Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 novembre 2008

Economie, Europe : le Nouveau Centre veut exister

europe1.jpg

 Comment exister sans se mettre à dos Nicolas Sarkozy ? Tirer profit de l'affaiblissement, au moins passager, du PS après la passe d'armes Royal-Aubry ? Et, par-dessus tout, couper l'herbe sous le pied de François Bayrou ? Depuis quelques jours - et alors que les rumeurs sur un éventuel remaniement vont bon train -, le Nouveau Centre s'active. Son président, Hervé Morin, qui est aussi ministre de la Défense, multiplie les apparitions médiatiques. A l'Assemblée, ses troupes se font entendre pour critiquer la suppression de la publicité dans l'audiovisuel public souhaitée par le chef de l'Etat. Demain, le parti se réunit à Issy-les-Moulineaux pour exposer ses propositions pour répondre à la crise économique et financière. Et, surtout, il envisage de plus en plus ouvertement de se présenter sous ses propres couleurs aux élections européennes de juin.

Système à géométrie variable

Hervé Morin est soumis à forte pression. Les élus et les militants du parti le poussent à des listes autonomes. Il sait aussi qu'un parti doit aller au combat s'il veut creuser son sillon dans l'opinion. Surtout, la thématique européenne fait partie du « code génétique » de l'ancienne UDF, dont il revendique l'héritage. Le ministre voudrait éviter de laisser, tout au long de la campagne, le champ libre au Modem. « Ce que je retiens [de la crise au PS], c'est que le pôle de gauche est clairement constitué et que François Bayrou en fait partie », explique le ministre aux « Echos ». Problème : Nicolas Sarkozy, lui, exige des listes d'union aux européennes. Hervé Morin a peut-être trouvé la solution : un système « à géométrie variable », qui consisterait à mettre en place des listes autonomes dans « cinq ou six » régions et à s'allier à l'UMP dans les autres. Une aubaine pour éviter de mauvais résultats là où le Nouveau Centre est « faiblichon ».

« Responsable »

Pour séduire les centristes « égarés », le leader du Nouveau Centre ne mise pas seulement sur l'Europe. Il table aussi sur ses propositions en matière économique. Un programme « responsable » pour se démarquer du « populisme » de François Bayrou auprès de cette frange de l'électorat. Pêle-mêle, Hervé Morin égrène un grand emprunt pour remettre dans le circuit « une partie de l'épargne liquide », la sortie du bouclier fiscal de la CSG et des impôts locaux sur l'habitation, des baisses de TVA ciblées pour l'automobile. Il évoque aussi le regroupement des départements et des régions, le transfert de 2 points de CSG aux collectivités locales, l'abaissement du taux de l'impôt sur les sociétés pour les PME « sur le premier million d'euros de bénéfices mis en réserve », le relèvement des seuils sociaux pour les PME...

Tant pis si le parti ne parvient pas vraiment, au final, à se démarquer de l'UMP. Au moins espère-t-il donner aux électeurs une image de « sérieux ».

Source : STÉPHANE DUPONT ET PIERRE-ALAIN FURBURY

(Les Echos)

mercredi, 26 novembre 2008

Le Grand Rabbin du Commonwealth au Parlement européen : "Quand les mots s'arrêtent, la violence commence"

05053746.jpgLe dialogue est à l'origine de la civilisation européenne mais ne suffit pas à lui-même. "Nous avons également besoin de liens sociaux plus proches sous forme de "pactes", a déclaré Sir Jonathan Sacks, Grand Rabbin des congrégations juives du Commonwealth britannique, qui s'est adressé aux députés dans le contexte de l'Année européenne du Dialogue interculturel, lors d'une séance solennelle.

C'est avec "un grand honneur et un grand plaisir" que le Président Hans-Gert Pöttering a reçu le Grand Rabbin des congrégations juives unies du Royaume-Uni et du Commonwealth au Parlement, dans le cadre de l'année européenne du dialogue interculturel.
 
