Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 décembre 2009

Bon réveillon de la Saint-Sylvestre en famille ou entre amis!

champagne.jpg

16:00 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 27 décembre 2009

Vacances de Noël

Profitez bien de cette parenthèse annuelle offerte par les vacances de Noël pour vous recentrer sur vous-même et vos proches...

08:00 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 25 décembre 2009

Joyeux Noël!

Quelques-uns des plus beaux chants de Noël, par la chanteuse allemande Monika Martin.

08:00 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 24 décembre 2009

Douce nuit

Les Choristes : La nuit de Noël.

16:00 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

Je vous souhaite un bon réveillon de Noël!

reveillon-noel-id548.jpg

08:00 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 22 décembre 2009

Noëls d'Europe

Marché de Noël.jpg

En Suède, les fêtes de Noël débutent le 13 décembre, jour de la Sainte-Lucie, fête de la lumière. La fille aînée de la maison revêt une robe blanche et une ceinture rouge, et elle pose sur sa tête une couronne ornée de sept bougies. Le 24 décembre, les fenêtres sont décorées de petits luminaires. Ce n’est pas le Père Noël qui apporte les cadeaux, mais un lutin vêtu de gris, appelé Tomte (voir aussi ma note de dimanche dernier 13 décembre).

 

En République Tchèque, pendant longtemps, avant Noël, les habitants célébraient Saint-André, Sainte-Barbe et Sainte-Lucie. Aujourd’hui, Saint-Nicolas est le plus fêté. Là-bas, il s’appelle Svaty Mikalas.

 

En Irlande, après la messe de minuit, on se rassemble dans les rues pour chanter et boire du vin ou du whisky chaud tandis que les enfants mettent leur taie d’oreiller au bout de leur lit. C’est elle qui sera remplie de cadeaux au petit matin.

 

En Pologne, lors de la veillée qui précède la messe de minuit, on déguste du hareng, du brochet, des choux, des gâteaux aux noix, au miel et aux fruits secs.

 

A Chypre, les traditions de Noël sont les mêmes que celles de la Grèce voisine. Les cadeaux sont distribués aux enfants le 1er janvier, jour de la Saint-Basile, qui vécut en Grèce au IVè siècle.

 

Au Danemark, on déguste en soirée une oie aux choux rouges et le traditionnel riz au lait, dans lequel une amande est cachée. L’enfant qui la trouve gagne un cadeau supplémentaire. On dit que c’est le lutin de Noël qui l’apporte.

 

En Slovaquie, et surtout dans les régions d’Orava et de Banska Stiavnice, depuis plus de 200 ans, des artistes gravent sur le bois des scènes de la naissance du Christ ou les peignent à l’aquarelle. A Noël, ces œuvres d’arts populaires sont portées en procession de village en village par des chanteurs.

 

En Estonie, le Président de la République déclare chaque année la trêve de Noël, une coutume vieille de 350 ans. En sortant de l’église, les Estoniens vont allumer des bougies sur les tombes de leurs proches. Ainsi, les cimetières brillent dans la nuit comme des champs de lumières.

 

En Belgique, comme dans les régions françaises d’Alsace et de Lorraine, on fête avant tout Saint-Nicolas le 6 décembre. La légende raconte qu’il a ressuscité trois enfants qu’un boucher avait découpé et mis au saloir. Les enfants reçoivent des gâteaux en pain d’épice en forme de bonhomme.

 

A Malte, tous les villages sont décorés par des guirlandes multicolores, les festuni. Les enfants promènent en procession une statue de Jésus dans les rues, et l’un d’eux, habillé en apôtre, lit l’Evangile de Saint-Luc qui raconte la nuit de Noël à la messe de minuit.

 

En Autriche, ce n’est pas le Père Noël qui apportent les cadeaux aux enfants mais Christkindl, une jeune fille vêtue de blanc, couronnée de lumière et pure comme un ange. On se régale des Kekse, biscuits traditionnels en forme d’étoiles, de sapins ou de croissants.

 

En Slovénie, il est de coutume de se passer, de maison en maison, une statue de la Vierge pour rappeler le voyage de Marie et de Joseph jusqu’à Nazareth.

 

En Italie, à Rome, pour annoncer la naissance du Christ, plusieurs coups de canon sont tirés du château Saint-Ange. La Befana, une sorcière très âgée et bienveillante, y apporte les jouets, le jour des Rois, en survolant les cheminées, juchée sur son balai ! Rappelons aussi que c’est à l’Italie que l’on doit la tradition de la crêche, depuis que Saint-François d’Assise a célébré la messe de Noël dans une grotte des Abruzzes en 1223.

