Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 mai 2022

Les journées portes ouvertes à la Ferme de Grâce, c'est aujourd'hui !

ferme-de-grace-jpg-gyl0ba.jpg

 

— CENTRES DE VACANCES ET DE LOISIRS POUR ENFANTS —

• Découverte des animaux de la ferme • Grimpe d'arbre • Fabrication d'hôtel à insectes • Fabrication de nichoirs • Impression numérique • Dégustations • Parcours sensoriels • Atelier théâtre • Ludothèque Momenjeu. Entrée libre.

La Ferme de Grâce est située sur la route de Saveuse, à Amiens. Renseignements au 03 22 43 18 02.

(Source : amiens.fr).

mercredi, 18 mai 2022

A Amiens, l'Institut Faire Faces est un atout pour la santé et la recherche européenne

IFF.jpg

Mesdames, Messieurs,

 

Je suis particulièrement heureuse et fière d’être parmi vous aujourd’hui pour inaugurer ce bâtiment de l’Institut Faire Faces.

L’Institut a été créé en 2009 par les professeurs Devauchelle et Testelin, à la suite de la première greffe mondiale qu’ils ont réalisée en 2005.

Centre de recherche et d’enseignement autour de la chirurgie maxillo-faciale unique en Europe, son objectif est de développer de nouvelles approches diagnostiques et thérapeutiques afin de redonner forme et fonctions aux visages défigurés à la suite d’une malformation congénitale, d’un traumatisme ou d’une tumeur.

Pour remplir sa mission, l’Institut développe des programmes dans 3 champs d’action complémentaires: la recherche, la formation et l’information.

Votre travail, je le sais est aujourd'hui parfois malmené par des injonctions contradictoires, des réformes vécues comme permanente et je le sais aussi ce sont des impatiences, parfois des doutes qui peuvent vous animer.

Pourtant, et c’est une première réalité que je veux ici rappeler, grâce à vous et à vos efforts, notre système de santé reste notre force et notre fierté. C’est grâce à votre dévouement extrême que le système tient encore. D’ailleurs les Français, vos patients, vous le reconnaissent. Ils portent une très haute considération à l’ensemble des professionnels de santé. Et permettez-moi, ici, aujourd’hui, en leur nom, de vous remercier et de vous témoigner solennellement de notre reconnaissance républicaine.

Personne ne souhaite se faire soigner ailleurs qu’en France, beaucoup de nos voisins nous envient l’excellence de notre système de soins. Nous sommes attachés à notre modèle qui associe une médecine hospitalière, publique et privée, et une médecine libérale.

Grâce à ce modèle original, la France est ce pays où arrivé à l’âge de 60 ans, l’espérance de vie des Françaises et des Français se situe au 2ème rang des pays du monde. C’est en France que le reste à charge des ménages pour leur santé est le plus faible des pays du monde. Il atteint moins de 8 % en 2017. Et cela tient d’abord à un haut niveau de couverture par la Sécurité sociale et l’ensemble de celles et ceux qui couvrent ces risques qui constitue un acquis qu’il faut préserver.

Le bâtiment que nous inaugurons ce matin est un espace ouvert, favorisant collaborations et partages des connaissances entre chercheurs, praticiens et le public.

D’une superficie de 3700 m2, conçu par le cabinet Architecture Studio, que je tiens à féliciter pour ce remarquable travail, le bâtiment compte trois étages et regroupera les ressources matérielles et humaines dont l’Institut dispose pour mener à bien sa triple vocation :

 

Recherche : le bâtiment héberge les moyens techniques d’exploration, d’analyse et de simulation (laboratoires de biologie, d’ingénierie tissulaire, plateformes d’imagerie et de robotique) nécessaires à l’équipe de recherche multidisciplinaire de l’Institut, l’équipe CHIMERE de l’UPJV, dont le contenu scientifique a été qualifié de « mûr et excellent » par le Haut Conseil de l’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur.

