de l'album Tchamantché, par Rokia Traoré.

J'apprécie beaucoup cette artiste amiénoise, qui a notamment, au cours de sa jeune carrière, inauguré le Zénith d'Amiens en septembre 2008 et obtenu une Victoire de la musique, pour cet album intitulé Tchamantché, en 2009. 

Vive la deudeuche !

Emblême de ma récente campagne cantonale, elle aura accompagné la vie de tous les Français : Hommage à notre 2 CV nationale !

Quelles vacances pour les Européens ?

plage_bondee.jpg

Des vacances oui, mais pas trop longues, pas trop loin, pas trop chères… Ainsi se profile l’été 2010 des Européens, à en croire un sondage Ifop pour le compte d’Europ Assistance rendu public hier. Dans le détail, les Européens sont moins nombreux (64%) à déclarer partir en vacances cet été, comparé à 2008 (67%). Côté Français, la chute est encore plus rude : 68% font état de leur intention de partir contre 74% il y a deux ans (- 6%). Il est vrai qu’entre-temps, il y a eu l’épisode des subprimes et la bourrasque grecque.

C’est surtout sur les départs «multiples» que les effets de la crise sont les plus visibles : seulement 19% des personnes interrogées dans l’Hexagone déclarent qu’elles vont partir plusieurs fois cet été contre 34% en 2008. Un chiffre presque divisé par deux. En toile de fond, des familles qui font plus attention, surtout en matière de dépenses «non contraintes». Récemment, l’Insee a publié des statistiques montrant que le taux d’épargne des Français est en hausse. Les ménages se constituent un petit matelas de sécurité : ils mettent de côté 16,2% de leur revenu disponible.

Pour partir quand même, la tactique consiste à rabioter sur le temps du farniente. Ainsi, les séjours de durée moyenne sont en forte hausse : 43% des Français déclarent qu’ils vont partir deux semaines (32% en 2008). A l’inverse, les séjours plus longs baissent : 18% comptent s’en aller trois semaines contre 24% en 2008. Vacances moins longues donc, mais aussi plus proches de chez soi, car moins coûteuses au niveau du budget transports : l’immense majorité des sondés de l’Hexagone (60%) déclarent qu’ils vont rester en France (+ 6% par rapport à l’an dernier) ou en Europe occidentale (23%) également en hausse de 3%. Les destinations lointaines ont toutes du plomb dans l’aile. C’est le cas de l’Amérique du Nord, comme du Sud, et de l’Asie.

Un phénomène similaire est observé en Allemagne ou en Autriche, où les vacances dans son propre pays progressent. Pour en revenir aux Français, la mer, toujours la mer, reste largement privilégiée (60%), loin devant la montagne (19%), la campagne (15%) et les circuits découverte (14%).

 

(Source : Libération).

Message pour les lecteurs et lectrices du blog via Facebook

Facebook.jpgBonjour à toutes et à tous,

Vous êtes nombreux à lire mon blog sur Facebook car les notes de celui-ci sont transmises automatiquement sur ce réseau social.

Je suis très heureuse d'avoir ce nouveau rendez-vous avec vous et je tiens toutefois à préciser que le blog ne reporte pas les vidéos sur Facebook. Les notes comportant une vidéo sont donc amputées de ces dernières. Vous trouverez ainsi uniquement le texte qui les accompagne sur votre réseau social préféré.

Brigitte.

jeudi, 15 juillet 2010

Mon action centriste en images...

BFOM Garden Defense 2010.JPG
J'ai assisté mardi soir 13 juillet à la Garden Party donnée au Ministère de la Défense, en compagnie de mon suppléant Olivier Mira. C'est lors de cette rencontre que j'ai remis officiellement à Hervé Morin, Ministre de la Défense et Président du Nouveau Centre, mon rapport portant sur l'appellation du Nouveau Centre, dans le cadre de la mission qui m'avait été confiée auprès des militants au mois de janvier.
33388_1497836497050_1568269828_31211951_4454152_n.jpg
Le premier bureau politique du Nouveau Centre, issu du Congrès de Tours, a eu lieu le 7 juillet au siège du parti. Dans la foulée de celui-ci, nous avons été reçus au Ministère de la Défense par Hervé Morin. Je prends la pose avec, de gauche à droite : Vincent Perrier-Trudov, Délégué départemental du Nord, Président des Jeunes Centristes du Nord-Pas-de-Calais et Conseiller municipal de La Madeleine; Richard Honvault, Président de l'association "Nouvelle Energie pour Boulogne" (NEB) et Conseiller municipal d'opposition à Boulogne-sur-Mer; ainsi qu'avec Isabelle Lefèvre, Référente départementale Femmes au Centre du Pas-de-Calais.

Jean-Marie Cavada sur l'Europe et la crise grecque

Intervention au Congrès du Nouveau Centre à Tours le 12 juin dernier.

L'actu européenne en bref

europa.jpg-Suite à la démission de Horst Köhler, c'est Christian Wulff qui a été élu Président de la République fédérale d'Allemagne (Bundespräsident).

 

-Les négociations visant à trouver un accord avant l'été entre eurodéputés et Etats membres sur la régulation des hedge funds ont échoué et le texte ne sera pas voté avant fin septembre, selon le député européen Jean-Paul Gauzès (UMP - PPE). Les hedge funds, contrairement à leur nom qui signifie "couverture", sont des fonds d'investissement non cotés à vocation spéculative.

 

-Bronislaw Komorowski est le nouveau Président de la République de Pologne. Son predécesseur, Lech Kaczynski, a péri dans la tragique catastrophe aérienne du 10 avril dernier.