 

C’est au nord de la Finlande, près du cercle polaire, en Laponie, à Korvantunturi, que vit le Père Noël (Joulupukki, en finnois). Des milliers d’enfants lui écrivent chaque année.

 

En Hongrie, on pose sur la table de Noël de la paille, des peignes ou des couteaux que l’on recouvre d’une nappe. Sous cette table, un panier rempli d’avoine, de blé et de maïs est glissé. Autrefois, les paysans espéraient ainsi obtenir de meilleures récoltes.

 

On doit à l’Allemagne les traditions du calendrier de l’avent, dont les enfants ouvrent une fenêtre chaque jour à partir du 1er décembre, et surtout celle du sapin. Dans toutes les villes du pays, on se presse pour les acheter sur les marchés de Noël en buvant du vin chaud pour se réchauffer. Le plus grand marché est celui de Nuremberg, la capitale des jouets.

 

Au Portugal, on mange de la morue lors du traditionnel repas appelé consoada. Sur la table sont disposés un ou deux couverts supplémentaires pour les âmes des disparus.

 

Au Luxembourg, Saint-Nicolas vient remplir silencieusement pendant la nuit du 6 décembre les assiettes laissées la veille sur une table par les enfants. Puis, le jour de Noël, des concerts ont lieu sur les places des villages durant laquelle une quête est organisée pour les personnes dans le besoin.

 

En Grèce, Pâques est la fête la plus importante mais Noël n’est pas oubliée pour autant. Le 24 décembre, les enfants font le tour des villages en chantant des Kalanda et en jouant du triangle et du tambour. Les adultes les remercient avec des bonbons et des fruits secs.

 

En Lituanie, on reste dans sa maison le 24 décembre car, dit-on, les esprits rodent à l’extérieur la nuit de Noël. Au dîner, devant la cheminée, la famille se partage des biscuits secs au pavot, les Kuciukai, des gâteaux aux fruits rouges et des galettes d’avoine.

 

Au Royaume-Uni, on déguste le Christmas pudding en regardant à la télévision la Reine Elizabeth II adresser un message de Paix à la Nation. Puis, les enfants ouvrent des crackers. Quand on tire les deux bouts de ces papillotes, un petit pétard explose.

 

En Espagne, la période de Noël débute le 8 décembre, jour de la fête de Marie, célébrée sur le parvis de la cathédrale de Séville par des garçons costumés qui interprètent los Seises (« La danse des Six »). Les Espagnols ont une dévotion particulière pour les Rois Mages dont la fête, l’Epiphanie, est le 6 janvier.

 

Aux Pays-Bas, dès la mi-novembre, Saint-Nicolas, Sinterklaas, arrive d’Espagne dans un bateau plein de cadeaux. Il est accompagné de son cheval blanc, Schimmel, et d’hommes au visage maquillé de noir qui représentent son assistant, Zwarte Piet, Pierre le Noir. Jusqu’au 6 décembre, ils parcourent les villages pour distribuer leurs présents.

 

En Lettonie, on décore l’arbre de Noël de cent bougies, sans oublier de préparer de délicieux cookies au gingembre.

 

En France, les traditions ne manquent pas : sapins, souliers dans la cheminée, crèches et messes de minuit rythment la nuit de Noël dans tout l’Hexagone. Dans la région de Provence, on orne la crèche des célèbres santons. A côté d’eux, la maîtresse de maison pose une coupelle où elle a mis à pousser du blé le 4 décembre, jour de la Sainte-Barbe. A Strasbourg, le célèbre marché de Noël (ou Christindelmärik) a lieu depuis l'année 1570.

 

santa-claus-arrived.jpg

08:00 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 21 décembre 2009

Bonnes fêtes de fin d'année!

Joyeux Noël.gifJe vous souhaite à tous de passer de très bonnes fêtes de fin d'année et vous donne rendez-vous sur ce blog, dans la version que vous connaissez, dès le lundi 4 janvier.

Durant les deux semaines qui viennent, la programmation habituelle de ce blog est modifiée en raison des fêtes.

dimanche, 20 décembre 2009

Savourons l'esprit de Noël!

10-amiens.jpgDernières promenades ou derniers achats dominicaux avant Noël dans une ville d'Amiens emplie de féérie.

Bon dimanche à toutes et à tous!

08:00 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

Ma permanence prend du repos durant ces fêtes!

