Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 août 2013

Municipales Amiens 2014 : Soutenez ma candidature !

reseaux-sociaux.jpeg

Afin de soutenir ma candidature aux Municipales Amiens 2014, n'hésitez pas à "liker" mon récent statut sur facebook ou à retweeter mon dernier message sur twitter. La constitution de mon comité de soutien a commencé ! Bon été !

Communiqué de presse commun avec Hubert de Jenlis (en date du 24 juillet 2013)

Campagne.jpg

mercredi, 17 juillet 2013

Mon blog prend un peu de vacances avant une rentrée chargée ! A très vite !

__amiens_ville_600.jpg

Mon blog prend un peu de vacances et reprendra le jeudi 1er août pour vous proposer une programmation estivale.

L'année qui vient sera très chargée avec la campagne relative aux élections municipales, lesquelles auront lieu les dimanche 9 et 16 mars 2014.

Il est donc important que chacune et chacun recharge ses "batteries" durant ces vacances car la mobilisation de toutes et tous sera essentielle et vitale dans la reconquête d'Amiens.

Durant ces vacances, ma permanence est ouverte les jeudi 11, 18, 25 juillet, 22 et 29 août de 10 à 12 heures. Réouverture aux horaires habituels le lundi 2 septembre à 9 heures. En cas d'urgence, appelez le 06 47 54 95 47.

Pour l'heure, bonnes vacances à toutes et à tous, que vous partiez ou que vous restiez chez vous. C'est la qualité du repos, de la détente et des joies estivales partagées en famille ou avec des amis qui importent plus que tout...

PRUDENCE SUR LES ROUTES : CLIQUEZ ICI.

08:00 Publié dans Mon Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 16 juillet 2013

Une chanson pour les vacances

Olympe : Born to die. Le premier album d'Olympe sera dans les bacs des disquaires et en téléchargement sur Internet dès le 22 juillet.

Le 1er janvier prochain, la Lettonie entre dans la zone Euro

lettonie_2_euro.JPGPour lire l'article sur le site Eurocollec.info, CLIQUEZ ICI.

07:30 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

La nouvelle effigie de Marianne sur les timbres de La Poste

timbre-femen-marianne-boutin.jpg

Conception : Olivier Ciappa et David Kawena.

Le saviez-vous ? L'effigie de Marianne sur les timbres est une prérogative du président de la République, qui peut en choisir une nouvelle à chaque début de mandat. Cette Marianne restera donc comme celle choisie par François Hollande.

07:00 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 15 juillet 2013

Réaction de Jean-Louis Borloo, Président de l'UDI, suite à l'entretien télévisé du Président de la République



14-Juillet : les troupes africaines à l'honneur sur les Champs-Elysées

drapeau-france-europe.jpgPour lire l'article sur le site du quotidien Le Monde, CLIQUEZ ICI.

La Monnaie de Paris édite des pièces d'euros à l'effigie des valeurs de la République

page_1_rubrique_article_une (1).jpgPour lire l'article sur le site Votre Argent, CLIQUEZ ICI.

14:52 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 14 juillet 2013

Frehel : "La Java Bleue"

Bonne soirée à toutes les personnes qui se rendent dans les bals populaires !

Bonne Fête Nationale à toutes et à tous !

0b83c56e.gif

samedi, 13 juillet 2013

Les principaux résultats de la présidence semestrielle chypriote du Conseil de l'Union européenne

logo.gif

Pour lire l'article sur le site de la présidence chypriote, CLIQUEZ ICI. Depuis le 1er juillet, Chypre a passé le témoin à la Lituanie.

08:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 12 juillet 2013

Gilles Demailly et sa municipalité : le bilan canton par canton !

logo-nouvelle-energie-amien.jpgCe court document évoque les points positifs et les nombreux aspects négatifs du mandat du maire d'Amiens et de son équipe, depuis leur élection en mars 2008. Cette action de terrain et de réflexion a été rendue possible grâce aux délégués cantonaux de l'association, élus lors de l'assemblée générale de septembre 2011, qui alertent quotidiennement Brigitte Fouré sur ce qui va bien et ce qui va moins bien dans la villle d'Amiens et sa métropole.

 

Pour consulter le document, CLIQUEZ ICIconference-2013-.pdf

mercredi, 10 juillet 2013

Depuis le 1er juillet, la Croatie est le 28ème Etat-membre de l'Union européenne

Croatie.jpgPour lire l'article sur le site du quotidien Les Echos, CLIQUEZ ICI.