 

-Le socialiste francophone Elio Di Rupo a été choisi par le roi des Belges Albert II pour tenter de former un gouvernement, malgré la poussée des séparatistes flamands du NV-A de Bart de Wever lors des élections du 13 juin dernier.

 

-Le Prince Albert II de Monaco a annoncé ses fiançailles avec l'athlète Sud-Africaine Charlène Wittstock tandis que la Princesse héritière Victoria de Suède a épousé Daniel Westling.

 

-Christian Philip a été élu le 25 juin Président du Mouvement Européen France.

 

-Les rémunérations des banquiers limitées par le Parlement européen. Rémunérés majoritairement avec des bonus indexés sur les performances à court terme de leurs établissements financiers, les banquiers ont été enclins à des prises de risques excessives… Ce qui, entre autres, a facilité la crise. Les députés européens ont demandé à ce que ces bonus soient limités et strictement encadrés.

 

-La Belgique préside le Conseil de l'Union européenne depuis le 1er juillet. Elle succède à l'Espagne.

 

-Lena Meyer-Landrut, 19 ans, a remporté, avec son titre Satellite, le 55ème Concours Eurovision de la Chanson le 29 mai dernier à Oslo. C'est la deuxième victoire de l'Allemagne dans l'histoire de la compétition.

 

07:30 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 14 juillet 2010

Hervé Morin, Ministre de la Défense et Président du Nouveau Centre, rend hommage aux personnels de la Défense

128031-64780-jpg_39131.jpg
Le ministre de la Défense Hervé Morin a rendu hommage mardi aux personnels de la Défense et notamment à ceux qui sont intervenus dans des conflits à l'étranger ou lors de catastrophes naturelles, lors d'une réception à l'hôtel de Brienne devant quelque 2.500 invités.

Parmi les invités figuraient également des représentants des unités qui défileront mercredi sur les Champs-Elysées dont des délégations des treize anciennes colonies françaises qui seront pour la première fois associés aux soldats français.

"Vous être les héritiers de la force noire, de ces soldats qui, au cours des deux guerres mondiales, ont quitté la terre de leurs pères pour rejoindre la lointaine métropole, participer à la libération de notre pays et sauver l'honneur de la République", leur a dit Hervé Morin dans son discours.

Le ministre s'est félicité que le président Sarkozy ait mis un terme dans la matinée à "une pratique vécue à juste titre comme une injustice" en alignant les pensions des anciens combattants des ex-colonies de la France qui ont servi sous le drapeau tricolore sur celles de leurs frères d'armes de nationalité française.

Hervé Morin a également salué "le courage, le savoir-faire dont nos soldats font preuve en Afghanistan, au Kosovo, dans le Golfe d'Aden, au large de la Somalie ou encore au Liban".

Il a en outre rendu hommage à l'action des forces françaises "dans la gestion des crises humanitaires", citant en exemple l'intervention des soldats français lors de la tempête Xynthia, les inondations dans le Var ou à l'occasion du tremblement de terre en Haïti.

Hervé Morin a aussi rendu hommage au général Marcel Bigeard, décédé fin juin à l'âge de 94 ans.

Il a enfin salué "l'esprit de responsabilité" des personnels civils et militaires à l'occasion de la réforme de la Défense qui a été marquée notamment par un regroupement d'unités.

"Je sais qu'elle vous demande des sacrifices personnels, remet en cause des habitudes, soulève des interrogations. Mais je sais aussi qu'elle est absolument nécessaire", a-t-il fait valoir en expliquant que "la défense ne saurait s'exonérer de l'effort collectif (...) dans la lutte contre les déficits".

 

(Source : Site Internet de l'hebdomadaire Le Point daté du 13 juillet).

Discours de Marcel Boinet, Maire de Cagny, lors des cérémonies officielles du 14 juillet

panneau-cagny-14.pngVous pouvez lire ce discours en cliquant sur le lien ci-dessous :

Discours Marcel BOINET 14 juillet 2010.doc

Fête Nationale

mardi, 13 juillet 2010

"Copacabana", un film de Marc Fitoussi

Bande annonce du film Copacabana, dont les scènes sont tournées en partie à Amiens. Comme sur cette bande annonce où l'on peut apercevoir l'intérieur de la célèbre Chocolaterie Jean Trogneux, en début de séquence.

Un film idéal pour ces vacances !

15:25 Publié dans Culture, Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Universités d'Eté du Nouveau Centre à La Grande Motte les 28 et 29 août !

868999369.jpg

Chaque année, les Universités d’été organisées par les Jeunes Centristes sont un moment privilégié d’échanges et de débats, dans une bonne ambiance garantie !

Dans le cadre privilégié du club Belambra "Presqu’île du Ponant" à la Grande Motte, au coeur de la région Languedoc-Roussillon, préparez la rentrée politique au soleil ! Rendez-vous aux Universités d’été !





Programme prévisionnel

Samedi 28 août 2010

9h30              : Accueil des participants

10h30 - 12h  : Conseil national des Jeunes centristes
Formation interne des cadres du Nouveau Centre

12h30 - 14h  : Mot d'accueil d'Yvan Lachaud
Déjeuner

14h - 14h30  : Passation de pouvoir entre Damien Abad, ancien président des Jeunes Centristes et Jérémy Coste, président des Jeunes Centristes

14h30 - 15h  : Discours politique d'ouverture des Universités d'été

15h - 18h      : Ouverture des travaux

Le Match des idées :

  • Papa(s), Maman(s) = modèle familial ?
    Familles hétéros, homos, monos : quelles différences ?

  • Pour vivre heureux, vivons groupés !
    Repli communautaire, une tendance qui s'affirme ?