Il a rappelé la venue cette année du Grand Mufti de Syrie et du Patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée 1er, qui ont tenu avant lui un discours dans cette enceinte. "Après ceux de l'islam et de la chrétienté, c'est un représentant de la foi hébraïque qui intervient devant les députés". Ces religions ont contribué, d'après le président, à la construction de la société européenne, tout comme l'ont fait l'humanisme et les Lumières. Il a rappelé, malgré la forte laïcité en Europe,  le rôle primordial des religions par leur contribution claire notamment à l'éducation, "à la formation de nos valeurs et au développement de notre conscience".
 
Le Grand rabbin Sacks a souvent exprimé sa crainte du danger de voir revivre l'antisémitisme. Le Président a mentionné la commémoration du 70ème anniversaire de la Nuit de Cristal qui s'est déroulée la semaine dernière avec la participation du Congrès Juif Européen. Il a à ce titre rappelé "le devoir absolu du Parlement de lutter contre toutes les formes de racisme, de xénophobie et d'antisémitisme".
 
D'après le Président Pöttering, le Grand rabbin a posé dans son livre "La dignité de la différence", écrit un an après les évènements du 11 septembre, "l'une des questions fondamentales de notre époque" : pouvons-nous vivre ensemble en paix? Si oui, comment?
 
Le dialogue est à l'origine de la civilisation européenne
 
"Le dialogue interculturel est une initiative vitale", a souligné d'emblée Sir Jonathan Sacks, en remerciant Hans-Gert Pöttering qu'il a qualifié de président "humain et  sage".
 
Après une courte bénédiction de l'Assemblée, le Grand rabbin a rappelé que la civilisation européenne est née du dialogue il y a 2000 ans, "lorsque le monde de la Grèce antique et celui de la bible d'Israël étaient réunis par le christianisme". Il a évoqué ensuite plusieurs "grands moments" de ce dialogue.
 
Tout d'abord, il a existé à Athènes sur la base de textes sacrés rédigés en grec. La culture andalouse en Espagne du 10ème au 13ème siècle est le fruit de l'islam d'Averroès, du judaïsme et de la pensée chrétienne. Au début de la renaissance italienne, Pic de la Mirandole, auteur de l'oraison sur la dignité de l'homme - considéré par certains comme le manifeste de la Renaissance - a eu un professeur juif, le rabbin Elie ben Moïse Delmedigo. "Mais le dialogue judéo-chrétien mené après l'Holocauste, après 200 ans de tragédie, est le plus poignant de tous", a estimé Jonathan Sacks. Il a cité notamment les enseignements du philosophe juif Martin Buber et du Concile Vatican II avec la publication de Nostra Aetate (une déclaration sur la relation de l'Eglise avec les religions non-chrétiennes). Heureusement, a-t-il conclu, "aujourd'hui, les juifs et les chrétiens vivent dans le respect mutuel".
 
La bible comme fil conducteur
 
"Comme en témoignent deux passages, la bible enseigne le dialogue", a indiqué ensuite Jonathan Sacks.
 
L'épisode de la création d'Ich et Icha (Adam et Eve) dans la bible, selon le texte littéral, indique que l'homme doit prononcer le nom de la femme, c'est-à-dire celui de l'autre, avant son propre nom. Il est par conséquent important de reconnaître l'autre pour comprendre sa propre identité.
 
Un deuxième passage sur Caïn et Abel traduit l'absence de dialogue et "quand les mots s'arrêtent, la violence commence".  Dans toute relation entre individus ou cultures existent des ambivalences, des points communs et des différences. "Si nous étions totalement différents, nous ne pourrions  communiquer mais si nous étions strictement identiques, nous n'aurions  rien à nous dire".
 
Avant 1933, il existait entre allemands et juifs, comme il a pu exister à un certain moment une entente entre serbes et croates ou entre tutsis et hutus mais "d'autres forces  peuvent nous écarter du dialogue".
 