20:58 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 08 juillet 2013

L'agenda de ma semaine

2742693970.JPGLundi 8 juillet :

11h30-15h : réunion avec mes bénévoles puis visite à la Foire de la Saint-Jean

17h : rendez-vous à ma permanence

 

Mardi 9 juillet :

9h30 : rendez-vous à ma permanence

12h30 : déjeuner de travail

Après-midi : rendez-vous à ma permanence

 

Mercredi 10 juillet :

10h : délibérations à la faculté de droit

12h30 : déjeuner de travail

16h : rendez-vous à ma permanence

 

Jeudi 11 juillet:

10h-12h : permanence sans rendez-vous à ma permanence

12h30 : déjeuner de travail

 

Vendredi 12 juillet :

12h : réunion à la faculté de droit

 

Samedi 13 juillet :

18h30 : réception chez le Préfet de la Région Picardie.

 

Dimanche 14 juillet :

11h : manifestations officielles à Cagny puis déjeuner avec les élus

Journée organisée par le Comité de Quartier Saint-Honoré-Jeanne d’Arc.

 

 

16:50 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 07 juillet 2013

Publication du sondage IFOP - UDI - "Municipales Amiens 2014", en exclusivité pour France 3 Picardie


19-20 de France 3 Picardie du 14 juin 2013. Présentation : Florent Loiseau.

vendredi, 05 juillet 2013

Brigitte Fouré : « Je veux être la candidate qui propose un réel changement de cap sur la politique des déplacements à Amiens »

tramway-232479.jpg

COMMUNIQUE DE PRESSE

Vendredi, 5 juillet 2013

Brigitte Fouré : « Je veux être la candidate qui propose un réel changement de cap sur la politique des déplacements à Amiens  »

 

« A l’heure où s’achève à la fois le premier et le dernier mandat de Gilles Demailly, le constat que je tire de la politique des déplacements à Amiens est un échec sur plusieurs niveaux : Echec sur l’utilisation optimisé des modes alternatifs de déplacements à la voiture. Echec sur les aménagements invraisemblables tant en faveur des transports en commun et des pistes cyclables qu’envers les automobilistes. Echec en matière de concertation des habitants sur la réalisation des grands projets de déplacements, comme l’aménagement de l’axe Barni-Ferry et enfin, échec sur la bonne appréciation des amiénois vis-à-vis de la politique des déplacements.  

Durant ces cinq dernières années, les mécontentements des amiénois n’ont jamais été aussi nombreux et clairement affichés. C’est la raison pour laquelle j’ai créé une commission de réflexion sur les Déplacements urbains  en vue de préparer un programme clair et adapté aux amiénois.

Je veux être la candidate qui propose un réel changement de cap sur la politique des déplacements à Amiens. Cela doit passer par la préparation de nombreux projets comme l’arrivée du TGV à Amiens à l’horizon 2019, grâce à la mise en service du barreau Creil-Roissy, la desserte du CHRU et du futur pôle étudiant de la Citadelle. Pour cela, j’accompagnerai la mise en place du tramway mais je reverrai totalement le projet de Gilles Demailly qui me semble inadapté et incohérent sur de nombreux points. Je crois en effet qu’il faut relier les différents quartiers au centre-ville et permettre de dynamiser les secteurs concernés. Amiens Métropole a besoin de cet équipement structurant et ambitieux. Mais avec un financement maîtrisé et un tracé  efficace.

Ce moyen de transport doit redynamiser le centre-ville, attirer les entreprises et capter des investisseurs potentiels. Enfin, il permettra de créer des emplois grâce aux travaux réalisés, à l’exploitation future et au développement de projets dynamiques autour du projet. Si je suis élue maire, je donnerai la priorité à l’embauche locale sur le chantier.

 

Je souhaite également améliorer la qualité des déplacements pour tous en favorisant l’utilisation de transports en commun rapide, pratique, confortable et accessible tout en réalisant des économies d’énergie (meilleure qualité de l’air, diminution de la pollution sonore).

En outre, il faut intégrer ce projet à une refonte du système actuel : améliorer le plan de circulation des bus et, pourquoi pas, utiliser en grande partie les rails RFF pour faire circuler un tram-train en mettant en exergue l’offre déjà existante et en l’améliorant (gares de Longueau, Boves, quartier Saint-Roch, Dreuil, Saleux, Poix de Picardie, Corbie…)

Se déplacer aisément constitue un atout majeur pour la qualité de notre vie quotidienne, pour notre environnement, notre économie et pour l’attractivité de notre ville. Je veillerai qu’aucun quartier d’Amiens ne soit oublié dans la desserte des transports en commun.

Pour préciser toutes ces idées, je dévoilerai mes idées au cours du dernier trimestre de cette année, en réservant quelques surprises aux amiénois ».