  • Insertion professionnelle des jeunes : "Le travail à tout prix"


18h30            : Discours de clôture de la session plénière

19h30            : Apéritif

20h30            : Dîner suivi d'une soirée : La Grande Motte, So Hot !

Dimanche 29 août 2010

8h15 - 9h15   : Tournoi sportif entre les Jeunes Centristes et les cadres du Nouveau Centre

9h15 - 10h45 : "Politic dating"

11h                : Discours de clôture des Universités d’été



INSCRIVEZ-VOUS dès maintenant et avant le 21 août 2010 :


- en téléchargeant le bulletin d'inscription et en le renvoyant accompagné de votre règlement à l’ordre de l’AFPSLE à l’adresse suivante :
Nouveau Centre - Universités d’été 2010
84 rue de Grenelle
75 007 PARIS

- Inscription en ligne à venir

Festival de Saint-Riquier

eglise-abbaye-saint-riquier.jpg

Depuis le 7 juillet, et jusqu'au 21 juillet, a lieu dans la Somme le Festival de Saint-Riquier, reconnu internationalement, et notamment organisé par le Conseil Général de la Somme.

Pour consulter le programme : CLIQUEZ ICI.

 

(Photo : l'Abbatiale de Saint-Riquier).

07:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 12 juillet 2010

L'agenda de ma semaine

262124910.JPGLundi 12 juillet : Rencontre avec la Principale du collège Auguste Janvier à Amiens.

 

Mardi 13 juillet : Réception à l'Hôtel de Brienne par Hervé Morin, Ministre de la Défense, Président National du Nouveau Centre.

 

Mercredi 14 juillet : Cérémonies officielles à Cagny.

Fête organisée par le Comité de Quartier Saint-Honoré-Jeanne d'Arc, à Amiens.

 

08:00 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

La Coupe du monde de football est espagnole !

1272828_large.jpg

00:16 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 11 juillet 2010

Une chose est sûre : ce soir, la Coupe du monde sera européenne !

france98.jpg

Après avoir été italienne ces quatre dernières années, la Coupe du monde deviendra ce soir espagnole ou néerlandaise !

En attendant, je ne résiste pas au fait de partager cette image avec vous et qui nous fait toujours du bien : la France Championne du monde en 1998 à Paris ! Qu'ils étaient beaux les Bleus de 98...

Je tiens également à féliciter les organisateurs Sud-Africains de cette Coupe du Monde 2010. Ils ont su prouver que l'Afrique, avec cette première réussie, pouvait accueillir des manifestations sportives d'ampleur planétaire.

Espagne - Pays-Bas : Que le meilleur gagne !

08:00 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 10 juillet 2010

Bilan des Cafés Europe 2009/2010

100_1292.JPG
100_1294.JPG
Une vingtaine de personnes a assisté le mercredi 30 juin au bilan des Cafés Europe 2009/2010 au sein de ma permanence. Nous avons ainsi pu tracer un bon bilan des conférences organisées et mettre en perspectives la saison 2010/2011 avec beaucoup d'enthousiasme.
Je tiens à remercier pour l'occasion mon équipe de bénévoles ainsi que Catherine Mouradian et Fabrice Hinschberger, qui m'ont beaucoup aidé dans la préparation de ces Cafés Europe au fil des mois.
Je rappelle que ces Cafés Europe sont nés d'une idée du Conseil de la Société Civile "Amiens Horizon Europe", que j'avais mis en place lorsque j'étais députée européenne.
Rentrée des Cafés Europe au mois d'octobre avec pour première invitée la députée européenne Sophie Briard Auconie.
aff-cafe-europe-30juin-.jpg

vendredi, 09 juillet 2010

L'Eglise a béatifié Jerzy Popieluszko, symbole de la Résistance face au régime communiste

1651692-2225049.jpg
lm-jerzy-popieluszko-2.jpg
La grand-messe de béatification du prêtre polonais Jerzy Popieluszko, aumônier du syndicat Solidarité assassiné il y a 25 ans par la police du régime communiste, a débuté dimanche 6 juin, à Varsovie devant près de 150.000 fidèles, selon la police.

"C'est un grand jour pour l'Eglise de Pologne et pour notre patrie toute entière", a déclaré l'archevêque de Varsovie Kazimierz Nycz au début de l'office retransmis à la télévision et concélébré par une centaine d'évêques autour de Mgr Angelo Amato, envoyé spécial du pape Benoît XVI.

Mgr Amato a lu en latin le décret du pape attribuant le titre de bienheureux "à Jerzy Popieluszko, prêtre et martyr, qui a vaincu le mal par le bien".

Cette devise chrétienne, chère au père Popieluszko, figurait en haut de l'autel sur l'immense place Pilsudski de Varsovie, à l'endroit même où le pape polonais Jean Paul II avait célébré en 1979 une messe mémorable lors de sa première visite pastorale en Pologne communiste.

 

Plusieurs hauts responsables polonais présents


"Le père Jerzy était un héros. Il a risqué sa vie, mais il n'avait pas peur de la mort. Il n'a pas arrêté de dénoncer les vices du régime", a déclaré Anna Zwierzynska, 58 ans, venue assister à la messe.

La mère centenaire du prêtre béatifié, Marianna Popieluszko longtemps applaudie par la foule, était présente à l'office, avait déclaré avant la cérémonie: "J'ai pleuré quand mon fils a quitté ce monde, et maintenant c'est avec joie que j'accueille sa béatification".

Plusieurs hauts responsables polonais étaient à ses côtés, dont le Premier ministre Donald Tusk et la maire de Varsovie, Hanna Gronkiewicz-Waltz.

