Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 février 2012

Brigitte Fouré dans "Vivre en Somme"

20120213210001vv.jpgLe mensuel du Conseil Général de la Somme du mois de février, Vivre en Somme, a consacré une page au canton d'Amiens V Sud-Est Cagny, dont Brigitte Fouré est la Conseillère Générale (avec Olivier Mira pour suppléant).

La page 20 du magazine présente en effet le canton et zoome sur le Foyer Educatif Picard, en charge de la protection de l'enfance.

Pour lire Vivre en Somme du mois de février : CLIQUEZ ICI.

mardi, 28 février 2012

Jean-Christophe Parisot dans les médias

JCP 1.jpgJean-Christophe Parisot dans La Vie.

Jean-Christophe Parisot sur le site TF1 News.

Jean-Christophe Parisot sur le blog Faire Face.

Jean-Christophe Parisot dans 20 Minutes.

Jean-Christophe Parisot sur le site handicap.fr

lundi, 27 février 2012

L'agenda de ma semaine

Agenda Mairie.jpgLundi 27 février :

9h-12h : permanence « spécial logement » à ma permanence

18h-20h : permanence sans rendez-vous en mairie de Cagny

 

 

Mardi 28 février :

20h30 : réunion de « Imagine Amiens » avec Jean Dionis du Séjour, député-maire d’Agen

 

Mercredi 29 février :

18h30 : Bureau départemental du Nouveau Centre à Albert

 

Jeudi 1er mars :

9h-12h : permanence sans rendez-vous à ma permanence

 

Vendredi 2 mars :

11h : commission « économie » au Conseil Général

18h : Assemblée Générale du Comité de Quartier Sainte Anne

 

Samedi 3 mars :

Voyage local de l’Association de mes Amis à Boulogne-sur-Mer.

 

 

A noter : Ma permanence d'élue est fermée au public durant ces vacances scolaires d'hiver, du 25 février au 11 mars inclus. Reprise le lundi 12 mars à 10 heures.

17:06 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

Félicitations à toute l'équipe du film "The Artist" ! HISTORIQUE !

(Source : I>Télé).

dimanche, 26 février 2012

Congrès extraordinaire du Nouveau Centre : Discours de clôture d'Hervé Morin


samedi, 25 février 2012

Résultats du vote des motions au Congrès extraordinaire du Nouveau Centre

NC.jpgMotion n°1, présentée par Olivier JARDE : 16,51%. 

Motion n°2, présentée par Jérémy COSTE : 15,86%.

Motion n°3, présentée par Hervé MORIN : 67,63%. Motion élue.

Congrès extraordinaire du Nouveau Centre

NC.jpgJe suis présente aujourd'hui à Nogent-sur-Marne, au célèbre Pavillon Baltard, pour le Congrès extraordinaire du Nouveau Centre, avec une délégation de la fédération de la Somme.

vendredi, 24 février 2012

Vendredi Europe Express - Où va la Hongrie ?

hungary-flag.gifLe sommet à Bruxelles de début février a encore illustré l’urgence pour la zone euro de se doter de moyens propres pour sortir de la crise. 

 

Dans ce contexte, les Européens ont sans doute des préoccupations plus immédiates que de s’inquiéter de l’évolution politique en Hongrie. Celle-ci suscite toutefois des réactions qui rappellent que l’Europe n’est pas qu’un projet économique. Qu’elle est aussi affaire de valeurs communes. Les partager est d’ailleurs un critère pour adhérer à l’Union. Les faire ensuite respecter reste une autre histoire. 

Cela exige, dans le cas hongrois, avant d’évaluer les moyens de pression dont dispose l’Europe, de saisir les conflits de la mémoire à l’œuvre dans ce pays et leur utilisation par le premier ministre Viktor Orban. Il s’agit de comprendre où ce chef, avec son parti Fidesz, veut conduire son pays par ailleurs en grandes difficultés économiques.

--------------------

NOUVELLES LOIS ET MESURES  

L’appellation « République de Hongrie » disparaît au profit de la seule « Hongrie ».

La Constitution rend rétroactivement « responsables des crimes communistes »  commis jusqu’en 1989 les dirigeants de l’actuel Parti socialiste (ex-communiste).

Introduction d’une référence explicite à Dieu  dans la Constitution : « Dieu bénisse les Hongrois ».

Le droit de vote  est reconnu aux Hongrois d’origine vivant à l’étranger.

Le mandat des titulaires de postes importants  de l’appareil d’État est porté à neuf ou douze ans. Un conseil budgétaire de trois membres, nommés par le premier ministre, a le pouvoir d’opposer son veto au projet de budget. À la banque centrale, l’influence du gouvernement est renforcée.

Le forint devient la devise nationale, une adhésion à l’euro nécessitera au Parlement hongrois une majorité des deux tiers.

