Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 25 octobre 2013

Discours de Brigitte Fouré lors de la restitution du travail des groupes de réflexion "Amiens pour Vous" le 16 octobre

Amiens est une ville exceptionnelle. J’y suis née et je l’aime. Pendant 13 ans aux côtés de Gilles de Robien et cinq années en tant que Maire, j’ai consacré tout mon temps, toute mon énergie à la transformer et à améliorer la qualité de vie des amiénois.

Et je me suis préparée à devenir la prochaine maire d’Amiens, si les Amiénoises et les Amiénois m’accordent leur confiance.

Pour moi, Amiens n’est ni un moyen ni un tremplin. Ce n’est pas une ville relais, ce n’est pas une ville moyenne (comme nous avons pu l’entendre dire par le maire actuel).

 Amiens, c’est une capitale régionale.

Une capitale régionale qui créée des emplois, attire des entreprises, favorise la recherche, et veille à la tranquillité de ses habitants…

Je suis fière d’Amiens, fière des Amiénoises et des Amiénois. Cette fierté exige un engagement exclusif, un dévouement de chaque instant.

 Comme vous avez pu le constater, en matière de développement économique Amiens s’endort peu à peu. A ce jour Amiens Métropole ronronne sans véritable stratégie. Au cours de son mandat, l’équipe actuelle n’a su fixer un cap, beaucoup de sujets ont été mis de côtés voire oubliés, par conséquent, nous avons pris trop de retards, par rapport aux autres villes. Il est nécessaire que nous rattrapions ce retard en termes d’attractivité économique, de transports, d’aménagements dans les quartiers…

 

 

APV.jpgPour cela : Il est temps de mettre fin aux actions de bricolage !

 

Durant ces six dernières années, la majorité municipale s’est approprié des dossiers impulsés par ses prédécesseurs comme par exemple l’antenne santé à Amiens-Nord, le projet Citadelle ou encore les immeubles « Oxygène » et « Terralia », situés gare-la-vallée.

Elle a repris des programmes existants, en en changeant l’appellation, afin de tenter de faire croire qu’il s’agissait d’actions nouvelles : ce fut le cas de l’animation estivale « d’Amiens les Bains » au lieu « d’Amiens les couleurs de l’été », « de Parfums d’hiver » au lieu du « marché de Noël » ou encore des « rencontres d’automne », pour les personnes d’âgées, devenues « les Rencontres d’octobre ».

 

Tout comme la ville s’est gargarisée de ses innovations en matière de démocratie locale. Elle a sabordé les Comités de quartiers qui drainaient des centaines de personnes, pour les remplacer par 4 conseils d’habitants regroupant 112 amiénois ! D’après les nombreux retours que j’ai pu avoir avec les citoyens, les Amiénois pointent de nombreuses incohérences ou insuffisances par rapport au mandat du maire sortant. Le bilan est jugé sévèrement.   

 

APV.jpgJe propose de remettre toute cette organisation à plat, avant qu’elle ne vire au système !

 

Amiens a su si souvent prouver sa force et sa singularité. Son histoire, son audace, ses valeurs de liberté et de tolérance, son tempérament rebelle aussi, voilà des atouts majeurs. À l’heure où l’Etat réforme les collectivités territoriales, plus que jamais, nous avons besoin d’un projet et d’une énergie à la hauteur des enjeux du XXIe siècle. Oui, les villes peuvent changer le monde. C’est ce que je vous propose. Amiens, ville ouverte sur le monde, c’est Amiens qui rayonne et qui captive par son offre culturelle universelle, inventive et frondeuse, par son mode de vie bienveillant, à la fois doux et innovant, par la créativité de ses chercheurs et de ses entreprises, par la vitalité de sa jeunesse,  par son renouvellement urbain et architectural. Amiens ville pour chacun, surtout. Amiens pour Vous !

 

Je veux porter avec et pour les Amiénois un projet de progrès et de justice sociale.

 

Un projet qui permet aux familles d’accéder à un logement.

Un projet qui propose des transports plus confortables, plus fréquents, mieux adaptés.

Un projet qui fait la part belle aux circulations douces et aux véhicules électriques.

Un projet qui contribue à la création d’emplois de toutes qualifications, notamment dans l’économie numérique.

Un projet qui poursuit l’effort entrepris pour que la nature ait davantage sa place dans la ville, pour que la qualité de l’air s’améliore, que les énergies renouvelables et de récupération augmentent de façon considérable.

Un projet qui fait de la propreté des rues l’affaire de tous.

Un projet qui assure la sécurité et la tranquillité à tous les Amiénois sans tomber dans les travers du discours sécuritaire.

Un projet de justice, qui fédère, mobilise et suscite toutes les solidarités, attentif à nos aînés comme à nos enfants mais aussi aux plus fragiles. 