Enseignement : l’amphithéâtre de 135 places, équipé des toutes dernières technologies et connecté aux blocs opératoires du CHU, les espaces de réunions et débriefings, ainsi que la plateforme de chirurgie expérimentale de 8 tables, sont utilisés pour proposer à la communauté scientifique des formations aux techniques chirurgicales de pointe, par une double approche réelle et virtuelle;

Information : la galerie d’exposition, espace d’échanges et de partage des connaissances ouvert à tous, accueillera expositions et présentations sur la thématique de l’Institut, afin de sensibiliser le plus grand nombre au handicap facial et à la chirurgie reconstructrice et régénératrice du visage.

 

A l’origine de tout cela, je le rappelle, c’est le professeur Bernard Devauchelle qui réalisa, en 2005, avec le Professeur Jean-Michel Dubernard, de Lyon, et dont je salue la mémoire en ce jour, une première mondiale en greffant une partie de visage sur la face d’une patiente, défigurée après une tentative de suicide et les morsures de son chien. La greffe concernait le nez, les lèvres et le menton de la patiente. Le monde entier avait commenté cette prouesse médicale réalisée à Amiens.

Avec l’inauguration de ce bâtiment, je souhaite que d’autres chercheurs, d’autres médecins, d’autres professeurs continuent à porter haut et loin l’excellence du travail du Professeur Devauchelle et qu’Amiens continue à rayonner et à gagner du terrain sur une santé au service de l’Humanité.

 

 

(Discours prononcé le samedi 7 mai 2022 lors de l'inauguration du bâtiment l'Institut Faire Faces, à Amiens).

lundi, 16 mai 2022

Joyeux anniversaires !

anniversaire.jpgLe saviez-vous? Amiens célèbre ce mois-ci les 60 ans de son jumelage avec la ville de Dortmund (Allemagne) et les 70 ans du Zoo ! Des festivités réjouissantes en ce printemps ensoleillé !...

samedi, 14 mai 2022

Exposition à la Galerie Totem : 0,01% sur Terre

0,001 Galerie Totem.jpg

mercredi, 11 mai 2022

Voter est un droit, c'est aussi un devoir civique !

Vote.jpgSur votre carte électorale, vous pouvez lire notre devise nationale : Liberté, Égalité, Fraternité. La Liberté, valeur essentielle sans laquelle – justement – nous ne pourrions nous exprimer et choisir notre avenir. L’Égalité, car chaque citoyen dispose des mêmes droits et devoirs devant la Nation, et chaque voix compte. La Fraternité, qui nous rappelle que nous sommes tous des êtres humains qui doivent se respecter, s’écouter et s’entraider. Le droit de vote inscrit dans la Constitution est également un devoir, nécessaire au bon fonctionnement démocratique de notre pays, puisque c’est grâce aux différents scrutins auxquels nous sommes convoqués que nous choisissons nos représentants, donc les orientations politiques qui président à leur action.

Des orientations qui sont déterminantes dans la vie quotidienne de chacune et chacun d’entre nous. Le suffrage universel fut toujours une bataille. D’abord contre l’argent, puisqu’il y avait le cens qu’il fallait respecter pour pouvoir voter. Puis ensuite, après 1848, le combat des femmes jusqu’en 1944. Puis encore après pour que les jeunes de 18 ans et plus puissent enfin voter en 1974. L’histoire n’est pas linéaire. L’histoire n’est pas radieuse. Il faut toujours du combat. Et même dans un grand pays comme la France, le pays des droits de l’Homme, on avait oublié un moment les femmes. Alors nous devons toujours nous mobiliser pour que les droits conquis soient des droits assurés, exercés, respectés. Le droit de voter, c’est le droit de façonner son destin. Le droit d’être éligible, c’est la capacité de le changer. Prenons les unes et les autres notre destin en mains, dans la perspective des élections législatives des 12 et 19 juin, le prochain rendez-vous démocratique du pays.

 

(Tribune politique du groupe Amiens ensemble au conseil municipal d'Amiens, paru dans le JDA 1011 daté du 27 avril 2022)

lundi, 09 mai 2022

C'est la Journée de l'Europe !

Drapeau europeen.jpg

dimanche, 08 mai 2022

Armistice du 8 mai 1945 : Souviens-toi !