2205425611_small_1.jpgMa permanence du 10, rue Jean Calvin à Amiens est fermée pour les vacances depuis hier samedi 19 décembre et jusqu'au dimanche 3 janvier inclus.

 

Réouverture avec tous les bénévoles le lundi 4 janvier à 10 heures. Vous pouvez cependant me laisser un message sur le répondeur au 03 22 72 86 50 ou bien m'écrire par courrier électronique sur brigittefoure80@yahoo.fr.

 

Bonnes fêtes!

Fête de Noël du club d'Amiens Boxe Française

Amiens Boxe Française.JPG

J'ai assisté mardi soir dernier à la fête de Noël du club d'Amiens Boxe Française. C'est toujours un plaisir de me rendre dans cette structure associative remarquablement bien gérée par Ben Omar-Miloudi (qui m'embrasse sur la photo ci-dessus!). Et je tiens à nouveau à remercier tous les enfants, qui ont tenu à me lire ce superbe poème, par la voix de l'un d'entre eux :  Noël et les enfants.

 

(Photo : Fête de Noël d'Amiens Boxe Française en 2007).

samedi, 19 décembre 2009

Les ONG consternées après la conférence de Copenhague

copenhague.jpg

La consternation a régné samedi au Bella Center parmi les nombreuses ONG venues à Copenhague dans l'espoir d'arriver à un accord crédible pour lutter contre le changement climatique. Elles ont dénoncé l'incapacité des gouvernements à remplir leur mandat.

 

Selon ActionAid, les Etats-Unis sont les principaux responsables du fiasco. «Personne ne sort grandi de ces négociations, mais finalement, c'est l'incapacité des Etats-Unis d'améliorer son offre de réduction des émissions et de financement qui a rendu un accord impossible», a affirmé la directrice d'ActionAid, Anne Jellema.
Un avis partagé par Greenpeace: «Les Etats-Unis ont traîné les pieds et n'ont montré aucun signe de leadership».
Pour Kim Carstensen, du WWF International, le document adopté est «seulement une déclaration d'intention qui ne lie personne de manière contraignante et échoue à garantir un avenir plus sûr pour les prochaines générations». Un «désastre pour les plus pauvres»
Le WWF note qu'à l'occasion de la conférence, plusieurs pays ont proposé de réduire leurs émissions de manière volontaire. Dans la déclaration des chefs d'Etat de vendredi, ils s'engagent à limiter à moins de deux degrés la hausse des températures, ajoute l'ONG.
«Mais dans les faits, les offres mises sur la table sont insuffisantes et conduisent à une hausse des températures d'au moins trois degrés en 2050», a affirmé Kim Carstensen, directeur de l'Initiative pour le climat du WWF. «Il sera très difficile de surmonter les divisions entre riches et pauvres à Mexico dans un an», a-t-il ajouté.
Chris Coxon d'ActionAid a noté aussi que le texte négocié vendredi par un petit nombre de pays reste vague sur la promesse de débloquer cent milliards d'ici 2020. Il n'y a aucune garantie sur l'origine de ce financement et ses modalités. Il n'y a aucune échéance fixée pour élaborer un traité contraignant, a souligné le délégué.


Pour les Amis de la Terre (Friends of the Earth), Copenhague a été un «désastre pour les plus pauvres de la planète». «En retardant leur action, les pays riches ont condamné des millions de gens à la faim alors que le changement climatique va s'accélérer», a relevé Nnimmo Bassey, président de l'ONG. Le comportement des dirigeants «honteux»
«Nous sommes dégoûtés par le refus des pays développés de s'engager sur les réductions nécessaires des gaz à effet de serre», a-t-il ajouté. Pour Oxfam International, les pays ont abandonné toute volonté d'aboutir à un accord substantiel capable de prévenir la catastrophe climatique à laquelle la planète est confrontée.
L'espoir d'un traité contraignant à Mexico en 2010 est enterré, a indiqué Jeremy Hobbs, en rappelant que des réductions de 40% des émissions de CO2 sont nécessaires d'ici 2020 pour limiter la hausse des températures à deux degrés en 2050.
Pour le directeur de Greenpeace International Kumi Naidoo, le document adopté n'est «pas équitable, pas ambitieux et pas contraignant». L'ONG estime que le comportement des principaux dirigeants à Copenhague a été «honteux».
Les ONG annoncent qu'elles vont accroître la pression ces prochains mois pour que les principaux pays pollueurs reviennent avec des offres plus sérieuses. «La société civile va redoubler d'efforts», a promis Greenpeace.