 

 

CONTACT PRESSE - 06 47 54 95 47.

mercredi, 03 juillet 2013

Ecoutes par la NSA : L’UE doit enfin devenir une cyberpuissance dans le monde numérique

Vidéo_Catherine-Morin-Desailly240x270.jpgPour lire le communiqué de la Sénatrice UDI-NC Catherine Morin-Desailly : CLIQUEZ ICI.

lundi, 01 juillet 2013

L'agenda de ma semaine

Mairie.jpgLundi 1 juillet :

9h- 12h : permanence « logement » à ma permanence

13h30 : fête du cinéma

18h : Conseil d’Administration du collège Jean-Marc Laurent

19h30 : barbecue du Nouveau Centre de la Somme

 

Mardi 2 juillet :

14h-16h : rendez-vous personnel

16h45 : manifestation organisée en mémoire du train de la mort

 

Jeudi 4 juillet:

9h-12h : permanence sans rendez-vous à ma permanence

14h30 : rendez-vous à ma permanence

19h : réunion d’un groupe de travail à ma permanence

 

Vendredi 5 juillet :

Conférence de presse à ma permanence.

11:09 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 30 juin 2013

541èmes Fêtes Jeanne Hachette ce week-end à Beauvais

541emes-fetes-jeanne-hachette-de-beauvais-60--1162013203622mini.jpg

vendredi, 28 juin 2013

Hommage à Alain Mimoun, qui vient de nous quitter à 92 ans

mercredi, 26 juin 2013

UDI : Jean-Louis Borloo veut des "états generaux" de l'opposition

epu9mpbh.jpgPour lire l'article sur le site du Lab d'Europe 1, CLIQUEZ ICI.

lundi, 24 juin 2013

L'agenda de ma semaine

CG 80 Feuillants.JPGLundi 24 juin :

9h30 : session du Conseil Général

14h30 : commission « économie » du Conseil Général

18h45 : Assemblée Générale de l’ADUGA (agence d’urbanisme du Pays du Grand Amiénois)

 

Mardi 25 juin:

13h30 : réunion de travail à Paris

19h30 : dîner de fin d’année avec mes bénévoles

 

Mercredi 26 juin :

12h30 : déjeuner de travail à Paris avec Jean-Christophe Parisot

18h30 : réunion de travail organisée par Daniel Dubois avec des élus locaux

20h30 : réunion mensuelle du Nouveau Centre à Amiens

 

Jeudi 27 juin:

9h-12h : permanence sans rendez-vous à ma permanence

18h : Conseil Municipal de la Ville d’Amiens

 

Vendredi 28 juin :

Rendez-vous toute la journée à ma permanence

19h30 : dîner amical

 

Samedi 29 juin :

14h30 : goûter au Château Blanc

21h15 : fêtes Jeanne Hachette à Beauvais

 

Dimanche 30 juin :

12h : rèderie du Comité de Quartier Henriville

12h30 : fête champêtre organisée par le Comité de Quartier Longpré.

 

 

08:00 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 23 juin 2013

Paroles de bénévoles : Hervé Sellier

DSC_0130.JPG


2797904589.jpgChaque semaine, un membre de l'équipe de Brigitte Fouré se dévoile au moyen d'un questionnaire de Proust revisité. 

 

 


-Quelle est la date de ton anniversaire ?
 Le 5 mai.

 

-Quelle est ta profession ? Boucher-charcutier en retraite.

 

-Quelle est ta fonction au sein des bénévoles et de l’association des Amis de Brigitte Fouré – Nouvelle Energie pour Amiens ? Je m'occuppe de différents travaux de logistique pour l'association ainsi que des petits "boulots" liés au bricolage à la permanence. Certains bénévoles me surnomment même "MacGyver" !

 

-Une passion ou une pensée que tu affectionnes particulièrement ? Les voyages.

 .

-Un souvenir en particulier au sein de l’association ? Lors de la campagne présidentielle de 2012, les bénévoles ne soutenaient pas tous les mêmes candidats, ce qui a donné parfois lieu à de vives discussions !

 

-Ta ville préférée, exceptée Amiens ? Bordeaux (33).

 

-Ton sport préféré ? La chasse.

 

-Ton type de musique ? Le musette et la trompette.

 

-Ton plat préféré ? Il y en a tellement ! J'apprécie un bon steack-frites, tout simplement.

 

-Un souvenir d’enfance ? La venue du Général De Gaulle, lorsque j'étais enfant de choeur à Huppy (80), en 1949.

 

-Que ferais-tu si tu gagnais une somme d’argent importante à la loterie ? J'en ferais profiter mes enfants et petits-enfants et je bâtirais aussi une "senioriale" (un complexe d'appartements pour personnes âgées NDLR).

 

-Un mot que tu adores dire ? "Je t'aime".

 

-Une citation que tu apprécies ? "Le pire risque, c'est celui de ne pas en prendre". (Nicolas Sarkozy).

 

-Quel est ton plus grand rêve ? Que les Amiénoises et les Amiénois élisent Brigitte Fouré pour être leur Maire en 2014.

 

 


Propos recueillis par  Fabrice Hinschberger.

Photo : Patrick Pigout.