Un pacte pour assurer le dialogue
 
La notion de pacte, qui joue un rôle majeur, est apparue au cours des 16ème et 17ème siècles en Suisse, en Hollande et en Ecosse et fait toujours partie intégrante de la culture américaine, le président Obama, pourrait d'ailleurs s'y référer. Ce n'est pas un contrat de type commercial mais "une union en vue d'atteindre ensemble ce qui ne peut être atteint séparément".  Le pacte appartient à la sphère de la famille ou du monde associatif. Ce pacte ne porte pas sur des intérêts économiques et n'est pas limité dans le temps.
 
"On peut avoir une société sans Etat mais peut-on avoir un Etat sans société? Sans ciment pour relier les gens entre eux?", s'est interrogé le Grand rabbin. "On peut maintenir les gens par la force ou la crainte. Mais lorsqu'on choisit de respecter l'intégrité de toutes les cultures, alors on a besoin d'un pacte". Ce pacte implique d'honorer la liberté des autres "si l'on souhaite qu'ils respectent la nôtre" et de mettre l'accent sur les responsabilités, autant que sur les droits car "les droits sans les responsabilités sont les prêts hypothécaires du monde moderne". "L'Europe a besoin d'un nouveau pacte et elle doit le faire maintenant, en ces temps de crise financière", a-t-il ajouté. Pour illustrer son propos, Jonathan Sacks a utilisé l'image du lion et de l'agneau : "le jour où ils vivront ensemble n'est pas venu. Cela s'est produit sur l'Arche de Noé, non pas parce qu'ils avaient atteint une utopie, mais parce qu'ils savaient que sinon ils allaient se noyer".
 
Il a également déclaré aux députés qu'une visite il y a six jours à Auschwitz accompagné de l'archevêque de Canterbury et de représentants d'autres confessions leur avait fait comprendre "ce qui se passe quand il n'y a plus de respect mutuel".
 
"Dieu nous a donné plusieurs langues mais un seul monde dans lequel vivre", a-t-il ajouté. Et de conclure : "Puissions-nous vivre dans notre diversité glorieuse!"
 
En réponse à ce discours, le Président Pöttering a conclu : "vous avez parlé de respect mutuel et de la reconnaissance d'autrui. Ce qui nous unit dépasse ce qui nous sépare. C'est le principe de notre engagement européen, fondé sur la dignité de chaque être humain".

 

13:37 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 24 novembre 2008

L'agenda de ma semaine

Agenda Bleu.jpgLundi 24 novembre: Réunion du Conseil de la Société Civile.

 

Mardi 25 novembre: Rencontre avec les élèves du Collège Edouard Lucas à Amiens.

Commission La Ruche européenne à Paris.

 

Mercredi 26 novembre: Réunion mensuelle du Nouveau Centre à Amiens.

 

Jeudi 27 novembre: Permanence sur rendez-vous à Amiens.

 

Vendredi 28 novembre: Rencontre avec des associations à Amiens.

 

Samedi 29 novembre: Conseil national du Nouveau Centre à Issy-les-Moulineaux.

 

 

08:00 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 22 novembre 2008

Rencontres de la Librairie Martelle aujourd'hui à 16 heures

Couverture_B._Fouré.jpgJe vous invite à me rejoindre aujourd'hui dès 16 heures à la Librairie Martelle (Rue des Vergeaux à Amiens) pour une séance de dédicaces, qui sera précédée d'un entretien avec Anne Martelle et de questions posées par le public.

5123_223925.jpg

vendredi, 21 novembre 2008

Une plume pour mon livre

_DSF2149.jpgDemain, samedi 22 novembre, je suis invitée par la librairie Martelle, pour une séance de dédicace de mon livre "Une femme au coeur de la Cité, entretiens avec Fabrice Hinschberger".

Ce livre témoigne de quelques 25 années de vie politique au service d'Amiens, de la Picardie et de l'Europe. Mais ce livre n'aurait jamais vu le jour si je n'avais pas rencontré sur mon chemin l'artisan de ce projet, celui qui m'a convaincue de réaliser cet ouvrage, celui qui l'a porté sur ses épaules pendant plus d'un an, celui qui l'a mûri, celui qui l'a rédigé avec talent, malgré toutes les difficultés!