A l'issue de la messe, des reliques du prêtre devaient être portées en cortège à travers Varsovie pour être déposées au "Temple de la Providence Divine", une imposante église en construction dans le quartier de Wilanow, à 12 km de la place Pilsudski.

 

Benoit XVI lui rend hommage


Le pape Benoît XVI a rendu hommage au prêtre polonais Jerzy Popieluszko, en l'"heureuse occasion" de sa béatification. Le souverain pontife a notamment affirmé que "son service passionné et son martyr sont un signe spécial de la victoire du bien sur le mal".

"Puisse son exemple et son intercession nourrir le zèle des prêtres et enflammer d'amour les croyants", a-t-il dit, en polonais, à l'issue d'une messe célébrée dans un centre des sports à la périphérie de Nicosie.

 

Il dénonçait la répression policière


Dans ses homélies, le père Popieluszko n'hésitait pas à dénoncer ouvertement la répression policière, la censure et les persécutions des opposants au régime. Ses messes, quadrillées par un important dispositif de policiers en uniforme et en civil, débouchent parfois sur des échauffourées. Son mot d'ordre chrétien "vaincre le mal par le bien", qu'il répète souvent lors de ses offices religieux, fait une carrière nationale. Las des avertissements lancés à l'Eglise, le pouvoir communiste décide de réduire lui-même le père Popieluszko au silence.

Le père Jerzy Popieluszko avait été enlevé par et torturé à mort par trois officiers de la SB le 19 octobre 1984. Le prêtre avait été jeté dans les eaux de la Vistule, à 120 km au nord de Varsovie. L'office se déroulera place Pilsudski où les fidèles ont afflué par milliers, un lieu hautement symbolique où le pape polonais Jean Paul II avait célébré en juin 1979 une messe mémorable lors de sa première visite pastorale en Pologne communiste.

 

Symbole de la lutte commune


Le procès en béatification du prêtre martyr polonais, porte-voix de l'opposition anti-communiste, avait débuté en mai 2001. Sa béatification avait été approuvé le 19 décembre dernier Benoît XVI a approuvé le 19 décembre, dernière étape avant la canonisation.

Un miracle n'est pas requis pour que le prêtre soit béatifié et devienne bienheureux étant donné qu'il est un martyr. Par contre, pour être canonisé et saint, un miracle devra lui être attribué par la congrégation pour la cause des saints qui instruit ces dossiers au Vatican.

Assassiné à 37 ans, le père Popieluszko symbolise aux yeux des Polonais la lutte commune de l'opposition démocratique et de l'Eglise catholique contre un régime totalitaire. Il fut aumônier du syndicat Solidarité de Lech Walesa et vicaire à la paroisse Saint-Stanislas de Varsovie. Ses "messes pour la patrie", célébrées après le coup de force du général Wojciech Jaruzelski contre Solidarité en décembre 1981, rassemblaient des milliers de fidèles, au grand dam du pouvoir communiste.

Son enlèvement et son assassinat débouchent sur un procès retentissant de trois policiers, auteurs directs du crime, condamnés en 1985 à de lourdes peines de prison. Mais leurs commanditaires n'ont jamais été identifiés formellement.

 

(Sources : Nouvelobs.com avec AFP. Vidéo France 24).

jeudi, 08 juillet 2010

Le canton Amiens V s'affiche sur la vitrine de ma permanence !

100_1313.JPG
 
Permanence cantonale de Brigitte Fouré et Olivier Mira. 10, rue Jean Calvin. 80000 AMIENS.

Une cathédrale superstar !

2do43b53.jpgSur le site Gigapixel, qui nous présente la nouvelle technologie des gigapixels (Photos de 3,55 gigapixel !), on peut y voir par exemple une vue de Manathan, mais on y trouve... Notre Dame d'Amiens.

Je vous invite à aller y faire un tour.

Cliquez sur la photo de la Cathédrale et ensuite sur le +, et encore sur le +, et encore et encore....
On y découvre jusqu'au détail de la pierre ou le pigeon caché derrière une statue. MAGNIFIQUE !

Belle prouesse technologique et félicitations à notre Grande Dame de s'afficher en première devant tant de lieux prestigieux...

Merci à Nathalie Lavallard pour cette belle découverte.

CLIQUEZ ICI

mercredi, 07 juillet 2010

Canton Amiens V Sud-Est Cagny : Comment contacter vos nouveaux élus au Conseil Général ?

brigitte-recto-photo-copier.jpg

brigitte-verso--copier.jpg

mardi, 06 juillet 2010

Le nouveau clip de la sécurité routière : une incontestable réussite

Ce document doit faire prendre conscience à tous les jeunes des méfaits de l'alcool et de la conduite en état d'ivresse, afin que la réalité ne soit plus insoutenable.

lundi, 05 juillet 2010

L'agenda de ma semaine

1859782027.jpgLundi 5 juillet : Manifestation en hommage aux Pieds-Noirs.

 

Mardi 6 juillet : Rencontre avec le principal du Collège Guy Mareschal.

 

Mercredi 7 juillet : Bureau National du Nouveau Centre à Paris.

 

Jeudi 8 juillet : Réunion du Nouveau Centre de la Somme.

 

Vendredi 9 juillet : Conférence de presse du club Imagine Amiens.

 

Samedi 10 juillet : Célébration d'un mariage en mairie d'Amiens.

 

Dimanche 11 juillet : Barbecue de l'association Présence Pour Amiens.

11:03 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 04 juillet 2010

Hommage à Laurent Terzieff

Le célèbre comédien est décédé vendredi à l'âge de 75 ans (Source : BFM TV).