Logo : Julien Dugué.

samedi, 22 juin 2013

Profitez-bien de la Fête dans la Ville, une tradition culturelle amiénoise que j'aime beaucoup...

LREAA.jpg

vendredi, 21 juin 2013

Bonne fête de la musique !

affiche.jpg

mercredi, 19 juin 2013

Discours d'Hervé Morin au Conseil National de l'UDI ce week-end

13e4dfe0ba_HMorin2012ok-133.jpg

CONSEIL NATIONAL DE L’UDI
Samedi 15 juin 2013
Discours d’Hervé MORIN
Président du Conseil national

Seul le prononcé fait foi
Mes chers amis
Bienvenue à tous pour ce premier conseil national de l’UDI et surtout merci d’être venu si nombreux. Vous êtes 1500 à être venus de toute la France pour l’installation de ce qui est maintenant notre Parlement.
Comme c’est l’époque du mariage pour tous je voudrais d’abord vous donner des nouvelles du notre, je veux dire de celui que nous avons célébré il y a presque un an entre toutes nos chapelles. C’était à la Mutualité vous vous en souvenez tous. Najat Vallaud-Belkacem n’était pas là mais ça reste quand même un beau souvenir. Donc cela fait presque un an et je trouve que ça ne se passe si mal pour un mariage entre centristes qui comme vous le savez avaient la réputation d’être des gens assez volages. 
Qu’est-ce qui me fait dire que cette première année est positive ?   D’abord je constate que les réunions de famille se passent bien, en tous cas de ce que j’en vois chaque semaine à Paris ou dans mes déplacements. Secundo, je trouve que nous avons peu de divergences de fond. Nous parlons très souvent de la même voix. Je crois que l’une des raisons de la réussite de notre famille recomposée c’est aussi que chacun des époux a pu préserver son indépendance, son jardin secret, j’allais dire. D’ailleurs vous avez vu mesdames et messieurs de la presse que nous avons tous gardé notre nom de jeune fille à côté du nom de l’UDI. UDI nouveau centre, UDI radical, UDI-Alliance centriste, etc.Il y a autre chose qui me fait dire que c’est un couple qui peut durer c’est qu’il y a aussi des engueulades. Ici parce qu’un radical n’a pas compris qu’il n’était plus un célibataire endurci mais un jeune marié et qu’il ne devait pas laisser sa jeune épouse toute seule à la maison. Ailleurs parce qu’un nouveau centre veut tellement bien faire avec sa nouvelle compagne qu’il se brouille avec ses anciens camarades.
Je dois dire aussi que lorsque je compare notre couple aux autre, c’est encore le bonheur absolu. La famille Copé-Fillon, ça reste très très chaud paraît-il. Chez les Montebourg-Ayraut, là on se méprise et on ne se parle plus. Entre Marine et la petite nièce Maréchal ce n’est pas non plus la grande entente. Et je ne parle pas de Hollande et du cousin Mélenchon parce que là on frôle la guerre nucléaire à chaque repas de famille. Quoi ? Ah oui j’oubliais Bayrou. Bah lui il est tout seul donc il s’engueule avec lui-même ! 
Alors à côté de tout de ça, à côté de tant de rivalités et surtout de haines, vous voyez la grande famille UDI est sacrément soudée. C’est l’avantage quand on se marie sans que ce soit a priori le grand amour, au moins il n’y a pas de terribles désillusions et finalement le mariage est capable de devenir une longe et belle histoire d’amour car elle est passée par une longue construction.
Au final, j’ai le sentiment que notre UDI commence vraiment à ressembler à quelque chose. Des instances nationales et locales, notre premier Conseil national, deux groupes parlementaires, un président que tout le monde aime bien, moi le premier. Oui, ça prend tournure. Le centre est en situation de revenir sur les écrans radars.  Le printemps a peut être été pluvieux mais pour nous, il est source d’espoir car le ciel centriste a vu apparaître un certain nombre d’hirondelles, qu’il s’agisse d’élections ou de sondages.
Meyer Habib est depuis dimanche dernier notre 31ème député à l’Assemblée nationale. Il a réalisé un remarquable score en Israël et même dans les pays de sa circonscription où il n’était pas majoritaire, il a néanmoins dépassé les 40% ce qui lui a permis de s’imposer devant la candidate de l’UMP. Qui aurait pu croire, moins d’un an après notre naissance, que nous serions dans un tel rapport de forces ?
Et ce n’est pas tout.  Dans deux grandes villes de France où nous avons réalisé des sondages, dont un a été rendu public hier soir – celui d’Amiens – et bien que voit-on : que les candidats UDI s’imposent en primaire au premier tour face à l’UMP. Et qu’ils  sont les seuls à l’emporter au second tour face au maire sortant. Oui l’opposition a besoin de l’UDI pour gagner et l’UDI peut gagner sur certaines terres quand l’UMP ne le peut pas.
Certes, une ou même plusieurs hirondelles ne font pas le printemps mais j’en tire quand même une conclusion : en dépit de notre notoriété et notre image encore en constructions ; un candidat de l’UDI s’il est bon – et je dis bien s’il est bon - est capable de gagner face à n’importe quel candidat. Et cela, nous le devons d’abord à notre unité retrouvée qui doit nous faire, vous faire, relativiser les tensions qui peuvent apparaître ici et là dans quelques départements ;