Une loi rend les sans-abri  éventuellement passibles de peines de prison.

 

(Source : La Croix).

jeudi, 23 février 2012

Brigitte Fouré était l'invitée ce matin de France Bleu Picardie

France_Bleu_Picardie.gifPour écouter ou réécouter l'entrevue, CLIQUEZ ICI.

mercredi, 22 février 2012

Brigitte Fouré sur France Bleu Picardie

France_Bleu_Picardie.gifBrigitte Fouré sera l'invitée de France Bleu Picardie demain matin à 8h15.

Brigitte Fouré sur France 3 Picardie


19/20, édition régionale Picardie du jeudi, 16 février 2012.

mardi, 21 février 2012

Hervé Morin dans "Le Figaro Magazine"

photo.pngPour lire l'entrevue, CLIQUEZ ICI.

lundi, 20 février 2012

L'agenda de ma semaine

Image Conseil Général 80.jpgLundi 20 février :

9h-12h : permanence « spécial logement » à ma permanence

14h-17h : cours à la fac de philo et sciences humaines

17h45 : Conseil d’Administration du Collège Guy Mareschal

18h : Conseil d’Administration du Collège Jean-Marc Laurent

20h : réunion du club « Imagine Amiens »

20h30 : spectacle au Centre Culturel Jacques Tati

 

 

Mardi 21 février :

14h30 -16h : permanence sans rendez-vous en Mairie de Quartier Pierre Rollin

18h : Conseil d’Administration du Collège Auguste Janvier

 

Mercredi 22 février :

11h : comité de liaison Police Nationale-Ville d’Amiens sur le quartier Sud-Est

16h: réunion du club « Imagine Amiens »

20h30 : réunion mensuelle du Nouveau Centre

 

Jeudi 23 février :

9h-11h : cours à la fac de philo et sciences humaines

11h-12h : permanence sans rendez-vous à ma permanence

 

Vendredi 24 février :

9h30 : rendez-vous à ma permanence

11h : comité de liaison Police Nationale-Ville d’Amiens sur les quartiers Nord

15h : concert organisé par l’association « bras d’sus, bras d’sous »

18h : pôle associatif Voltaire

 

Samedi 25 janvier :

Congrès National du Nouveau Centre en Région Parisienne.

 

dimanche, 19 février 2012

Demandez Sud-Est Infos, la lettre d'informations de Brigitte Fouré et Olivier Mira !

logo-nouvelle-energie-amien.jpgDepuis leur élection au sein de l'assemblée départementale, Brigitte Fouré, Conseillère Générale de la Somme, et son suppléant Olivier Mira, éditent une lettre d'informations annuelle baptisée "Sud-Est Infos" (en référence au canton Amiens V Sud-Est Cagny, dont ils sont les représentants). Cette lettre d'informations est publiée en janvier-février et est déposée dans les boîtes à lettres des habitantes et habitants du canton par des bénévoles motivés !

Pour consulter le n°2 de Sud-Est Infos : CLIQUEZ-ICI.

Le n°1 est toujours disponible ICI.

sudestinfos-p1.jpg

(n°2 recto)

sudestinfos-p2.jpg

(n°2 verso).

samedi, 18 février 2012

Jean-Christophe Parisot : un "intouchable" nommé Préfet

jean-christophe-parisot-10623855bowis_1713.jpg

Jean-Christophe Parisot, 44 ans, Sous-Préfet depuis juillet 2008 a été nommé mercredi dernier au conseil des ministres « Préfet en mission de service public ».

Myopathe sous assistance respiratoire, ce haut fonctionnaire a connu et connaît une fulgurante ascension. Premier handicapé diplômé de Sciences-Po (1989), docteur en sciences politiques (1995), administrateur territorial (1997), premier délégué ministériel chargé du handicap à l'éducation nationale (2007-2008), secrétaire-général de la Préfecture du Lot (2008-2010) puis Sous-Préfet chargé de mission à l'Egalité des chances pour le Languedoc-Roussillon (2010-2012), son action et son charisme font l'unanimité.

Celui qui se définit comme « un militant de l'impossible » est connu pour son approche sociétale innovante dans le domaine de l'exclusion, l'illettrisme, les migrants, la solitude, la grande dépendance. Sa connaissance des enjeux de la cohésion sociale est connue et reconnue dans la haute administration. Concepteur de l'Observatoire des Politiques du Handicap, fondateur de la Ligue nationale des étudiants handicapés, du Collectif des Démocrates Handicapés (CDH), d'Aide-Handicap-Ecole, conférencier et écrivain, son livre « Préfet des autres », publié en octobre dernier, a eu un grand écho médiatique en France et à l'étranger. « Je suis un membre ordinaire du corps préfectoral à la vie extraordinaire » dit-il simplement. Admirateur de l'abbé Pierre et de Vaclav Havel, Jean-Christophe Parisot a été deux fois candidats aux présidentielles (2002, 2007) avec le slogan « le handicap une chance pour la France ». En 2007, trente-huit maires lui avaient spontanément envoyé leur parrainage.