13:38 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 03 juillet 2010

Discours de Daniel Dubois, Président du groupe du Centre et des non-inscrits, hier au Conseil Général de la Somme

Monsieur le Président,

Mes Chers Collègues,

 

Daniel Dubois.jpgNous voici au terme de l’examen du budget supplémentaire 2010 qui ne nous laissera pas de bons souvenirs.

 

Plus le temps passe, plus nous constatons une détérioration de l’esprit démocratique qui régnait autrefois dans cette assemblée.

 

J’en veux pour preuve les propos de monsieur Maisse laissant entendre, sans aucune preuve, que notre collègue et ami Philippe Cheval serait responsable du déficit de l’Historial. De telles affirmations sont d’une particulière gravité. Elles émanent en plus d’un vice-président sensé connaître ses dossiers. Elles laissent planer des doutes insupportables. C’est ainsi que des rumeurs nauséabondes partent. Nous vous demandons, monsieur le président, de condamner publiquement les propos de Monsieur Maisse.  Si vous ne le faites, pas, nous serions amenés à considérer que vous n’assurez pas le respect du règlement intérieur et nous saurons bien entendu en tirer les conclusions qui s’imposent.

 

Une autre preuve, nous avons déposé des vœux pour assurer la sécurité juridique de nos décisions. L’un concerne le fonds exceptionnel pour les services à domicile, l’autre vise le fonds social cantine. Dans un cas comme dans l’autre, les élus que nous sommes, vous comme nous, sur tous les bancs, n’avons pas eu la possibilité de voter des critères. Non, monsieur le président, ces critères ne sont pas du pouvoir de l’exécutif, mais du pouvoir du délibératif. Je rappelle la règle datant de 1982 : les services préparent et exécutent, les élus décident. Or là, les élus sont priés de ne pas décider.  Et quand le délibératif est privé volontairement de ses pouvoirs propres, comment appelle t’on ces régimes politiques ? Je sais que vous êtes un démocrate, monsieur le président, mais là, vous vous devez, à ce titre et au nom de la démocratie, d’intervenir pour rétablir la légalité.

 

 

Une troisième preuve, et celle ci n’est malheureusement pas nouvelle. Quand nous présentons des vœux ou des observations sur les conséquences des décisions de la région sur les politiques du conseil général, vous nous dites que ce n’est pas de notre compétence et vous refusez de les faire étudier, ou alors, vous les cuisinez à votre sauce piquante. Dans le même temps, sans que ce soit plus de notre compétence, vous n’avez de cesse de présenter des motions contre le gouvernement. Deux poids, deux mesures. Nous le vivons comme une profonde injustice pour ne pas dire du mépris à l’égard de notre travail et des habitants de nos cantons.

 

Une quatrième preuve, le débat intéressant sur les éoliennes off-shore. Un vœu du groupe Somme à gauche qui était en fait un amendement, un rapport sur l’économie, une réunion de travail et un débat épique mercredi. Quel dommage que sur un sujet aussi important, que vous n’ayez pas entendu les avis de nos collègues du littoral ne serait-ce qu’en prenant le temps de la concertation comme cela vous a été suggéré par les élus divers gauche. Ce n’est pas ainsi que vous obtiendrez l’unanimité sur des sujets d’une telle importance. C’est vraiment dommage. Encore une fois, monsieur le président, vous n’avez pas fait ce qu’il fallait pour obtenir le consensus nécessaire. Quel dommage pour le département de la Somme et pour ses habitants !

 

A mon avis, à notre avis, tout ceci a sans doute une explication, celle d’une majorité divisée. J’en veux pour preuve toutes les interrogations de notre collègue Stoter sur les rapports du social. Je ne vais pas m’en plaindre ! J’en veux aussi pour preuve notre collègue Têtu qui dénonce le canal Seine Nord défigurant les paysages et dans le même temps, vote le contournement de Péronne parallèle au canal ! Encore un grand écart et il n’est pas le seul !

 

Tout cela éclipse totalement les rapports du budget supplémentaire. Il n’y avait déjà pas grand chose à en dire, à quelques exceptions près. Mais je crois qu’il est plus important de parler du fonctionnement démocratique de notre assemblée, qu’il est plus important de vous alerter sur sa détérioration. Et, à chaque fois, ce n’est pas de notre fait ! Cela augure mal, vraiment mal, des travaux qui nous attendent au DOB et au BP pour 2011.

 

Alors, nous avons recherché dans les 3 schémas, dans la délégation des aides à la pierre et quelques autres rapports, des motifs pour changer d’opinion sur vos choix budgétaires. Nous n’avons rien trouvé !

 

Par conséquent, nous sommes contraints de voter contre ce budget supplémentaire.

 

vendredi, 02 juillet 2010

En Europe, des armées à la diète

soldats_francais_article.jpg

En France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Espagne, en Italie et en Grèce, les coupes dans les dépenses militaires sont à l’ordre du jour, même si les détails ne devraient pas être connus avant l’automne. A terme, cette réduction programmée ne sera pas sans effet sur les relations entre les États-Unis et les pays européens et sur la capacité d’influence de l’Europe dans le monde.

Dans un discours prononcé le 23 février devant la National Defense University à Washington, le secrétaire américain à la défense Robert Gates affirmait que « la démilitarisation de l’Europe, où une grande partie de l’opinion et de la classe politique sont réfractaires aux forces armées et aux risques qui vont avec, est passée d’une bénédiction au XXe siècle à une entrave pour obtenir une sécurité réelle et une paix durable au XXIe siècle. ».