Ne perdez jamais de vue cela. Notre crédibilité électorale est intimement liée à notre volonté et à notre capacité à nous rassembler.
Mes chers amis,
Nous avons choisi de consacrer ce premier Conseil national à la situation économique de notre pays et aux moyens de redresser une compétitivité fortement dégradée. 
C’est drôle, j’ai presque envie de m’excuser d’avoir choisi ce thème.  Ah bon, il y a encore des politiques qui s’intéressent au chômage ? Ah bon il y a encore des politiques qui s’intéressent à l’entreprise, qui se demandent comment améliorer notre commerce extérieur et réduire notre dette ? 
Et bien oui, aujourd’hui nous ne parlerons pas de Jérôme Cahuzac, de Liliane Bettencourt, de Claude Guéant ou de Bernard Tapie mais simplement du moyen de redonner de l’optimisme à nos compatriotes tellement inquiets par la situation de notre économie.
Un mot seulement sur les affaires et notamment celle de l’arbitrage de Bernard Tapie. Quelles que soient les turpitudes  ou les petits arrangements entre amis il y a derrière cela un sujet de fond que nous devrons traiter : comment une telle chose peut-elle arriver ? Moi je vous le dis, la cause profonde c’est la concentration absolue des pouvoirs entre les mains d’un monarque républicain. Dans une démocratie faite de contrôles et de contre-pouvoirs, dans une démocratie où les fonctionnaires ne se sentent pas obligés de plaire au prince pour leurs futures promotions, de telles choses ne se produiraient pas ou tout du moins seraient arrêtés à temps.
J’en ai fini avec cette incidente sur les affaires pour nous concentrer maintenant sur les vrais sujets, ceux qui concernent le quotidien des Français : le pouvoir d’achat, les retraites, la croissance, l’emploi.
Je mesure à chacun de mes  déplacements l’énorme effort de pédagogie que nous devons produire si nous voulons réussir les réformes et les changements dont la France a besoin. Ce que droite et gauche devraient dire chaque jour aux Français au lieu de les bercer d’illusions, c’est que nous ne sommes pas dans un crise ; nous affrontons un monde qui change  et qui change sous nos yeux.  Ce changement de monde, il n’est pas seulement économique ; il est aussi sociétal, il est démographique,  il est écologique, et il est bien entendu technologique.
Les qataris ne sont plus les bédouins de Tintin au pays de l’or noir. Ils achètent le PSG et le Printemps. On ne fait plus d’opérations bols de riz dans nos écoles pour les petits chinois, ce sont eux qui rachètent le Club Med et les grands crus de Bordeaux. Les produits made in Corée ce ne sont plus des T-shirts qui rétrécissaient au premier lavage mais des Smartphones ou des tablettes dernier cri. 
Hier, ma mère me disait quand je ne finissais pas mon assiette :  «  pense aux petits Indiens qui meurent de faim », Aujourd’hui, je dis à mes enfants : si vous continuez à empiler les mauvaises notes vous allez vous faire bouffer vos boulots par les petits Indiens, les petits Chinois, les petits Brésiliens  et même bientôt les petits Africains ».
Cette situation de profonde mutation, comparable à l’émergence de la Renaissance ou de l’ère industrielle, cette situation de clair-obscur avec ses conséquences sur l’emploi et le social, c’est ce qu’on a résumé souvent par la phrase de Gramsci : « La crise, c'est quand le vieux se meurt et que le jeune hésite à naître ». Cette phrase, elle est peut-être encore vraie pour la France mais clairement elle ne marche plus en Asie, en Amérique du sud ou aux Etats-Unis car eux ils sont à fond dans le neuf. Même le Japon est en train de repartir avec un rythme de croissance annuelle de plus de 3%. Il n’y a que les socialistes français pour refuser de voir cette révolution et surtout d’en tirer toutes les conséquences. Par idéologie, par aveuglement et surtout par manque de courage. 
Mes Chers amis,  ce que je vous propose c’est de prendre le chemin inverse des socialiste tant sur la méthode que sur le fond.
Vous serez cet après-midi appelés à voter sur un document d’orientation économique qui ambitionne d’apporter de vraies réponses au décrochage de l’économie française. et non pas des demi-mesures comme le CICE ou des recettes éculées comme contrats de génération. Ce que nous proposons est un vrai choc de compétitivité pour sortir la France d’un enlisement et d’un déclin qui mine nos compatriotes.
Rendez-vous compte qu’aujourd’hui nos jeunes issus des belles écoles financées par nos impôts se disent que pour aller trouver du boulot ,il faut partir à l’étranger. Moi, je ne me résouds pas à l’idée que les Français deviennent les immigrés du 21e siècle. 
Mes chers amis, les socialistes ont tué la confiance des forces créatrices. Entre les dispositifs fiscaux ahurissants sur l’investissement dans les entreprises, les déclarations de guerre d’un certain nombre de ministres sur Mittal ou pire encore sur la famille Peugeot dont la principale erreur a été en fait de maintenir une trop grande partie de sa production en France. Je veux que nous adressions un message de confiance aux pigeons au poussins au moineaux et à tous les volatiles qui tentent d’échapper aux chasseurs fous du Gouvernement. 