 

(Source : Quotidien suisse Le Matin).

Hervé Morin au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI



Hervé Morin invité du Grand Jury RTL - 13.12.09.

vendredi, 18 décembre 2009

Retour chaleureux à Strasbourg

100_1058.JPG

J'ai été très heureuse de me rendre mercredi dernier au Parlement européen, à Strasbourg, afin d'assister dans les tribunes de l'hémicycle à la remise du Prix Sakharov.

L'occasion également de revoir beaucoup de personnes qui me sont proches, tels les députés européens Sophie Briard Auconie (qui a eu la gentillesse de m'accueillir) et Damien Abad, mon ex-assistante parlementaire Florence Rangeon ou encore Médéric Furon-Kuntzmann, Président des Jeunes Centristes d'Alsace (voir ci-dessous). Dans l'après-midi, j'ai également pu visiter le très célèbre marché de Noël!

100_1060.JPG

Prix Sakharov / Sergeï Kovalev : "L'Europe ne doit pas rester silencieuse"

Mémorial.jpg

Le Prix Sakharov pour la liberté de pensée a été remis mercredi 16 décembre à l'association russe de défense des droits de l'homme Memorial et à ses trois représentants Oleg Orlov, Sergeï Kovalev et Lioudmila Alexeïeva. Ces derniers, qui s'étaient déplacés à Strasbourg pour recevoir le Prix, l'ont dédié à leurs compatriotes assassinés en Russie et dans les anciennes républiques soviétiques.
« Il y a des jours où je suis particulièrement fier de présider le Parlement européen, et aujourd'hui est l'un de ces jours », a déclaré Jerzy Buzek, soulignant l'importance qu'il attache au Prix Sakharov pour la liberté de pensée. Il a rendu hommage aux journalistes assassinés pour avoir défendu les droits de l'homme. « Natalia Estemirova et Anna Politkovskaïa auraient dû être ici aujourd'hui : leurs assassins doivent être traduits en justice », a-t-il martelé.

Au nom de l'association Memorial, Sergeï Kovalev a dédié le Prix Sakharov à tous ceux qui étaient morts pour avoir lutté pour le respect des droits de l'homme. Il a cité Natalia Estemirova, Stanislas Markelov, Anna Politkovskaïa, Anastasia Babourova, Nikolaï Girenko et Farid Babayev, précisant que malheureusement, la liste était encore bien plus longue. Les députés se sont levés pour leur rendre hommage.

« L'Europe ne doit pas rester silencieuse »

Sergeï Kovalev a par ailleurs nuancé la situation en Russie. Selon lui, « la situation n'est pas aussi simple qu'elle paraît. Nous avons beaucoup d'alliés dans la société - dans notre lutte pour les droits de l'homme comme dans celle pour faire la lumière sur le stalinisme. De plus, les autorités russes ne sont pas aussi monolithiques qu'elles semblent au premier abord ».

Un message d'espoir, qui ne doit pas cacher la nécessité pour l'Union européenne d'agir. « Qu'attendre de l'Europe ? Andreï Sakharov l'a très bien exprimé il y a vingt ans : ´mon pays a besoin d'être soutenu et mis sous pression'. (...) Il est du devoir de l'Europe de ne pas rester silencieuse mais, encore et toujours, de répéter, de rappeler et d'insister sur le fait que la Russie doit respecter ses engagements ».

« La liberté de pensée est à la base de toutes les autres libertés », a rappelé en conclusion Sergeï Kovalev, avant d'être, avec Oleg Orlov et Lioudmila Alexeïeva, longuement ovationné par les députés européens.

 

(Source : Communiqué de presse. Photo AFP).

3ème Prix du livre européen

v-13936.jpg

Pour sa troisième édition le Prix du livre européen a vu la création d'une nouvelle catégorie celle du roman. Ainsi, cette année deux livres ont été récompensés, un essai et un roman.

Ce Prix s'adresse à tous livres paraissant dans un des pays de l'Union européenne dans l'année pourvu qu'il s'agisse d'un essai ou d'un roman. Il est doté pour chacune de ses catégories de 10 000 euros. Le jury est composé de journalistes de neuf pays de l'UE. Cette année, il était présidé par Ezio Mauro, directeur de rédaction à La Repubblica.

Cette année, le Prix du livre européen dans la catégorie essai est revenu à Sylvie Goulard pour L'Europe pour les nuls. Le jury souhaitait récompenser l'auteur pour l'ensemble de son oeuvre et a apprécié « un véritable acte de foi en faveur de l’intégration communautaire » comme le précise dans son blog Jean Quatremer journaliste chez Libération et juré.