 

APV.jpgFace au développement d’autres villes en Picardie, je ferai en sorte qu’Amiens soit « l’épicentre de la Picardie ».

 

Le maire ne doit plus être en retrait des grands dossiers, nous l’avons suffisamment observé ces six dernières années, le maire doit être en première ligne pour représenter, écouter, défendre et agir sur les grands projets.  

Je compte faire de « l’emploi et de l’attractivité économique », un de mes sujets prioritaires pour les Amiénois. Je veux pour cela, impulser une stratégie de développement économique  offensive sur le territoire :

-          pour donner du travail à ceux qui sont en situation de difficulté

-          pour assurer le bon développement des quartiers et leur dynamisme

Pour cela, il faudra notamment repenser l’avenir de l’industrie sur la zone industrielle Nord 

 

Dans une économie mondialisée, Amiens doit se positionner avec des pôles d’excellence.

Je veux être la candidate qui impulsera un réel changement de cap dans la politique des déplacements sur Amiens, en plaçant non pas le débat sur l’unique tramway, dont nous verrons en temps voulu s’il peut se faire ou pas, mais sur des modes de déplacements innovants, de qualités et économiques…

 

Ma politique vise à favoriser l’intermodalité. Et je compte bien aller tirer les sonnettes à Bruxelles, une ville que je connais bien pour y avoir siégé deux années en tant que députée, pour obtenir des financements de l’Union européenne. Des financements qui sont souvent plus faciles à obtenir à Bruxelles que de l’Etat, à Paris, croyez mon expérience !

 


En conclusion, je veux dire que l’innovation est et restera le moteur de la croissance pour la France comme pour Amiens. Les conditions de réussite du renouveau économique sont plurielles : une municipalité inspirant la confiance et l’esprit d’entreprise, un scénario écrit-souhaité et non subi, un renforcement du capital humain, une stratégie énergétique claire, une politique de formation lisible. Les secteurs en croissance à l’horizon 2030 reposent sur l’évolution du comportement des consommateurs, la transformation des activités et des compétences. Une analyse économique sans concession doit porter sur la concurrence des  métropoles. Amiens doit négocier son rôle de plate-forme entre Paris, Londres et Bruxelles pour les pays émergents à forte croissance et d’accès privilégié au marché européen.

 

Amiens a besoin d’une vraie politique. Je m’appuierai sur sa tradition pour proposer une société juste, moderne, inventive et apaisée, dans laquelle chaque citoyen, chaque citoyenne aura sa place. Pour cela, notre ville a besoin d’une stratégie de développement, d’une équipe soudée autour d’un vrai pilote qui sache définir un cap. Si vous me faites confiance, je serai ce pilote. J’engage dès ce soir le rassemblement de toutes les bonnes volontés et je vous invite à me rejoindre et à entrer en campagne avec moi et avec l’équipe foisonnante et diversifiée que je mettrai en place dans les prochaines semaines. Amiens a besoin de tous et je compte sur vous !

 

Vive la République, Vive la France, Vive l’Europe et Vive Amiens !


(Seul le discours prononcé fait foi).

Commentaires

"Je veux être la candidate qui impulsera un réel changement de cap dans la politique des déplacements sur Amiens, en plaçant non pas le débat sur l’unique tramway, dont nous verrons en temps voulu s’il peut se faire ou pas, mais sur des modes de déplacements innovants, de qualités et économiques…"

En lisant ça, on a l'impression que vous remettez en cause le tramway.

Une ville comme Amiens se doit d'avoir un tram. Si vous gagnez les municipales, le tracé du tram sera-t-il revu ?

Écrit par : Tomas | samedi, 26 octobre 2013

Vous avez été maire d'Amiens de 2002 à 2008. Vous portez l'entière responsabilité de la défaite de 2008 et vous voulez reprendre cette ville avec les mêmes recettes et en faisant alliance avec M. Gest qui dans cette alliance ne veut que détruire le centre, ce qu'il ne manque pas d'affirmer. Vous vous êtes autoproclamée tête de liste en écartant Hubert de Jenlis et en laissant la métropole à l'UMP Gest. Je ne voterai pas pour vous.

Écrit par : Dominique Petit | dimanche, 27 octobre 2013

A Toma: la ville d'Amiens se doit d'avoir un tram, ou un autre mode de transport en commun moderne et innovant...
A Dominique Petit: je ne répondrai pas ici à la 1° partie de vos propos mais je suis tout à fait prête à aborder le sujet directement avec vous. Je me contenterai de rappeler que j'ai été investie par le Nouveau Centre puis par l'UDI.Hubert de Jenlis a quant à lui, renoncé à se présenter. Même si vous ne votez ,pas pour moi, je reste à votre disposition pour en discuter.

Écrit par : Brigitte Fouré | lundi, 28 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.