Oui nos mesures sont parfois brutales. Oui elles vont vous paraître parfois trop libérales. Mais il y urgence car la maison brûle. 
Qu’est-ce qui est finalement le plus important pour les Français ? 
Travailler quatre heure de plus par semaine pour redresser la compétitivité de l’économie française et donc lui donner les moyens de recréer massivement de l’emploi, ou se résoudre à ce que chaque mois 30 000 français perdent leur boulot ?
- Qu’est-ce qui est le plus important : 
Moderniser l’Etat et l’administration avec ses conséquences sur les agents publics  ou constater chaque année que son pouvoir d’achat ou sa liberté sont rognés par des prélèvements confiscatoires  ?  
-  Qu’est-ce qui est le plus important : 
Assouplir le droit du travail pour faciliter l’embauche et passer d’une logique de protection de l’emploi à une logique de protection des personnes, ou s’arc-bouter sur un droit du licenciement qui laisse les plus fragiles sur le bord de la route et freine la création d’emplois ?
Mes chers amis, il y a urgence car même des PME qui jusqu’alors passaient à travers les gouttes commencent à être touchées.  
C’est dur à entendre par une famille qui est frappée par le chômage et qui du jour au lendemain s’inquiète de son avenir, mais il faut revenir aux fondamentaux et dire aux Français que l’économie c’est un phénomène de création et de destruction, comme l’ont dit Nicolas Bouzou et Christian Saint-Etienne.
Un seul exemple, souvenez-vous : on déposait il y a vingt-cinq ans sa pellicule photo chez le photographe et on espérait la récupérer au mieux une semaine après. Ensuite, on a eu les photo shop : on récupérait le tirage le jour même et on trouvait cela formidable. Et aujourd’hui, à part pour les passionnés de photos, votre appareil c’est devenu votre téléphone portable. Kodak est mort et Apple triomphe. Et le solde d’emplois est largement positif. Tout cela, en vingt ans.
Pourquoi chaque dépôt de bilan est-il vécu comme un drame en France ? D’une part, parce que nous n’avons pas suffisamment de Google ou de Samsung national pour offrir un nouvel emploi. D’autre part, parce que quand nous en avons, nous les vilipendons plus souvent qu’à leur tour. Et enfin, parce qu’une très grande partie des personnels des entreprises appartenant à l’ancienne économie n’ont pas la formation qui leur permettrait de se reclasser plus facilement.
C’est pourquoi, avec Jean-Louis Borloo, nous défendons un système de formation professionnelle enfin efficient. Un système qui s’adresse à ceux qui en ont le plus besoin : les salariés les moins qualifiés qui seront un jour où l’autre touché par les mutations de l’économie.  
Nous proposons donc de mettre fin au paritarisme de gestion et au millefeuille administratif de la formation professionnelle pour la confier à un interlocuteur unique  qui s’appuiera bien entendu sur les partenaires sociaux pour construire les plans de formation. Certains souhaitent une agence nationale, moi je dis que nous devons confier cette mission aux régions pour en faire des acteurs essentiels du développement régional.
Second sujet où nos propositions vont faire date. Les 39 heures et ce choc de compétitivité d’au moins 50 milliards lorsque l’allongement de la durée du travail est couplée avec une TVA compétitivité qui permet d’alléger massivement le cout du travail et aussi d’améliorer le pouvoir d’achat des salariés par la réduction des cotisations sociales salariales. Comme le dit jean Arthuis, taxer les produits plutôt que la production. 
Sur la question des 35 heures, sujet que je connais bien pour avoir été le porte parole de l’UDF contre les lois Aubry, nous n’avons cessé de dénoncer cette erreur historique de les mettre en place dans un continent où tous les pays travaillent davantage. Au minimum 37 heures, et souvent 40 heures.
Oui, historiquement le temps de travail est appelé à se réduire au fur et à mesure de l’accroissement de la productivité. Mais non , il ne fallait pas réduire brutalement et de façon généralisée le temps de travail dans un seul pays quand aucun autre de nos concurrents n’empruntait le même chemin.
Reconnaissons-le aussi, nous n’avons cessé de les dénoncer mais nous n’avons jamais véritablement osé remettre en cause les 35 heures : le paiement des heures supplémentaires façon Sarkozy était certes une bonne mesure pour améliorer le pouvoir d’achat des salariés et faciliter l’augmentation de la production quand l’activité l’exigeait. Mais elle ne résolvait en rien la question fondamentale de la compétitivité des entreprises françaises.
Oui c’est audacieux de dire aux Français qu’on va travailler 4 heures de plus pour le même salaire. Mais très franchement, quand il y a dix ans,  on travaillait 39 heures par semaine, est-ce que c’était autant le bagne que cela ?
Est-ce que le bagne pour les Français, cela n’est pas plutôt des enfants sans boulot, des chiffres du chômage chaque mois plus déprimants, des impôts toujours plus élevés et des entreprises qui ferment les unes après les autres? Les Français, dans leur histoire, ont démontré leur capacité à rebondir et à produire tous les efforts nécessaires pour que notre pays se redressent. 