Dans la catégorie roman, c'est le journaliste polonais Mariusz Szczygiel qui a été primé pour Gottland. Ce livre est déjà édité en France aux éditions Actes Sud.

(Source : Actualitte.com).

 

v-13935.jpg

Constance Legrip va devenir députée européenne

CL.jpgLe départ de Michel Barnier pour la Commission européenne dans les semaines à venir fera une heureuse : Constance Le Grip, sixième sur la liste francilienne de l'UMP aux élections européennes. En cas de démission du Parlement européen, la loi prévoit en effet que le premier non-élu de sa liste bénéficie automatiquement de son siège.

A 48 ans, Constance Le Grip a notamment été conseillère de Nicolas Sarkozy lorsqu'il était ministre de l'Intérieur, avant d'être l'une des coordinatrices de la campagne présidentielle.

De 1986 à 1995, elle fut l'assistante parlementaire d'Alain Lamassoure.

Elle est aujourd'hui conseillère technique au cabinet du président de la République.

 

Pour consulter le trombinoscope des eurodéputés, rendez-vous sur le site Internet du Parlement européen.

jeudi, 17 décembre 2009

Premier du mois sacré (Awal Muharram)

muharram1.gif
Je souhaite un bon Awal Muharram à tous mes amis et amies musulmans. Le nouvel an musulman célèbre le premier jour de l'émigration du prophète (Hégire). Awal Muharram a lieu demain 18 décembre.

08:00 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 16 décembre 2009

Conseil municipal : Traditionnel dialogue de sourds!

Portrait-de-Gilles-Demailly-Maire-d-Amiens.jpgJeudi dernier avait lieu le Conseil Municipal. Comme il se doit, le maire et plusieurs adjoints ont présenté leurs priorités budgétaires, les travaux dans les écoles et le logement pour l'essentiel. Puis, plusieurs membres de l'opposition ont pris la parole pour le désormais traditionnel dialogue de sourds qui règne au Conseil Municipal d'Amiens.

En effet, le maire laisse longuement les membres de sa majorité aborder des sujets nationaux, leur permettant de dire tout le mal qu'ils pensent du président de la République et du gouvernement. Mais quand un membre de l'opposition ose demander ce que la majorité municipale va faire dans le domaine de l'enseignement supérieur ou encore de la politique de la ville ou des transports, le maire lui coupe sèchement la parole en indiquant que ces sujets sont de la compétence d'Amiens-Métropole (il faut préciser qu'Amiens-Métropole vote à son tour le budget cette semaine) !

Deux poids, deux mesures: c'est probablement cela la conception de la démocratie du maire d'Amiens...

Il y aurait encore beaucoup à dire sur le comportement de Gilles Demailly qui, en privé reconnaît volontiers qu'il faudrait aborder certains sujets de compétence métropolitaine au conseil municipal mais affirme le contraire en public...

Je m'attendais à ce que la presse relève ces incohérences mais il n'en a rien été. Peut-être est-il plus facile d'affirmer sans même vérifier que l'équipe municipale actuelle fait dix fois plus que la précédente en matière de logement ou de travaux dans les écoles.

Il faut donc conseiller à ceux qui veulent se faire une idée objective de suivre le conseil municipal sur Internet...

 

(Illustration : Portrait de Gilles Demailly par l'artiste Milano).

 

mardi, 15 décembre 2009

Hervé Morin au Conseil national de l'UDF-NC


Discours de cloture d'Hervé Morin lors du Conseil National du Nouveau Centre le 12 décembre 2009.

Giscard approuve le projet de Morin de relancer le sigle UDF

Le ralliement d'Hervé de Charette et le soutien apporté par Valéry Giscard d'Estaing accroissent la légitimité du projet du président du Nouveau centre de faire revivre l'UDF, nom dont le Modem est aujourd'hui détenteur.

500ème note de ce blog : Merci à toutes et à tous pour votre fidélité car vous êtes chaque mois plus nombreuses et plus nombreux à venir consulter cet espace de libre expression.

HM.jpg

Après le ralliement d’Hervé de Charette, Hervé Morin enregistre un autre soutien de poids dans son opération reconquête du sigle «UDF», celui de Valéry Giscard d’Estaing. Manifestement nostalgique, l’ancien président de la République «estime que reprendre le nom de l’UDF serait la meilleure nouvelle qui soit».