Contact presse  : secrétariat particulier du Préfet Parisot

Jean-Louis Fontaine jean-louis.fontaine2@wanadoo.fr

Tel : 06 88 17 53 25

vendredi, 17 février 2012

Vendredi Europe Express - Peut-on annuler la dette grecque ?

2011-05-014grece-crise.jpg

Suite aux manifestations violentes qui émaillent à nouveau la Grèce, la question de l'annulation de la dette de l'Etat héllénique est-elle viable?

Passer l'éponge sur le fardeau de la Grèce. Cela fait partie des moyens envisagés pour sortir le pays de la crise profonde dans laquelle il se trouve. En septembre 2011, Dominique Strauss-Kahn, ancien directeur du Fonds monétaire international, avait suggéré cette solution. "La dette, on voit bien qu'elle est massive et qu'il faut la réduire à tout prix, sauf au prix de la stagnation et de la récession (...), il faut accepter de reconnaître qu'il faut prendre sa perte. Tout le monde doit la prendre, les Etats et les banques", expliquait-il alors.

Plus récemment, cette solution a été prônée lundi 13 février par Vincent Peillon, responsable du pôle éducation dans l'équipe du candidat socialiste François Hollande. "Il faut annuler la dette de la Grèce. Sinon, cela nous coûtera encore beaucoup plus cher (...). La Grèce, c'est 1%, 1,5% du produit intérieur brut (PIB) européen et l'Europe est incapable de résoudre ce problème depuis le début." Avec la nouvelle cure de rigueur et ses mesures draconiennes imposées aux Grecs, l'annulation totale de la dette apparaît une nouvelle fois comme un recours possible. Mais les économistes sont divisés sur ses avantages et ses inconvénients. 

1. Les atouts 

Actuellement, une renégociation de la dette grecque est en cours. Elle devrait permettre l'effacement de 100 milliards d'euros sur les 350 milliards de dette publique du pays. Cette opération touchera essentiellement ses créanciers privés (banques, assurances, fonds d’investissement, fonds de pension), qui enregistreront des pertes. 

Interrogé par FTVi, Philippe Dessertine, professeur de finances à l'université Paris X-Nanterre et directeur de l'Institut de haute finance, estime que l'annulation totale de la dette grecque est "pratiquement la seule voie de sortie". "Maintenant, il va probablement falloir que les créanciers publics, en particulier la Banque centrale européenne (BCE), fassent la même chose" que les créanciers privés.

• La finance grecque pourrait être assainie

Avec une dette qui représente 160% de son PIB, la situation économique de la Grèce est alarmante. 2012 devrait être la quatrième année consécutive de récession. Si l'annulation de sa dette pourrait rebuter les marchés, Athènes a déjà énormément de mal à emprunter et à gagner leur confiance. "Quoi qu'il en soit, l'action de la Grèce sur les marchés est fermée, et pour longtemps" prévient Philippe Dessertine. 

"A partir du moment où les mécanismes européens auront permis l'annulation de la dette, cela voudra dire que la Grèce pourra se financer non pas directement mais par le biais de l'Europe, explique l'économiste. Ce qui est déjà le cas aujourd'hui : les taux d'intérêt se sont allégés parce que des mécanismes européens de stabilité permettent aux pays fragiles de s'endetter." Autre atout, selon Philippe Dessertine, les engagements pris récemment par les Grecs et l'effacement de la dette permettraient au pays de repartir sur de meilleures bases. "Si la Grèce repart dans une logique beaucoup plus vertueuse (ce qui est clairement l'option prise par les gouvernements grecs), ça permettra à terme à la Grèce de revenir de manière autonome sur les marchés", explique l'économiste.

• La crédibilité de la zone euro serait renforcée

Effacer la totalité de la dette grecque signifierait "une prise en compte réelle de la difficulté grecque par l'Europe", aux yeux de Philippe Dessertine. La Grèce serait ainsi maintenue au sein de la zone euro et "la crédibilité de celle-ci en tant qu'espace solidaire du point de vue financier" en serait renforcée.

"Si la Grèce est endettée autant et de cette manière, c'est d'abord parce que l'Europe n'a pas fait jouer les mécanismes compensatoires des pays riches vers les pays pauvres", souligne Philippe Dessertine. Toutefois, "cela veut dire une économie supplémentaire très forte pour ces pays [riches]. Ils devront convertir une partie de leur propre dette en dette grecque, ce qui signifie une obligation de rigueur beaucoup plus forte." D'autant que cette solidarité est prévue par les textes de l'Union européenne. "Au fond, l'Europe doit appliquer ses traités pour de vrai. C'est le grand enjeu que nous pose la Grèce, et dans une certaine mesure le Portugal, l'Irlande et l'Espagne."