Je suis certain que si cet effort collectif était couplé à un vrai effort dans la gestion publique et aussi à une exemplarité du politique, les Français l’accepteraient. 
Pour sauver les retraites, il va falloir travailler davantage de semestres dans sa vie active.
Pour sauver notre économie et notre pouvoir d’achat, il va falloir aussi travailler davantage chaque semaine.
Mes chers amis, je sais que ce n’est pas très populaire mais je suis fier que notre formation politique soit capable d’affronter ces sujets sans fard, sans trompe-l’œil et avec une exigence de vérité.
Revaloriser la politique, ce n’est certainement pas permettre à chaque Français d’aller consulter le patrimoine de votre député à la préfecture. Non revaloriser la politique c’est d’abord avoir le courage de dire aux Français la vérité et d’entreprendre des réformes vitales pour notre pays même si elles sont dures à entendre et non pas comme Monsieur Hollande raconter cyniquement des bobards aux Français pour se faire réélire et ensuite inventer une autre histoire.
Et ce courage, qui finira par être reconnu par les Français, nous l’avons aussi quand nous abordons une des questions centrales de l’économie française : le niveau excessif de nos prélèvements obligatoires lié à un niveau de dépenses publiques sans équivalent en Europe. D’ailleurs, quand j’entends le Front de gauche nous dire que la France est dans les mains du capitalisme et de l’ultra-libéralisme, cela me fait sourire quand plus de 56% de la richesse produite chaque année transite par les budgets publics.
Vous voyez, cela ne me dérangerait pas de payer beaucoup d’impôts et d’avoir un niveau de dépenses publiques aussi élevé si j’avais le sentiment que c’est efficace et que j’en ai pour mon argent. Mais qui oserait dire que les autres  pays européens sont sous-administrés, que la France souffre moins de précarité et de pauvreté ? Qu’ils ont une école moins bonne que la nôtre ou une justice qui fonctionne moins bien ? Personne n’oserait dire cela. Et pourtant , ils ont trois, quatre, cinq, sept points de dépense publique de moins que nous . L’Australie dont la dépense publique représente 35% du PIB soit 21 points de moins que la France, a même le second indice de développement humain au monde.
C’est donc bien que nous avons un vrai problème d’organisation de notre système public et d’efficacité des politiques publiques. Vous avez lu ce que nous proposons. Je suis convaincu que cet effort là est possible, car je l’ai fait au ministère de la défense où nous avons réalisé 1 milliard 600 millions d’euros d’économies de fonctionnement. Un tout petit exemple : rien qu’en regroupant l’achat du mobilier et de la téléphonie mobile, nous avons réalisé 50 millions d’euros d’économies. Au moment où les fins de mois sont de plus en plus difficile, la réorganisation de la sphère publique est un devoir, une exigence à l’égard des Français.
Mes Chers amis, 
Ce monde nouveau, trop de français le voient comme un monde hostile. Comme une agression. Comme une régression. Je veux vous dire, et je veux leur dire que  le recroquevillement, les barricades aux frontières et les herses sur les plages c’est le déclin garanti. 
L’histoire de l’humanité nous l’enseigne : toutes les nations qui se sont refermées sont des sociétés qui ont fini par mourir. 
Ce monde nouveau, il est fait pour nous. Des centaines de millions de consommateurs accèdent au rang de classe moyenne. Ils veulent consommer comme nous.   
Ce monde nouveau fait de matière grise, d’intelligence, d’innovation, de marketing, de créativité, de réseaux, c’est notre monde.
Nous avons les laboratoires, les chercheurs, les grandes écoles de commerce et d’ingénieurs, les centres de formation. Et en plus, nous avons des fondations solides : notre culture, notre art de vivre, notre géographie, nos infrastructures, notre présence sur les cinq continents, de grandes entreprises mondiales.
Nous avons tout pour gagner. Il nous suffit d’y croire et d’engager quatre ou cinq politiques qui nous permettraient de préserver notre modèle et de redevenir une nation conquérante. 
Moi, vous l’avez compris je voudrais que nous imaginions des lendemains que nous pourrions aimer. La vocation de l’UDI n’est pas de regarder en arrière. Elle est de regarder loin devant. Elle est d’éclairer ce début de siècle comme nos prédécesseurs ont éclairé le siècle précédent. « Regarder l’avenir c’est déjà le changer », dit-on souvent. C’est ce à quoi je vous appelle aujourd’hui. Oui soyons disponibles à toutes les idées même à celles qui dérangent, oui soyons disponibles à toutes les interrogations même à celles encore sans réponses.
Grâce à vous, grâce à votre présence et à votre enthousiasme, nous pouvons lancer à toute la France un message très clair qui, n’en doutez pas, sera entendu : oui l’UDI avance, oui l’UDI travaille, oui il faudra compter avec l’UDI dans tous les scrutins à venir.