Alors, à cet instant où, au travers de ce livre, je suis au premier plan, je voulais dire publiquement merci à Fabrice Hinschberger d'avoir mis sa très belle plume littéraire à mon service.

Merci, Fabrice, d'avoir su traduire avec délicatesse et sensibilité ces années de vie politique! Merci aussi et surtout pour ta précieuse collaboration!

 

Couverture_B._Fouré.jpg

mercredi, 19 novembre 2008

Jean-Christophe Parisot nommé Chevalier dans l'Ordre National du Mérite

470326304.jpg

Sur proposition de Valérie Létard, Secrétaire d'Etat aux Solidarités, mon ami Jean-Christophe Parisot vient d'être nommé chevalier dans l'Ordre National du Mérite et je m'en réjouis.

Atteint d'une forme rare de myopathie, l'alphasarcoglycanopathie, qui l'oblige à se déplacer en fauteuil roulant et l'a amené à subir une trachéotomie il y a quelques années, Jean-Christophe s'est engagé depuis longtemps en faveur de l'intégration des personnes handicapées.

Après avoir travaillé pendant près de 20 ans au cabinet de Gilles de Robien à Amiens, Jean-Christophe Parisot a assumé la fonction de délégué interministériel au handicap auprès de Xavier Darcos, ministre de l'Education Nationale. Depuis le 1er septembre dernier, il a été nommé sous-préfet, secrétaire général de la Préfecture du Lot à Cahors. Et c'est une première, en France.

 

Sous-Préfet du Lot depuis le 1er septembre

 

Sous-préfet, bien que se déplaçant en fauteuil roulant, et non pas sous-préfet parce qu'il est handicapé, Jean-Christophe est pour nous tous un exemple: exemple de courage et de ténacité, exemple de force de caractère, exemple de dévouement constant au service de l'intérêt général.

Par cette note, je veux dire à Jean-Christophe et Katia toute l'admiration et l'affection que j'ai pour eux mais aussi combien je suis heureuse qu'ils me comptent dans le cercle de leurs proches amis.

Je serai donc très fière de remettre à Jean-Christophe, puisqu'il me l'a demandé, la décoration que la République française a voulu lui décerner!

 

19:35 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 17 novembre 2008

L'agenda de ma semaine

Agenda Bleu.jpgLundi 17 au jeudi 20 novembre: Session du Parlement européen à Strasbourg.

 

Vendredi 21 novembre: Vernissage de l'exposition de peinture d'Alain Castello à ma permanence.

 

Samedi 22 novembre: Séance de dédicace de mon livre "Une femme au coeur de la Cité", entretiens avec Fabrice Hinschberger, à la librairie Martelle (Rue des Vergeaux à Amiens).

 

08:00 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 14 novembre 2008

Coups de coeur

mairie2.jpgSamedi dernier, j'ai assisté à l'inauguration de la Foire de la Saint-Martin organisée par la commune de Saint-Hilaire du Harcouet (Manche). Cette manifestation, qui existe depuis des centaines d'années, était placée sous le signe de l'Europe, à l'occasion de la présidence française de l'Union Européenne. C'est pourquoi le maire de cette commune d'environ 5 000 habitants, située à quelques kilomètres du Mont Saint-Michel, m'avait invitée, en qualité de députée européenne de la circonscription.

Pendant les trois journées que dure cette foire, les quelques 200 000 visiteurs ont pu découvrir l'espace Europe, animé par le Mouvement Européen mais aussi par les collèges et écoles de la commune qui ont, à cette occasion, fait un très gros travail de recherche et de présentation des spécialités touristiques et culinaires des 27 Etats de l'Union Européenne.

Alors, je voulais saluer ce travail et dire un très grand bravo à tous ceux qui, à Saint-Hilaire, ont permis de rapprocher l'Europe des citoyens!

 

armistice.jpgCe mardi 11 novembre, Amiens célébrait le 90ème anniversaire de l'armistice de la première guerre mondiale. Les cérémonies présentaient un faste particulier. Des collégiens des collèges Saint-Martin et Sagebien ont lu des textes très émouvants écrits par des soldats français, allemands, canadiens, anglais...