Suède : la fin du service militaire

Une page de l’histoire moderne de la Suède se tourne : le service militaire obligatoire, sur lequel ce pays longtemps neutre se reposait pour assurer sa défense, n’existe plus depuis mercredi 30 juin. Les 1 700 appelés (dont 9 % de femmes) qui étaient encore sous les drapeaux sont rentrés chez eux. Ils seront remplacés par des soldats professionnels que l’armée embauchera sur une base contractuelle.

Cette décision, votée par le Parlement en juin 2009, est le résultat d’un double constat tiré par le gouvernement de centre droit. D’une part, le concept de défense territoriale ne se justifie plus depuis la fin de l’URSS. Les besoins ont évolué. Le royaume participe désormais à des opérations militaires loin de ses frontières : en Afghanistan, sous l’égide de l’Otan (dont il n’est pas membre), au Kosovo et en Afrique sous la houlette de l’Union européenne, à laquelle il a adhéré en 1995.

D’autre part, « le pays, confronté à des choix budgétaires, ne pouvait plus se permettre de financer un dispositif de défense aussi ambitieux », note un expert. Des casernes et des bases navales ont été fermées, des projets d’équipement sacrifiés. Cette réforme est désormais complétée par la suppression de la conscription qui, il y a quarante ans, concernait plus de 50 000 jeunes. « Mieux vaut des forces armées amaigries mais plus à même de répondre aux exigences et aux missions actuelles », explique- t-on au ministère de la défense.

Une logique contestée. Le service militaire, introduit en 1901, « était une expression concrète du sens de solidarité et d’appartenance à une nation », estiment les signataires, dont deux anciens ministres de la défense, d’un plaidoyer publié dans le quotidien Svenska Dagbladet.

D’autres s’inquiètent du profil des 4 000 recrues prévues chaque année. Réalisées avec de gros moyens, des vidéos diffusées par l’état-major pour attirer les candidats mettent en scène des situations dramatiques (poursuite de pirates somaliens, alerte dans une base aérienne, feu de forêt nocturne). « Les jeunes dotés de compétences sociales, dont l’armée aurait besoin, risquent d’être effrayés », regrette le président du syndicat des officiers, Lars Fresker. L’opposition sociale-démocrate a promis de réintroduire un service national réformé, si elle remporte les législatives, très indécises, du 19 septembre.

Royaume-Uni : une réduction « très, très brutale »

43 000 soldats et civils sur 283 000 en moins d’ici à 2014 ? C’est l’estimation concernant l’armée britannique de Malcolm Chalmers, professeur au Royal United Services Institute (Rusi). Le Royaume-Uni vient d’annoncer un large plan de rigueur, dont le détail ne sera connu que le 20 octobre. Seule certitude : les budgets devront en moyenne être coupés de 25 % en valeur réelle sur quatre ans.

George Osborne, le chancelier de l’Échiquier, précise que la défense devrait être légèrement moins touchée, à cause des « pressions particulières » qui y règnent, référence à l’Afghanistan où sont postés 9 500 hommes. Malcolm Chalmers en conclut que le budget de la défense britannique devrait être réduit de 15 % en valeur réelle d’ici à 2014. Pour Liam Fox, le ministre de la défense, « nous devons être très très brutaux dans la réduction de nos coûts ».

Allemagne : la conscription en question

L’armée allemande doit faire des économies. Le plan de rigueur du gouvernement en prévoit 4 milliards d’euros jusqu’à 2014, mais selon un porte-parole du ministère de la défense, l’armée doit épargner en tout 8,3 milliards d’euros durant le même délai. Cela passe par la suppression de 40 000 des 250 000 postes dans l’armée.

Réduit à six mois au lieu de neuf à partir de l’an prochain, le service militaire est aussi mis en question. Le ministre de la défense, Karl-Theodor zu Guttenberg (CSU), a même proposé de le suspendre pour un certain temps, une proposition non retenue.

Par ailleurs, des projets d’armements seront soumis à la rigueur. Selon l’hebdomadaire Der Spiegel, la marine a réformé par avance six de ses dix sous-marins, qui auraient dû rester en service jusqu’à 2015. Les propositions concrètes seront présentées début septembre.

Grèce : baisse de salaire des militaires

La Grèce, qui vit dans la crainte permanente d’un conflit d’envergure avec la Turquie, a proportionnellement les dépenses militaires les plus élevées d’Europe : elle a prévu d’y consacrer 6 milliards d’euros cette année, soit 2,8 % de son PIB, contre 1,7 % en moyenne dans les autres pays européens de l’Alliance atlantique.

En annonçant en mai 2010 un plan d’austérité drastique, le premier ministre Georges Papandréou s’est engagé à diminuer les dépenses militaires, en réduisant en priorité celles de fonctionnement. En clair : les salaires des militaires baisseront, mais la Grèce continuera à acheter du matériel militaire, notamment français et allemand.

Pour aller au-delà, la Grèce attend que la Turquie diminue elle aussi ses dépenses. Les deux premiers ministres s’y sont engagés à la mi-mai – sans annonce depuis.

Espagne : de nouvelles coupes à venir

Le budget de la défense espagnol a été réduit de presque 9 %, soit plus de 600 millions d’euros cette année. Au cours des deux dernières années, les dépenses de défense ont été réduites d’environ 1 milliard d’euros, grâce à la réduction des coûts administratifs et salariaux, les dépenses opérationnelles et les missions de maintien de la paix à l’étranger étant maintenues.

De nouvelles coupes sont attendues en 2011, après la promesse du premier ministre socialiste José Luis Rodriguez Zapatero de diminuer les dépenses publiques de 7,7 % en 2011. Certains programmes sont déjà touchés, comme le projet de drone européen Talarion d’EADS. La phase initiale du projet financé par l’Espagne, la France et l’Allemagne a reçu 600 millions d’euros d’investissements, mais le projet d’allouer 1,5 milliard d’euros pour lancer la phase de conception et de développement est en suspens en raison des révisions de budget dans les trois pays.