 

Je vous remercie.


Hervé Morin

lundi, 17 juin 2013

L'agenda de ma semaine

Mairie.jpgLundi 17 juin :

9h30 : réunion de groupe au Conseil Général

14h-16h : surveillance d’examen à la faculté de Sciences Humaines et Sociales

18h : rendez-vous à ma permanence

18h30 : réunion de groupe au Conseil Municipal

 

Mardi 18 juin:

8h45-14h15 : surveillance d’examen à la faculté de droit

18h30 : réunion de travail à Paris

 

Mercredi 19 juin :

9h30-11h : réunion avec mes bénévoles

11h : Assemblée Générale Ordinaire de l’ADIL

12h30 : déjeuner de travail

15h : rendez-vous à ma permanence

17h : Assemblée Générale des Assurances Mutuelles de Picardie

18h : commission des finances de la Ville d’Amiens

 

Jeudi 20 juin:

9h-12h : permanence sans rendez-vous à ma permanence

16h : visite des Halles

18h : commission démocratie et vie associative de la Ville d’Amiens

19h30 : réunion de travail à ma permanence

 

Vendredi 21 juin :

10h : réunion du CDEF (Centre Départemental de l’Enfance et de la Famille)

11h : débat sur les travaux publics.

 

08:00 Publié dans Mon Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 16 juin 2013

Bonne fête à tous les papas !

fête-des-peres-2009.jpg

samedi, 15 juin 2013

Brigitte Fouré en tête d'un sondage IFOP pour les municipales et réaction d'Olivier Jardé

Mairie.jpgDans la course à l'investiture à droite pour les municipales de 2014 à Amiens, Brigitte Fouré a marqué des points. Elle a annoncé vendredi -alors que son parti devait communiquer mardi- être arrivée en tête du sondage destiné à départager les prétendants du Nouveau Centre. Arrivé en deuxième position, Olivier Jardé, "déçu", a sitôt fait savoir qu'il "accepte les conclusions" de cette consultation réalisée par IFOP auprès de 700 personnes. Néanmoins, Olivier Jardé indique aussi qu'il ne sera pas présent sur la liste de droite aux municipales.
Désormais, les instances centristes vont choisir entre Brigitte Fouré et Hubert de Jenlis. Ce dernier appartient à l'UDI, un parti dont le Nouveau Centre est une composante. "Ce sera Brigitte Fouré, avec qui je m'entends très bien, ou moi", a précisé vendredi Hubert de Jenlis. 

 

Le communiqué d'Olivier Jardé :


319595_10150394853533612_1678989220_n.jpg"Les résultats du sondage commandé par le Nouveau Centre pour tester les différentes candidatures de la droite aux élections municipales de mars 2014 viennent de m'être communiqués.Brigitte Fouré arrive en tête et le sondage la donne gagnante au second tour face à Gilles Demailly alors que je ne serais qu'à égalité et qu'Alain Gest perdrait. Le renoncement de Gilles Demailly à se présenter fausse quelque peu le résultat de ce sondage mais ne saurait, à mes yeux, être un motif de contestation. Conformément à mon engagement je félicite très amicalement Brigitte, je me retire de la compétition et me mettrais à sa disposition dès que la Commission Nationale d'Investiture de l'UDI la désignera, comme candidate de notre formation politique. Je remercie très chaleureusement toutes celles et ceux qui m'ont aidés avec dévouement et efficacité sans compter leur temps, leur engagement et leur volonté de changer...

La suite sur le site du quotidien Le Courrier Picard : CLIQUEZ ICI.