Drapeau national français.jpg

samedi, 07 mai 2022

"Statues modèles" au Musée de Picardie

Statues modèles.jpg

mercredi, 04 mai 2022

Discours prononcé lors du Concert de soutien au Peuple Ukrainien*

Ukraine.jpgMesdames et Messieurs, Chers amis de la Paix,

 

« Un jour viendra où les armes vous tomberont des mains. Un jour viendra où la guerre paraîtra aussi absurde […] entre Paris et Londres, entre Saint-Pétersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu’elle paraîtrait absurde aujourd’hui entre Rouen et Amiens.

Un jour viendra où l’on verra […] les États-Unis d’Amérique et les États-Unis d’Europe, […] se tendant la main par-dessus les mers, échangeant leurs produits, leur commerce, leur industrie, leurs arts, leurs génies.

Et Français, Anglais, Belges, Allemands, Russes, Slaves, Européens, qu’avons-nous à faire pour arriver le plus tôt possible à ce grand jour ? Nous aimer. Nous aimer ! […]

Il y aura sur le monde un flot de lumière. Et qu’est-ce que c’est que toute cette lumière ? C’est la liberté. Et qu’est-ce que c’est que toute cette liberté ? C’est la paix ».

Ainsi s’exprimait Victor Hugo, le 21 août 1849, au Congrès des Amis de la Paix Universelle, à Paris. Hélas, depuis ce grand discours humaniste, les Hommes n’ont cessé de se faire la guerre. Seule la création de l’Union européenne, dont les prémices se situent en 1950 avec le discours de l’Horloge de Robert Schuman, a apporté une forme d’espérance au monde et à notre continent durant ces dernières décennies.

Pourtant, depuis le 24 février, comme le titrait le journal Libération dès le lendemain, nous assistons à L’impensable. La guerre est de retour aux portes de l’Union européenne, sur le sol de l’Ukraine. Et il ne s’agit pas d’un conflit interne résultant d’un problème national mais d’un procédé que l’on pensait révolu en Europe : l’invasion d’une nation par une autre. Près d’un mois après, le bilan est déjà très lourd à ce jour : 19 000 morts, 2000 blessés, 10 millions de personnes déplacées, 1700 bâtiments détruits et 108 milliards d’euros de dommages matériels.

Oui, nous assistons avec indignation et inquiétude à la violation, par le gouvernement russe, de la souveraineté nationale et territoriale de l'Ukraine. Cette atteinte, extrêmement grave, aux libertés d'un peuple et d'un Etat démocratique, nous choque et nous affecte profondément. Aussi, par notre présence ici ce soir, nous apportons symboliquement tout notre soutien au peuple ukrainien et lui exprimons notre plus entière solidarité. Nos pensées vont particulièrement aux responsables politiques et aux habitants des villes d’Ukraine et notamment de Lviv et de Kharkiv avec lesquels les équipes municipales et les associations d'Amiens ont coopéré pendant plusieurs années, dans les domaines de la démocratie locale et de la jeunesse. Pour l'heure, nous nous joignons à la douleur des familles endeuillées par la mort de soldats ou de civils et apportons notre plus complet soutien à  Volodymyr  Zelensky, Président de l'Ukraine, qui doit s’exprimer demain par visio devant l’Assemblée Nationale française, et à son peuple. Plus que jamais, nous sommes animés du désir et de l'ambition de faire de notre Ville une capitale européenne de l'interculturalité et de l'amitié entre les peuples.

C’est pourquoi je remercie tous les partenaires qui ont rendu possible le temps fort que nous vivons ce soir : merci aux élèves du Conservatoire à Rayonnement Régional, à l’Agence régionale du livre et de la lecture ainsi qu’à l’Orchestre de Picardie, mené par Arie van Beek. Je n’oublie pas à cette occasion de mentionner que notre orchestre régional comprend des musiciennes et musiciens de toutes nationalités, y compris russes, qui n’ont toutes et tous qu’un seul dessein pour notre monde : l’établissement de la Paix et du vivre-ensemble, sans lesquels rien n’est possible.

Merci également à Pierre Savreux, Vice-président d’Amiens Métropole délégué à la Culture et au Patrimoine ainsi qu’à Sébastien Auchart, directeur de l’action culturelle et du patrimoine et à l’ensemble des services de la Ville, de la Métropole et du Cirque Jules-Verne, pour leur précieuse aide technique et logistique.