• La démocratie grecque serait préservée

Mais l'annulation de la dette grecque peut se révéler indispensable au-delà du cercle économique. "Les efforts que fait la population grecque sont vraiment extraordinaires. Et ils peuvent avoir une conséquence extrêmement grave : la mise en danger de la démocratie en Grèce", prévient Philippe Dessertine. Face à une population appauvrie et révoltée, "nous risquons d'avoir des évènements géopolitiques qui pourraient avoir des conséquences beaucoup plus lourdes que les effets déjà délétères d'une crise économique et financière", insiste l'économiste. 

2. Les risques 

Après la déclaration de DSK sur l'annulation de la dette grecque, François Fillon avait qualifié l'idée d'"irresponsable". "Cela signifie que le laxisme budgétaire d'un Etat est financé par les autres", avait estimé le Premier ministre. Chez les économistes aussi, la question divise. "Si la Grèce annulait sa dette, ce serait la panique, avec un coût trop élevé pour le pays", estime Alexandre Delaigue, professeur d'économie à Saint-Cyr, interrogé par Terra Eco. A court de liquidités, Athènes "devrait aller encore plus loin dans l’austérité, en augmentant les impôts ou en procédant à de vastes coupes budgétaires", poursuit-il.

• L'économie grecque aurait du mal à redémarrer 

Pour Céline Antonin, économiste au Centre de recherche en économie de Sciences Po (OFCE), l'annulation totale de la dette grecque "ne résoudrait pas en profondeur les problèmes du pays. (...) Le souci fondamental de la Grèce, c'est comment retrouver la croissance." De plus, "la porte des marchés resterait fermée, souligne la spécialiste. Or, la Grèce a besoin qu'on lui prête de l'argent." Et en étant un paria sur les marchés financiers, difficile de restaurer la croissance, de stimuler les investissements, de favoriser la compétitivité... En clair, de faire redémarrer l'économie. 

• Les créanciers de la Grèce seraient plombés

En cas d'annulation de la dette, les pertes pour les créanciers de la Grèce pourraient être très lourdes. Selon Céline Antonin, la dette grecque détenue par la France (public et privé confondus) représente 2% de notre PIB, "ce qui n'est pas négligeable". L'effacement de cette dette représenterait "55 milliards d'euros de pertes. Ça signifie plus de rigueur chez nous et chez nos partenaires européens."

Le risque serait donc de grever le PIB de plusieurs pays de la zone euro qui ne sont déjà pas en très bonne santé. Pour Céline Antonin, "s'il doit y avoir une solidarité européenne envers la Grèce, elle doit jouer sur le volet croissance via les fonds structurels pour investir" et ainsi relancer la machine économique. 

• D'autres pays pourraient demander le même traitement

Si on efface la dette de la Grèce, pourquoi ne pas le faire avec d'autres pays en mauvaise santé ? Certains économistes redoutent des réactions en chaîne. "L'effet de contagion serait extrêmement rapide : tous les pays endettés de la zone euro réclameraient la même chose. Et il serait difficile de le leur accorder", estime Jérôme Creel, économiste à l'OFCE, interrogé par 20minutes.fr. Il pointe également le mauvais signal envoyé aux pays qui ont fait des erreurs de gestion : "Effacer leur dette serait comme une prime à l'erreur, une récompense au mauvais élève."

 

(Source : France Télévisions).

jeudi, 16 février 2012

Après le retrait d’Hervé Morin, Brigitte Fouré votera pour François Bayrou

(Communiqué de presse en date de ce jour)

scrutin.jpg

Après le retrait d’Hervé Morin de la course à l’élection présidentielle, Brigitte Fouré, qui fut sa coordinatrice de campagne dans la Somme, tient à préciser :

 

« Durant toutes ces semaines, notre candidat a tenu un langage de vérité, qui ne cache pas la gravité de la situation économique dans laquelle nous sommes et a formulé des propositions concrètes sur l'éducation avec l'aménagement du temps scolaire, sur le temps de travail ou encore sur l'Europe mais aussi et surtout des perspectives pleines d'espérance!

Les temps sont difficiles. Il faudra faire des efforts mais ceux-ci devront être supportés équitablement par tous les Français.

 

Comme beaucoup de nos concitoyens, je n'aime pas les discours politiques démagogiques qui sont dangereux pour la démocratie, même s'ils sont totalement erronés : c'est si facile d'attribuer nos difficultés à des boucs émissaires, qui sont tantôt les étrangers, tantôt l'Europe, tantôt les « civilisations » !

 

Je reste convaincue que les Français s'intéressent à la politique, au sens le plus noble du terme, à savoir le service de la Cité. Aussi veulent-ils entendre un langage politique clair et vrai.