France : des reports de programmes

Le ministère français de la défense planche sur une économie à réaliser de 2 à 5 milliards d’euros sur trois ans. Le chiffre de 4,9 milliards semble le plus probable, car il correspond à la différence entre la loi de programmation militaire 2009-2014 et la lettre de cadrage de Matignon. Compte tenu de la diminution des effectifs déjà engagée au sein des armées depuis 2009, 54 000 postes à supprimer sur six ans, il est envisagé de rogner surtout sur les crédits d’équipement (environ 11 milliards d’euros chaque année).

 

Lire la suite de l'article sur le site de La Croix : CLIQUEZ ICI

jeudi, 01 juillet 2010

Discours de Daniel Dubois, Président du groupe du Centre et des non-inscrits, lundi dernier au Conseil Général de la Somme

Monsieur le Président,

Mes Chers Collègues,

 

Daniel Dubois.jpgJe voudrais tout d’abord accueillir comme il se doit, notre nouvelle collègue, Brigitte Fouré.

 

Elue conseillère générale du canton d’Amiens Sud Est il y a 15 jours, la voici à nos côtés.

Nous sommes tous heureux de la compter parmi nous.

Nous sommes sûrs qu’elle saura mettre à profit ses compétences et son expérience pour le bien du département et des habitants de son canton.

 

Sur les bancs de cette assemblée, nous partageons, monsieur le président,  avec plaisir sa victoire face à votre candidat. Sa victoire, c’est celle de la proximité et des engagements concrets. Sa victoire, c’est celle de la politique locale, au sens noble du terme. C’est aussi celle du rassemblement au service des habitants.

 

Sa victoire, c’est aussi celle sur la municipalité d’Amiens qui, depuis 2 ans, poursuit ses réflexions philosophiques et ses grands débats, tout en étant incapable de résoudre les problèmes quotidiens des Amiénois.

 

Sa victoire, c’est aussi celle sur l’exécutif de la région Picardie qui, ayant à peine digéré se victoire de mars, s’est employée quelques jours plus tard à renier sa parole au mépris de ses électeurs en faisant des coupes sombres dans ses actions en faveur de la création d’emplois, de la culture, des énergies renouvelables, que sais-je encore car la liste n’est pas close.

 

 

Sa victoire nous encourage à poursuivre dans la voie que nous nous sommes tracée :

-         La voie d’une opposition constructive et vigilante.

-         La voie d’une assemblée qui travaille sur les dossiers départementaux, sans confusion possible avec les débats fomentés par le siège du parti socialiste et que l’on retrouve sous forme de « motions » à chaque réunion de notre assemblée.

 

A propos des dossiers départementaux, vous nous réunissez cette semaine pour étudier 48 rapports de plus 400 pages sans compter les annexes.

 

Ce nombre pourrait impressionner notre nouvelle collègue ! Qu’elle se rassure, il n’y a pas grand chose dans ce budget supplémentaire si ce n’est des ajustements budgétaires et quelques grandes promesses non financées.

 

C’est un budget supplémentaire inodore et incolore !

 

Certes il y a 3 schémas et non des moindres.

Je ne sais pas, mes chers collègues, si vous avez lu dans le détail les schémas de l’enfance et du handicap. Le travail de diagnostic est indéniable même si quelques erreurs se sont glissées ici et là. Mais, regardez bien les propositions d’actions. Ah oui, on va faire ci, on va faire ça ! Moi, je reste concret et je me pose la question suivante : on va faire comment ? Il n’y a pas un chiffre sur le budget qui doit être mobilisé pour mettre en œuvre ces actions. Vu les difficultés financières que connaît notre collectivité, c’est pourtant une question essentielle !

Je me suis demandé pourquoi cet oubli après des mois et des mois de préparation, de réunions, de communication. Avec mes collègues, nous avons émis plusieurs hypothèses :

-          Soit vous savez ce que cela va coûter mais vous n’arrivez pas à faire des choix budgétaires entre différentes priorités. Et c’est de la paralysie !

-          Soit vous savez déjà que vous n’arriverez pas à boucler le budget 2011 et que c’est schémas sont donc illusoires. Et c’est un mensonge par omission.

-          Soit, et je le crois vraiment, vous voulez ranger ces schémas dans un tiroir ou au fond d’une armoire et vite les oublier !

Encore une fois, vous êtes dans le discours, dans l’utopie, pas dans la réalité.

 

Je ne porterai pas la même appréciation sur le schémas des piscines. Là, il y a tout, le diagnostic, les priorités, la programmation et même le financement pour les prochaines années. Néanmoins, nous ne sommes pas d’accord sur le financement, il est injuste et pénalise les petites communes rurales. Il consomme en grande partie la ligne consacrée aux équipements structurants et pénalise ainsi les territoires qui veulent rénover un gymnase, faire une maison pluridisciplinaire de santé, une médiathèque, sans parler des R.P.C. !

 

Et puis, j’ai vu un rapport que je croyais tombé aux oubliettes, celui sur la délégation des aides à la pierre au titre de la politique de l’habitat. A lire votre rapport, monsieur le président, c’est la panacée qui va résoudre la question du logement social.

 

En fait, et je trouve ça cocasse ! Vous demandez à l’Etat de vous déléguer l’une de ses compétences.

 

D’habitude, nous vous entendons critiquer les compétences transférées par la loi. Là, vous voulez en faire plus que ce que la loi nous demande de faire.