C’est Hervé Morin qui a annoncé ce coup de pouce dans la foulée d’un petit déjeuner avec VGE, ce jeudi. «Il m’a dit: "cela me semble évident qu’il faut reprendre ce nom là".»

Le NC, partenaire de la majorité, tient samedi à Paris un Conseil national au cours duquel son président devrait confirmer sa volonté de récupérer le nom «UDF», aujourd’hui contrôlé par le Modem mais revendiqué par Hervé de Charette, qui a quitté l’UMP pour rejoindre le NC. Celui-ci est le premier a avoir déposé la marque UDF, en 2004, à l’institut national de la propriété industrielle (INPI). «Je voulais protéger les intérêts de la famille centriste et ceux de Giscard dans une atmosphère de querelles politiques entre les amis de Bayrou et ceux à l’intérieur de l’UMP», a-t-il justifié jeudi, invoquant un «acte de préservation de notre patrimoine politique».

«Acte de contrefaçon»

Ce dépôt est jugé illégal par le Modem qui a qualifié le projet de Morin «d’acte de contrefaçon» et brandit la menace d’une saisie des tribunaux en cas de passage à l’acte. En 2007, un congrès de l’UDF avait confié au Modem de François Bayrou le nom et le patrimoine de l’ancien parti à savoir son siège parisien.

Sans se soucier de cet épisode, Morin et Charette ont déjà tenté d’avancer et ont tenu, ce jeudi, une première réunion de travail pour «fixer les perspectives et thèmes majeurs qui pourraient être ceux de l’UDF», a expliqué le ministre de la Défense. Le rôle d’Hervé de Charette «dans la reconstruction du NC sur l’Ouest de la France» a également été évoqué.

Selon Hervé Morin, VGE a dressé «une analyse extrêmement lucide de l’évolution (...) de la famille centriste, dont le début de l’acte de décès remonte à la candidature d’Edouard Balladur à la présidentielle de 1995, où l’UDF avait décidé de ne pas présenter de candidat». «J’ai eu l’occasion de lui exposer quelles étaient les thématiques de cette société apaisée que nous voulons construire, de cet humanisme moderne qui correspond parfaitement, m’a-t-il rappelé, à la première partie de son septennat», a ajouté le ministre.

Façon aussi de prendre son autonomie vis-à-vis de l’UMP, deux ans après s’être rallié à Nicolas Sarkozy: «L’UMP est un parti important mais c’est le parti de la droite française et moi, je suis un homme du centre», a plaide Hervé de Charette, exprimant, au passage, son malaise sur la conduite du débat sur l’identité nationale.

 

(Source : AFP et Libération).

Hervé de Charette au Conseil national de l'UDF-NC


Discours d'Hervé de Charette lors du Conseil National du Nouveau Centre le 12 décembre 2009.

Hervé Morin dans "La Matinale" de Canal +



Hervé Morin, Ministre de la Défense et Président du Nouveau Centre est l'invité de Maïtena Biraben dans l'émission "la Matinale" le 8 décembre 2009.

Anne-Marie Idrac et Hervé de Charette au NC!

arton561-26880.jpg
Charette.jpg

Le Nouveau Centre recrute. Le parti du ministre de la Défense, Hervé Morin, a annoncé hier le ralliement de deux personnalités de la majorité : la secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, et le député de Maine-et-Loire Hervé de Charette. L'ancien ministre des Affaires étrangères d'Alain Juppé a expliqué qu'il quittait l'UMP pour rejoindre le Nouveau Centre afin de contribuer à la formation d'« une UDF nouvelle ». L'ex-parti giscardien « manque cruellement à la vie politique », a-t-il estimé. Interrogé sur le fait de savoir s'il autoriserait le Nouveau Centre à utiliser le sigle UDF, Hervé de Charette a répondu oui. Estimant que l'UMP n'était pas parvenu  à devenir « le grand parti de la droite et du centre », il s'en est pris en particulier au débat sur l'identité nationale, jugeant qu'on prenait les électeurs « pour des billes » en lançant cette consultation avant les régionales.

 

(Source : Les Echos).

lundi, 14 décembre 2009

L'agenda de ma semaine

Agenda bleu.jpgLundi 14 décembre : Goûter des aînés avec le Comité de quartier Saint-Roch (Amiens).

 

Mardi 15 décembre: Rencontre avec une association d'Amiens-Nord.

 

Mercredi 16 décembre : J'assisterai à la remise du Prix Sakharov au Parlement européen à Strasbourg.