 

A l’occasion du premier tour de l’élection présidentielle, je considère que ce langage politique est désormais, en l’absence du candidat que je soutenais initialement, tenu par François Bayrou, envers qui j’apporte mon soutien.

 

Naturellement, je reste adhérente du Nouveau Centre. J’ai d’ailleurs informé personnellement Hervé Morin de ma décision. Je remercie pour finir l’ensemble des militants qui m’ont aidée dans cette campagne durant ces derniers mois. Ils reprennent à présent leur entière liberté de vote ».

 

 

 

 

 

CONTACT PRESSE

 

06 47 54 95 47

mercredi, 15 février 2012

Perte du Triple A : Brigitte Fouré s’inquiète des conséquences sur les collectivités territoriales

1b1ca91ad3.jpg

 

(Communiqué de presse en date de ce jour)

 

Suite à la dégradation de la note AAA de la France par l’agence Standard & Poor’s et à la menace du déclassement par l’agence Moody’s, la conseillère générale Brigitte Fouré, membre du conseil municipal d’Amiens, s’inquiète : « la dégradation de cette note aura des répercussions non-négligeables sur les collectivités territoriales, qui vont devoir emprunter à des taux plus élevés. Je m’inquiète aussi d’une augmentation éventuelle des impôts locaux. »

                                        

Et d’ajouter : « le transfert de l’université vers la citadelle (voir photo) doit rester notre priorité absolue pour les années à venir car celui-ci permettra d’offrir aux jeunes Picards des formations de qualité afin qu’ils puissent s’insérer dans la vie professionnelle. Nous devrons toutefois rester vigilants face à ce projet architectural colossal afin que sa réalisation ne dépasse pas les coûts annoncés ».

 

 

 

 

CONTACT PRESSE

 

06 47 54 95 47

 

lundi, 13 février 2012

L'agenda de ma semaine

Agenda Mairie.jpgLundi 13 février :

9h-12h : permanence « spécial logement » à ma permanence

12h30 : déjeuner avec une ancienne conseillère municipale

17h30-19h : permanence sans rendez-vous rue Vascosan dans le quartier Sainte-Anne

 

Mardi 14 février :

14h30 : comité de liaison police nationale-ville d’Amiens dans le quartier Etouvie

 

Mercredi 15 février :

16h30 : journées « portes ouvertes » à la faculté de droit

Soir : « La dame de fer » au cinéma Gaumont

 

Jeudi 16 février :

9h-11h : cours à la fac de philo et sciences humaines

11h-12h : permanence sans rendez-vous à ma permanence

19h : réunion de campagne pour l’élection présidentielle

 

Vendredi 17 février :

18h : lancement de l’association des anciens étudiants de la faculté de droit d’Amiens

18h30 : Assemblée Générale de l’association ALCO

19h30 : pot de campagne d’Olivier Jardé

 

Samedi 18 janvier :

8h-12h30 : cours en capacité en droit.

 

20:32 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 12 février 2012

Hervé Morin sur la chaîne Public Sénat

Emission Déshabillons-les ! diffusée sur Public Sénat le 8 février.

samedi, 11 février 2012

Pour Brigitte Fouré, Emilie Thérouin tente « de monter les Amiénois les uns contre les autres »

(Communiqué de presse en date du vendredi 10 février)

3014517015_1_5_mRh2Tgit.jpg

Suite aux propos d’Emilie Thérouin, adjointe au maire chargée de la sécurité et de la prévention des risques urbains, à propos des « Grands frères », Brigitte Fouré, qui occupait la délégation de la sécurité dans le précédent mandat municipal (2ème adjointe au maire déléguée à la démocratie locale, la vie associative, la prévention et la sécurité de 2007 à 2008) a tenu à préciser :

« Mme Thérouin commet l’erreur de croire que la Municipalité peut régler tous les problèmes toute seule. Si je reste convaincue que l’action politique est un profond vecteur de changement, j’ai toujours tenu, en tant qu’adjointe au maire en charge du secteur rive droite (qui comprenait Amiens-Nord) de 1995 à 2002 puis en tant que maire de 2002 à 2007, à dialoguer avec la police municipale, les associations, les « grands frères » et les comités de quartiers. Or, je m’aperçois que la majorité dont fait partie Mme Thérouin a supprimé la police municipale à Amiens-Nord et a réduit les comités de quartiers à un simple rôle de comité des fêtes. Il faudrait au contraire agir de manière transversale. Nous sommes tous dans le même bateau. A présent, c’est au tour des « grands frères » de se voir ostracisés. Quel manque de cohérence et de responsabilité ! Ce n’est pas comme cela que nous mettrons en place les conditions d’un véritable « Vivre ensemble » dans notre ville».