Cette manifestation s'est conclue avec les enfants des écoles Bapaume et Annexe de l'IUFM d'Amiens chantant d'abord la Marseillaise puis l'hymne européen: tout un symbole!

mercredi, 12 novembre 2008

Zoom sur...l'Eurosystème

Alors que sévit la crise financière, pointons le focus sur l'Eurosystème afin de mieux comprendre les enjeux et les acteurs en présence dans le monde économique européen.

Les textes juridiques établissant le Système européen des banques centrales (SEBC) - le traité instituant la Communauté européenne et les statuts du SEBC - supposaient que tous les États membres de l’Union européenne adopteraient l’euro et que le SEBC se chargerait par conséquent de toutes les tâches liées à la monnaie unique. Mais, tant que tous les États membres n’auront pas introduit l’euro, c’est l’Eurosystème qui jouera le rôle d’acteur clé. Le terme « Eurosystème » permet donc de mieux comprendre la structure de l'activité de banque centrale dans la zone euro.

En tant que système de banque centrale de la zone euro, l’Eurosystème comprend :

  • la BCE, et
  • les banques centrales nationales (BCN) des quinze États membres dont la monnaie commune est l’euro.

L’Eurosystème est donc un sous-ensemble du SEBC. Si les décisions de la BCE, en matière de politique monétaire par exemple, s’appliquent naturellement aux seuls pays de la zone euro, c’est en réalité l’Eurosystème qui, en tant qu’équipe, endosse les fonctions de banque centrale pour la zone euro. Ainsi, la BCE et les BCN contribuent conjointement à atteindre les objectifs communs de l’Eurosystème.Pourquoi un système plutôt qu'une banque centrale unique ?

Trois raisons principales expliquent l’existence d’un système de banque centrale en Europe :

  • la structure de l’Eurosystème prend en compte les compétences existantes des BCN ainsi que leur organisation institutionnelle, leur infrastructure, leur expertise et leurs excellentes capacités opérationnelles. En outre, plusieurs banques centrales nationales remplissent d’autres fonctions que celles relevant de l’Eurosystème ;
  • de par la vaste étendue géographique que représente la zone euro et les relations entretenues depuis longtemps par les communautés bancaires nationales avec leur BCN, il a été jugé approprié de donner aux établissements de crédit un point d’accès aux activités de banque centrale dans chaque État membre participant ;
  • étant donné le nombre important de pays, de langues et de cultures que renferme la zone euro, les banques centrales nationales (plus qu’une banque centrale supranationale) sont les mieux placées pour servir de points d’accès à l’Eurosystème.
  • Pour consulter la déclaration de mission de l’Eurosystème, voir www.ecb.europa.eu/ecb/orga/escb/html/mission_eurosys.fr.h...

 

Banque-CE2.jpg

lundi, 10 novembre 2008

L'agenda de ma semaine

Agenda.jpgLundi 10 novembre: Participation aux cérémonies organisées à l'occasion du 90ème anniversaire de l'armistice de 1918 à Le Quesnel (Somme).

 

Mardi 11 novembre : Cérémonies patriotiques.

 

Jeudi 13 novembre: Permanence sur rendez-vous à Amiens.

 

Vendredi 14 novembre: Rencontre avec des responsables de la pêche puis réunion du Nouveau Centre à Boulogne sur Mer (Pas-de-Calais).

 

15:14 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 07 novembre 2008

Barack Obama, futur Président des Etats-Unis

060922_BarackObama_Xtrawide.jpg

Ce mardi 4 novembre, un évènement historique a eu lieu avec l'élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis. De nombreux commentaires ont été faits sur cette élection mais ce qui me frappe le plus, c'est la capacité du peuple américain à innover et à ne pas se laisser enfermer dans des schémas de pensée écrits à l'avance.

Oui, avec cette élection, les Etats-Unis nous montrent l'exemple d'un pays qui pratique vraiment l'intégration. Et je ne suis pas sûre que dans nos pays, on soit prêt à élire à un poste aussi important, un homme, ou une femme de couleur.