 

Jeudi 17 décembre : Permanence sans rendez-vous à Amiens.

Conseil d'Amiens-Métropole.

 

Vendredi 18 décembre : 20ème anniversaire de la Corpo de la faculté de droit d'Amiens.

 

Samedi 19 décembre : Séminaire de travail avec les élus municipaux de l'opposition amiénoise.

 

08:00 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 13 décembre 2009

Hanukkah

Hanukkah.jpg
Je souhaite une bonne fête de Hanukkah à tous mes amis et amies juifs. Hanukkah, qui a commencé hier samedi, est la fête des lumières du candélabre qui brillèrent durant huit jours avec une seule fiole d'huile pour permettre la consécration du Temple après la victoire des Maccabées, importante dynastie de prêtres sur le Roi Antiochus, qui avait profané le site sacré. C'est le symbole de la victoire de la lumière sur les ténèbres où se complaisent les forces du mal.

08:00 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

Début des fêtes de Noël en Suède

En Suède, pays qui assure actuellement la Présidence du Conseil de l'Union européenne, les fêtes de Noël débutent le 13 décembre, jour de la Sainte-Lucie, fête de la lumière. La fille aînée de la maison revêt une robe blanche et une ceinture rouge, et elle pose sur sa tête une couronne ornée de sept bougies. Le 24 décembre, les fenêtres sont décorées de petits luminaires. Ce n’est pas le Père Noël qui apporte les cadeaux, mais un lutin vêtu de gris, appelé Tomte.

07:45 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 12 décembre 2009

Conseil National du Nouveau Centre à Paris

NC.jpg

Conseil national


Notre projet pour les régions

Ce Samedi 12 décembre 2009, de 9h à 13h

au Théâtre du Gymnase à Paris
38, boulevard de Bonne-Nouvelle, Paris 10ème
Métro : Bonne Nouvelle (lignes 8 et 9)

 

Le Président Obama a reçu son Prix Nobel de la Paix

Obama Nobel.jpg

Barak Obama a officiellement reçu son Prix Nobel de la Paix ce jeudi à Oslo. Le Président américain a accepté cette distinction avec une grande humilité. Devant l’Académie Nobel, Obama a tenté de désamorcer les critiques ravivées par sa décision d’intensifier l’action militaire en Afghanistan. Et il souligné le paradoxe soulevé par le choix du jury des Nobel, alors qu’il entame tout juste son mandat.

Trompettes, grande tenues de gala, invités de marques, paillettes et applaudissements, le Comité Nobel a réservé un accueil à la hauteur du lauréat Obama.

En recevant son Prix Nobel, Barak Obama a défendu un droit à la guerre.

"Comparé à certains géants de l’histoire qui ont reçu le prix ... ce que j’ai accompli est peu" a précisé le président américain. Tout en justifiant son engagement en Afghanistan, "il y aura des moments où des pays, individuellement ou de concert, jugeront l’usage de la force non seulement nécessaire mais moralement justifié", le chef de la Maison blanche a affirmé faire œuvre de Paix. "La paix exige le sens des responsabilité. La paix impose des sacrifices. C’est la raison pour laquelle l’Otan est toujours indispensable."

Barak Obama, tout en paradoxe, ne veut pas renoncer à ses idéaux.

 

(Source : France Info).

07:45 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 11 décembre 2009

Entrée en fonctions de Catherine Ashton

Catherine Ashton.jpg

La nouvelle Madame Europe de la diplomatie a passé son premier grand oral public, mercredi 2 décembre, devant le Parlement de Bruxelles, dès le lendemain de sa prise de fonction officielle. La baronne Catherine Ashton of Upholland, Britannique et travailliste, fraîchement élue haute représentante pour les affaires étrangères (et la politique de sécurité) par les vingt-sept dirigeants de l'Union européenne (UE), a participé à un "échange de vues" avec des eurodéputés de la commission des affaires étrangères. Une présentation informelle en attendant, en janvier, son audition officielle en tant que commissaire et vice-présidente de la Commission européenne.

Ceux qui se sont étonnés du choix de Lady Ashton,  inconnue hors du microcosme politique à Londres et à Bruxelles et dépourvue d'une expérience diplomatique notable, peuvent commencer à ravaler leur chapeau. En matière de rhétorique, la baronne a montré sa maîtrise parfaite des codes de la diplomatie : l'art des phrases rondes qui n'annoncent rien et ne fâchent personne. Le cadre, il faut dire, ne prêtait guère à autre chose : la haute représentante disposait presque chaque fois d'une minute trente pour répondre au bombardement de questions en désordre des eurodéputés. Et ceux-ci s'intéressaient autant aux relations commerciales avec le Sri Lanka qu'aux grandes questions du type : "Le respect des droits de l'homme est-il un préalable indispensable à toute négociation ?"