Et la conseillère générale et municipale d’ajouter : « Comme Nicolas Sarkozy au niveau national, Emilie Thérouin tente de monter les habitants les uns contre les autres. C’est pour cette raison que je soutiens le candidat Hervé Morin, seul homme d’Etat capable aujourd’hui de faire émerger une France apaisée. »




CONTACT PRESSE

06 47 54 95 47

 

Photo : Le quartier Nord d'Amiens.

vendredi, 10 février 2012

Vendredi Europe Express - Il ne vous reste plus qu'une semaine pour échanger vos derniers francs !

183480_des-billets-en-francs.jpgIl vous reste jusqu'à vendredi prochain 17 février pour échanger vos derniers billets de 20 à 500 Francs (Debussy, Saint-Exupéry, Cézanne, Eiffel et Curie uniquement. Les Quentin La Tour, Delacroix, Montesquieu et Pascal sont déjà obsolètes) à la Banque de France (à Amiens : 57, rue de la République).

Les pièces de Francs n'ont plus de valeurs. Vous ne pouvez plus les échanger.

Après cette date, les billets en question perdront leurs valeurs monétaires.

 

(Source : Sud-Est Infos, la lettre d'informations de Brigitte Fouré et Olivier Mira).

Vendredi Europe Express - Un nouveau Président en Finlande

La-Finlande-elit-son-president-le-conservateur-Niinistoe-pro-UE-favori-du-1er-tour_reference.jpgLe score est sans appel. 63% des électeurs se sont prononcés en faveur de Sauli Niinistoe (63ans) lors du second tour de l'élection présidentielle finlandaise. Son adversaire, le vert Pekka Haavisto n'a recueilli que 37% des voix. 

Artisan de l'euro

Les deux finalistes ont mené des campagnes sur un ton résolument pro-européen. Membre du parti Kokoomus affilié au Parti populaire européen (conservateur) actuellement au pouvoir à Helsinki, le nouveau président finlandais a été ministre des Finances entre 1996 et 2003.

Sauli Niinistoe a été l'artisan du passage de son pays vers la monnaie unique. Il va succéder à une sociale démocrate, Tarja Halonen qui a déjà effectué deux mandats. 

Rôle symbolique

Les candidats opposés à l'intégration européenne n'ont pas franchi le premier tour. En particulier le chef du parti populiste "Les Vrais Finlandais", Timo Soini. Lors des législatives de 2011, il avait séduit 19% des électeurs mais n'a même pas atteint la barre des 10% au premier tour le 22 janvier (9,4%). 

Le rôle du chef d'Etat est avant tout symbolique. Ses prérogatives sont principalement liées aux Affaires étrangères et aux questions de défense. Toutefois, la victoire d'un eurosceptique aurait compliqué la tâche du gouvernement finlandais dans les négociations sur les plans de sauvetage, mis en place pour aider plusieurs pays membres de la zone euro.

Ancrage européen 

Le résultat a été salué par les conservateurs européens. Leur chef au sein du Parlement européen, le Français Joseph Daul l'a assuré de son "soutien plein et entier".

Quant au nouveau président de l'institution, le socialiste allemand Martin Schulz, il s'est aussi réjoui de l'élection d'un "vrai Européen" et se dit "impatient de travailler avec lui". Il voit aussi dans la présence de deux candidats pro-UE au second tour "un signal de l'engagement" européen de la Finlande.

mercredi, 08 février 2012

Le maire d'Amiens : une conception peu démocratique de la vie municipale!

gilles-demailly-maire-damiens-e1307623931474.jpgJeudi dernier avait lieu le Conseil Municipal d'Amiens avec une quarantaine de points à l'ordre du jour.

Le Maire avait, enfin (!), daigné inviter le Directeur Général de l'Office Public d'HLM d'Amiens, pour que celui-ci présente son rapport d'activités. Bêtement, je croyais qu'un débat sur le logement allait suivre... mais pas du tout! Le Maire en avait décidé autrement... Les élus ont eu seulement la faculté de demander quelques explications complémentaires, c'est tout...

Mais le pire restait à venir! En effet deux élus communistes, donc membres de la majorité municipale, sont intervenus pour critiquer la décision du maire d'augmenter les tarifs: quel crime de lèse-majesté! La réponse, agressive et suffisante du maire n'a pas tardé...

Puis, à l'occasion d'une déliberation portant sur la création d'un pôle "santé" dans la ZAC Intercampus, une conseillère d'opposition a demandé des précisions sur l'accessibilité de l'hôpital Sud. Tout naturellement, un débat devait s'engager sur cette importante question. Mais le maire en avait décidé autrement: il a donc empêché le débat de se poursuivre.

Tout mon groupe a donc décidé de refuser de participer aux débats et aux votes tout au long de ce conseil, qui a quand même duré plus de quatre heures car, naturellement, les élus de la majorité, ou plus précisément, ceux qui sont dans les bonnes grâces du maire, ont eu le droit, eux, d'aborder tous les sujets aussi longtemps qu'ils le désiraient.