 

D’habitude, vous critiquez le manque de ressources transférées par l’Etat. Et là, pas de souci, vous êtes prêt à suivre les décisions du gouvernement en matière d’habitat, à gérer les crédits de l’Etat, selon les zones définies par l’Etat, selon les critères techniques fixés par l’Etat mais sans les agents de l’Etat. En clair, on va augmenter les frais de personnel pour gérer à la place de l’Etat. Et c’est vous, monsieur le président, qui nous le proposez ! J’avais déjà du mal à comprendre votre stratégie pour le département, mais là je ne vous comprends pas du tout.

 

Quand une compétence nous est transférée, notre assemblée a encore un peu de liberté. Mais là, avec cette délégation, nous n’en avons aucune. Et pour 6 ans en plus ! 6 ans pieds et poings liés par les décisions de l’Etat !

 

Et dire, que dans le même temps, vous allez continuer à critiquer le manque de moyens de l’Etat pour le logement social, oubliant au passage de critiquer la Région qui arrête ses interventions dans ce domaine. Certains appellent ça le grand écart, il faut être sacrément souple pour ne pas se faire mal !

 

Ceci étant, dans vos rapports, nous avons deux motifs de satisfaction, ce qui, sommes toutes, est bien peu de choses.

 

La première satisfaction, c’est que vous retenez notre proposition de mettre en œuvre la gratuité de la téléalarme pour les personnes âgées les plus dépendantes. Nous vous l’avons proposée il y a déjà deux ans. Même si vos critères sont un peu restrictifs, nous notons que vous allez dans la bonne direction.

 

La seconde satisfaction, c’est que vous reconnaissez la justesse de nos observations sur les subventions aux associations d’anciens combattants. Vous rétablissez la ligne budgétaire après la baisse brutale lors du budget primitif.

 

Pour le reste, beaucoup d’inquiétudes comme pour le déficit de l’Historial qui se creuse. Beaucoup de choses à améliorer aussi. C’est la raison pour laquelle nous vous avons déposé, dans un esprit constructif, un certain nombre de vœux et amendements. Je laisserai le soin à mes collègues de les défendre.

 

Reste le compte administratif de l’année 2009

 

Pour étudier sereinement tous les chiffres qui caractérisent l’exécution du budget 2009, il est bon de rappeler quelques éléments de cette année là :

-          Une augmentation des impôts de plus de 13% en volume qui a pénalisé le pouvoir d’achat des ménages, une augmentation deux fois supérieure la moyenne des Départements.

-          Une hausse de 37 % des emprunts

-          Une progression des dépenses de fonctionnement de 6%

-          Et un recours accru aux autorisations de programme.

 

Les chiffres de votre compte administratif confirment ces choix que nous avons contestés tout au long de l’année 2009.

 

Et que constate t’on, maintenant que nous avons les chiffres définitifs :

-          Le produit des impôts directs est supérieur de 2 millions 400 mille euros à vos prévisions, hausse des taux incluse. Cela veut dire tout simplement qu’il n’était pas nécessaire de les augmenter autant pour atteindre le produit que vous espériez. Les contribuables apprécieront !

-          L’encours de la dette atteint un nouveau sommet avec près de 288 millions d’euros. Vous avez poursuivi votre politique de recours massif à l’emprunt. Certes, vous stabilisez la dette par habitants mais en utilisant l’artifice de l’allongement de la durée des emprunts. Nous ne sommes pas dupes de la manœuvre ! Ce sont nos enfants et nos petits-enfants qui paieront le prix de vos choix ! C’est une méthode injuste !

-          Et un excédent de 8 millions 650 mille euros, pour partie, fruit de la hausse des impôts et des emprunts ! Ces hausses n’étaient donc pas nécessaires !

-          Un excédent qui aurait pu être meilleur si vous aviez fait quelques efforts pour réduire les dépenses de fonctionnement !

 

Alors quand je lis votre rapport sur l’affectation du résultat, je me dis que vous reconnaissez un peu vos erreurs en matière d’emprunt. 5 millions d’euros consacrés à la réduction de la dette, c’est déjà ça. Cela ne permettra pas de résoudre les prochains problèmes financiers de notre collectivité, mais c’est déjà ça, quelques gouttes d’eau dans un océan d’incertitudes.

 

Pour être complet, il aurait fallu nous dire deux choses importantes :

-          En dépenses nouvelles, combien vont nous coûter la renégociation des emprunts.

-          Et quel sera l’impact sur la charge de la dette de chacune des prochaines années.

 

Et pour être encore plus pertinent, il aurait fallu, monsieur le président, que vous ayez une véritable politique de réduction du recours à l’emprunt, de limitation des autorisations de programme, de renoncement aux déviations hors de prix, …Il aurait fallu aussi, monsieur le président, que vous ayez une volonté de faire mieux sans dépenser toujours plus.

Le compte administratif comme les rapports du budget supplémentaire ne traduisent aucune de ces volontés pourtant essentielles d’un bon gestionnaire conscient que l’argent public se fait de plus en plus rare.

Je ne voudrais pas terminer mon propos sans revenir sur la contribution des communes au service d’incendie et de secours, dont les critères ont fait l’objet de nos débats il y a quelques mois. C’est pourquoi, aujourd’hui, je vous remets solennellement, monsieur le président, les pétitions de plus de la moitié des maires de la Somme, touchés par une hausse injuste de cette contribution, demandant une réunion spéciale d’explication. Pas une réunion dans un canton ou un autre, une réunion de tous les maires de la Somme. J’espère sincèrement que vous, monsieur le président et notre collègue président du SDIS,  entendrez leur demande.

 

Merci de votre écoute attentive.