J’ajoute que les Amiénoises et les Amiénois sont mobilisés pour aider les Ukrainiens. Vous pouvez retrouver toutes ces initiatives et y apporter votre soutien sur le site Internet de la Ville et de la Métropole : amiens.fr. Je signale à ce propos que le concert de ce soir est organisé en soutien à la Croix-Rouge.

Je conclurai mon intervention, si vous le voulez bien, par une anecdote personnelle, en rappelant ceci : à l’occasion de l’entrée dans l’Union européenne de la Pologne, le 1er mai 2004, dont la ville allemande de Görlitz est frontalière, le maire avait invité tous ses homologues des villes jumelées avec Görlitz, dont Amiens. Cet événement était très important pour les habitants car, après la seconde guerre mondiale, la vieille ville, coupée par le fleuve Öder, avait séparé la population entre les dictatures de Pologne et d’Allemagne de l’est. Pour l’occasion, une grande fête avait été organisée sur le pont de la ville. Les Allemands y tenaient beaucoup, tant le souvenir du rideau de fer était intolérable pour eux.  L’image qui restera en moi à jamais est celle-ci : pour symboliser leur entrée dans l’Union européenne, les Polonais attendaient d’un côté du pont et les Allemands de l’autre. Et puis, des enfants polonais portant des costumes très fleuris sont venus main dans la main en chantant l’Hymne à la joie, invitant ainsi les deux Peuples à se rejoindre. Quinze ans après la chute du mur de Berlin et la réunification des deux Allemagne, je peux vous dire que j’ai eu le sentiment à ce moment-là d’assister plus encore à l’unification de l’Europe et à la naissance de la civilisation européenne du droit et de la paix.

Car seules deux choses peuvent faire émerger un monde de Paix :

-En premier lieu, une société administrée par le droit, un droit soucieux du bonheur des citoyennes et citoyens et qui respecte les Droits de l’Homme.

-Et en second lieu, la culture. Car, comme le disait Albert Camus : « Sans la culture, et la liberté relative qu'elle suppose, la société, même parfaite, n'est qu'une jungle. C'est pourquoi toute création authentique est un don à l'avenir ».

 

 

Je vous remercie pour votre attention et pour votre présence ce soir.

Vive la France, vive l’Ukraine, vive l’Europe !

 

 

*22 mars 2022, Cirque Jules Verne, Amiens.

lundi, 02 mai 2022

A Amiens, le budget participatif prend son envol

Budget participatif.jpegLe 1er février dernier, Amiens a lancé son deuxième budget participatif d’un montant d’un million d’euros pour transformer durablement la démocratie locale dans la ville. Ainsi, pour la deuxième fois, les Amiénois avaient la possibilité de proposer des idées, de voter pour leurs projets préférés et d’en confier la réalisation aux services. Ce dispositif permet aux habitants de proposer des projets d’investissement qui répondent à leurs besoins, à leurs attentes dans un souci de constante amélioration de leur cadre de vie.

Les projets présentés par les habitants dans le cadre du budget participatif peuvent concerner un bâtiment, un site, une rue, un secteur d’habitation ou l’ensemble du territoire de la ville. Tous les domaines peuvent être abordés : bien-vivre ensemble, transition écologique, développement économique. Les Amiénoises et les Amiénois ont répondu présents à l'appel en nombre et les dossiers sont maintenant à l'instruction par les services de la Ville. Plus d'informations à venir sur ce blog !

(Source : amiens.fr).

Les nouveaux rendez-vous de mon blog

Muguet.jpgLundi : Zoom sur les trois axes du programme Amiens ensemble, de la majorité municipale d'Amiens, que j'ai l'honneur de conduire en tant que Maire.

Mercredi : Un texte pour aller plus loin dans notre réflexion et ouvrir des horizons.

Samedi : L'image de la semaine.

(Ce programme peut-être modifié par le calendrier ou l'actualité).

Nouveau départ !

Muguet.jpgJe suis très heureuse de vous retrouver sur ce blog, qui prend un nouveau départ aujourd'hui !