Mais bien sûr, c'est l'homme Obama qui a été élu, et non ce qu'il représente. Dès son élection, il s'est mis au travail pour choisir son équipe et le 15 novembre, il va participer à un sommet très attendu sur la crise financière. Gageons que son comportement et ses paroles seront examinés à la loupe par les observateurs afin de vérifier, en actes, les différences réelles, notamment en politique étrangère, entre l'actuel et le futur président américain.

 

10:58 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 05 novembre 2008

Sortie de mon livre "Une Femme au coeur de la Cité", chez Martelle Editions

Couverture_B._Fouré.jpg

Sans se consulter, deux de mes amis, il y a un an, m'ont suggéré de témoigner de mon expérience d'élue. Sans eux, je n'aurais pas imaginé de réaliser un tel projet car jamais je n'aurais pensé qu'il pourrait intéresser des lecteurs.

Aujourd'hui, je les en remercie chaleureusement tous les deux. En effet, la vie politique est un tourbillon: rendez-vous, réunions, étude de dossiers, rencontres sur le terrain avec les habitants... sans oublier les imprévus en tout genre qui viennent bousculer l'agenda.

Aucun risque de connaître l'ennui et la monotonie! On ne voit pas le temps passer.

Et pourtant il est utile, par moment, de se poser, de prendre du recul afin de réfléchir à la cohérence de sa vie, autrement dit, de vérifier que l'action concrète que l'on mène est bien en harmonie et en conformité avec les valeurs auxquelles on croit et pour lesquelles on s'est engagé en politique.

Alors merci à Fabrice et Jean-Christophe de m'avoir poussée à faire cette introspection et ce ressourcement qui vont nourrir mon action politique à venir en assurant sa cohérence.

J'espère que, à travers cet ouvrage, des lecteurs découvriront la grandeur de la fonction d'élu et la passion dévorante qu'elle peut faire naître malgré les fatigues, les difficultés, l'ingratitude parfois.

Mais surtout, mon ambition est de susciter des vocations politiques chez des hommes et des femmes animés du besoin de se mettre au service de leurs semblables pour transformer ou, au moins, améliorer le monde!

 

 

 

 

mardi, 04 novembre 2008

"Une Femme au Coeur de la Cité" en librairie dès demain

bouquins3.jpgLe livre de Brigitte Fouré « Une Femme au Cœur de la Cité » sort en librairie demain.

Cet ouvrage, fruit d’entretiens réalisés avec Fabrice Hinschberger, évoque le parcours de la Députée européenne Nouveau Centre (groupe PPE-DE au Parlement européen) depuis son entrée en politique aux élections municipales de 1983 en passant par son expérience vécue en tant que Maire de la Ville d’Amiens de 2002 à 2007.

Comprenant 128 pages et un cahier photos de 24 pages, cet ouvrage reçoit en outre la préface de Jean-Louis Bourlanges (Conseiller-maître à la Cour des Comptes et ancien Député européen) et la postface de Jean-Christophe Parisot, Sous-préfet du Lot.

« Une Femme au cœur de la Cité », édité chez Martelle Editions, est en vente au prix de 15 euros.

 

 

CONTACT PRESSE :

Fabrice Hinschberger

Assistant parlementaire

06 75 16 46 87

 

lundi, 03 novembre 2008

L'agenda de ma semaine

Agenda Bleu.jpgLundi 3 novembre: réunion du Comité de quartier Saint-Pierre sur l'Europe.

 

Mardi 4 novembre: Commission des transports et du tourisme à Bruxelles.

Commission Europe de la Ruche européenne à Bruxelles.

 

Mercredi 5 novembre: Sortie du livre "Brigitte Fouré, une femme dans la Cité".

 

Jeudi 6 novembre: Conseil municipal d'Amiens.

 

Vendredi 7 novembre: Intervention dans le cadre du colloque organisé par "Architectes de l'urgence" à Paris.

 

Samedi 8 novembre: Inauguration de la Foire de Saint-Hilaire du Harcouet (Manche).

 

 

08:00 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)