Seuls les membres de la majorité qui sont en disgrâce, et les membres de l'opposition sont baillonnés par un maire autocrate qui prétend tout diriger  avec quelques rares élus de sa majorité qui ont trouvé grâce à ses yeux et qui, comble d'ironie, veut nous donner des leçons de démocratie!

Alors, comme de nombreux Amiénois, je dis: vivement 2014!

lundi, 06 février 2012

L'agenda de ma semaine

1496184441.JPGLundi 6 février :
9h : Commission Economie du Conseil Général
9h30 : Commission Permanente du Conseil Général
14h-17h : Cours à la fac de philo et sciences humaines
19h : Réunion du Conseil de la Société Civile

Mardi 7 février :
16h : Bureau National du Nouveau Centre à Paris
19h : COMEX du Nouveau Centre à Paris

Mercredi 8 février :
11h30 : Collège Guy Mareschal
14h30 : Conseil d’Administration des Assurances Mutuelles de Picardie
17h-18h : Permanence en mairie de quartier Etouvie avec Nedjma Ben Mokhtar
19h : Réunion avec mes bénévoles

Jeudi 9 février :
9h-11h : Cours à la fac de philo et sciences humaines
11h-12h : Permanence sans rendez-vous à ma permanence d'élue
19h : Réunion de campagne pour l’élection présidentielle

Vendredi 10 février :
15h : Comité Directeur du Mouvement Européen France à Paris

Samedi 11 février :
8h-12h : Cours en capacité en droit
14h30 : Assemblée Générale de l’association Picardie-Togo
16h : Loto organisé par le Comité de Quartier Val d’Avre.

08:00 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 05 février 2012

Les militants de la Somme en campagne pour Hervé Morin

2 f-vrier r-union campagne photo1.JPG

Réunion de lancement de campagne le 2 février à ma permanence d'Amiens

4 f-vrierdistrib  photo 5.JPG

Tractage sur la place du Beffroi d'Amiens hier samedi avec Brigitte et Daniel

4 f-vrierdistrib  photo 6.JPG

Tractage sur la place du Beffroi d'Amiens hier samedi avec Vincent

 

(Photos : Patrick Pigout).

vendredi, 03 février 2012

Vendredi Europe Express - Bilan à mi-mandat de la 7ème législature du Parlement européen

dsc03519.jpg

A mi-mandat, la 7ème législature du Parlement européen est caractérisée par une volonté significative de répondre aux crises et d'être toujours plus pro-européen et proactif. L'actualité a poussé les députés à concentrer leur activité. Elle apparait moins éparpillée que sous la législature précédente et a gagné en efficacité ainsi qu'en temps de traitement des propositions. A cette fin, le travail en commissions parlementaires a été essentiel pour définir des compromis, ce qui permet par ailleurs de montrer un visage d'unité et de cohésion face aux autres institutions lors des sessions plénières et des négociations inter-institutionnelles. C'est également une des conséquences du Traité de Lisbonne et de l'accroissement du pouvoir et des compétences des députés européens démontrées par exemple à l'occasion des débats sur le futur budget européen ou le renforcement de la gouvernance économique. Si la bipolarisation politique de l'institution s'est accentuée, le centre reste un véritable arbitre et un équilibre entre les délégations est à noter. D'un point de vue qualitatif, l'activité s'est concentrée sur les réponses à apporter aux crises ainsi qu'aux abus de certains secteurs, financier notamment, mais également pour faire progresser le marché intérieur en renforçant la protection des citoyens.

LE PARLEMENT EUROPÉEN SE MOBILISE FACE AUX CRISES

Souvent tancés, jamais égalés... depuis juillet 2009, les députés européens ont déposé 11446 amendements en plénières (sans compter ceux déposés en commission parlementaire), voté 7940 fois, validé 322 procédures législatives, 705 procédures non législatives, et interrogé directement 1092 fois les commissaires européens et les représentants du Conseil venus à leur rencontre ! Les 736 députés, rejoints début décembre 2011 par 18 nouveaux députés européens prévus par la première révision du traité de Lisbonne, en sont désormais à la moitié de leur mandat. Tout d'abord, au cours de ces 30 premiers mois, les députés européens ont pris conscience des nouvelles prérogatives du Parlement européen, et de sa capacité à se positionner comme un acteur uni et fort face aux autres institutions. La seconde partie de l'étude observe qu'au regard du nombre de décisions, de votes et de législations, l'activité est soutenue mais plus concentrée que sous la législature précédente. De plus, la bipolarisation politique de l'institution s'est renforcée en raison de la pression du temps, et le centre s'est positionné comme un véritable arbitre.