Lady Ashton s'est tirée de cet exercice impossible avec habileté, justifiant l'absence de toute vision ou d'initiative par la nouveauté de sa fonction. Elle a prôné une "diplomatie tranquille", "en coulisses", où "il faut parler mais aussi écouter". Sans trop d'audace, elle a dit que l'Europe devait aider à stabiliser l'Afghanistan, penser à imposer de nouvelles sanctions à l'Iran pour son programme nucléaire, promouvoir la relation transatlantique, "respecter les avis des Etats membres mais se rassembler au sein de l'Union". Elle ne s'est pas prononcée sur l'adhésion de la Turquie à l'UE.

A un député qui s'étonnait qu'elle ait été nommée à ce poste sans avoir été ministre des affaires étrangères, elle a répondu qu'elle avait "les qualités requises", au vu de son expérience dans les ministères, à la Chambre des lords et comme commissaire au commerce. "Je pense que je suis très intelligente", a-t-elle ajouté sans sourciller.

Trait d'humour

Son premier grand chantier sera la mise en place du service d'action extérieure. Le traité de Lisbonne ne dit pas s'il doit être rattaché à la Commission ou au Conseil et l'ambiguïté est déjà source de conflit entre les institutions. Lady Ashton s'est contentée de dire qu'elle conserverait son bureau dans le bâtiment de la Commission. Et a osé ce trait d'humour, sans grand succès : "Parce que là, je sais où se trouve le café."

La baronne a dû répondre de son passé de trésorière de Campagne pour le désarmement nucléaire (CND), une organisation britannique accusée d'avoir été soutenue par le bloc soviétique au début des années 1980. Elle a rappelé que "l'argent était récolté dans des seaux pendant les manifestations" et elle a assuré n'avoir "pas perçu directement de fonds de quelque pays communiste que ce soit". Qu'elle soit britannique, issue d'un pays réticent à toute idée de diplomatie européenne supranationale et dégagé de la charte des droits fondamentaux a aussi suscité des questions. "Je ne serai pas une extension du gouvernement britannique. Je prendrai un point de vue européen", a-t-elle promis.

(Source : Marion Van Renterghem, Le Monde).

Le Prix LUX du Parlement européen à Philippe Lioret

LUX.jpg

Et le lauréat du Prix LUX est… « Welcome » ! Le long métrage du Français Philippe Lioret a convaincu les députés européens et sera donc sous-titré dans les 23 langues officielles de l'Union européenne. Il raconte l'histoire d'un maître-nageur de Calais qui aide un jeune réfugié kurde désireux de traverser la Manche à la nage pour rejoindre sa petite amie.

« Le Prix LUX est une initiative récente (il en est à sa troisième édition, ndlr) mais dont le Parlement européen attend beaucoup », a expliqué le Président du Parlement européen, Jerzy Buzek, juste avant d'annoncer le lauréat. « Au moyen du cinéma, nous espérons provoquer un débat public sur des questions qui nous concernent tous, et qui concernent en conséquence ce Parlement ».


Cette année, c'est donc le film « Welcome » du Français Philippe Lioret qui a été retenu. « Le film a eu un écho dans la société française qui m'a fait évoluer. Nous avons commencé cinéastes et avons fini citoyens », a expliqué le réalisateur français. Il a également expliqué son combat à l'Assemblée nationale à Paris pour faire modifier le projet de loi visant à pénaliser l'aide aux migrants illégaux.


Soutenir le cinéma européen par-delà les frontières linguistiques


Les députés européens étaient invités à visionner les trois films finalistes : « Welcome », « Eastern Plays » du Bulgare Kamen Kaleev et « Sturm » de l'Allemand Hans-Christian Schmid. Ils pouvaient ensuite voter pour élire le lauréat. « Welcome » sera sous-titré dans les 23 langues officielles de l'Union européenne, une aide à la diffusion estimée à 87 000 €.


Depuis 2007, le Parlement européen soutient la production cinématographique européenne en remettant ce prix. Il vise à dépasser les frontières linguistiques en soutenant la distribution du film lauréat dans toute l'Union européenne.

 

 

(Source : Site Internet du Parlement européen).