Par ailleurs, on observe que les Etats de taille moyenne mais bien intégrés dans l'Union européenne ont une activité globale significative par rapport aux fondateurs ou aux Etats venus des derniers élargissements. La dernière partie de l'étude cherche à illustrer les grandes tendances de la 7ème législature. Son activité s'est concentrée sur les crises, financières en particulier, et la mise en œuvre du marché unique avec le renfort des droits du citoyen tour à tour consommateur, voyageur ou patient.

Ce nouveau cadre institutionnel, ainsi que le besoin de réactivité, ont contribué à atténuer la résonance des eurosceptiques dans le cadre des procédures législatives et ont orienté la majeure partie de l'action des députés européens.

Un Parlement remodelé, politiquement et institutionnellement

a. Au lendemain des élections de juin 2009 Les élections du Parlement européen, qui ont eu lieu du 4 au 7 juin 2009, se sont conclues par une nette victoire du centre-droit. Pourtant, les trois plus grands groupes politiques ont perdu des voix, les Sociaux-Démocrates (S&D) en premier lieu, mais également les Libéraux (ALDE) et le Parti Populaire Européen (PPE), ce dernier en raison notamment du départ des conservateurs britanniques et tchèques, qui ont créé le Groupe des Conservateurs et Réformateurs européens (ECR). Cette sortie a, en fin de compte, affaibli la voix des eurosceptiques en termes d'influence.

Malgré la victoire de la droite, le PPE n'a pas obtenu une majorité suffisante, même avec les Libéraux (349 voix sur 736). Ainsi, une coopération avec le S&D a été nécessaire pour élire le Président du Parlement et confirmer la nomination de celui de la Commission, accordant en contrepartie la présidence de plusieurs commissions parlementaires importantes aux socialistes. Ceci permet d'évoquer une "grande coalition". Au mois de janvier 2012 débutera la seconde partie de la législature et, dans le cadre de ce jeu de négociations, une nouvelle répartition des postes dits "clefs" se profile et devrait être illustrée par la probable élection de Martin Schulz (S&D, DE) en tant que Président du Parlement européen, en remplacement de Jerzy Buzek (PPE, PL), en poste depuis le 14 juillet 2009.

b. Des pouvoirs accrus par le Traité de Lisbonne Tout d'abord, le Traité de Lisbonne a renforcé le Parlement comme législateur incontournable dans le processus décisionnel européen. Il a confirmé une tendance qui trouve ses origines en 1979 avec l'élection au suffrage universel du Parlement européen [5]. Cette tendance consiste en un renforcement du poids du Parlement européen dans le processus décisionnel, allant de pair avec une légitimité politique accrue, l'une entraînant l'autre et réciproquement. L'article 289 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) consacre cette évolution, en stipulant que "la procédure législative ordinaire [ancienne procédure de codécision] consiste en l'adoption d'un règlement, d'une directive ou d'une décision conjointement par le Parlement européen et le Conseil". Le Parlement est donc reconnu comme un co-législateur à part entière avec le Conseil, en tout cas pour tous les sujets non soumis à une règle d'exception.

Par ailleurs, le Traité de Lisbonne a élargi les compétences du Parlement. Le nombre de domaines où les actes législatifs sont soumis à la codécision a quasiment doublé, passant de 45 à 89, sur les 120 domaines définis dans le Traité. Les compétences en matière de marché intérieur et de protection des consommateurs, par exemple, ont été complétées par celles en matière d'asile et d'immigration, de politique agricole commune (PAC) et de politique commerciale commune, parmi de nombreuses autres. En matière budgétaire notamment, les progrès sont remarquables du fait de la suppression de la distinction entre dépenses obligatoires et dépenses non obligatoires, donnant ainsi au Parlement européen un pouvoir égal à celui du Conseil pour les principaux postes budgétaires de l'Union européenne qui lui échappaient partiellement auparavant : la PAC et les fonds de cohésion. Par ailleurs, en cas de désaccord avec le Conseil, le Parlement européen a le dernier mot : si le Parlement rejette le budget, celui-ci doit être revu, mais si c'est le Conseil qui le rejette, le Parlement peut tout de même l'adopter (sous certaines conditions de majorité supposant une forte cohésion interne du Parlement européen). Néanmoins, un comité de conciliation réunissant des représentants des deux institutions est préalablement réuni en cas de désaccord et doit permettre de dégager un compromis, assurant ainsi un certain équilibre entre le Parlement et le Conseil. Il est enfin à noter que le Parlement européen voit aussi ses pouvoirs étendus du simple fait que l'Union européenne elle-même possède, avec le Traité, des compétences plus étendues et peut légiférer sur davantage de domaines.

 

(Source : Le Monde).

mercredi, 01 février 2012

Café-Europe "L'Union européenne, cancre de la mondialisation ?", avec Claude Revel, à Amiens ce soir

cafe-logo.jpgPour consulter l'affiche, CLIQUEZ SUR CE LIEN : cafe-europe-fevrier-2012.pdf