Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 juillet 2012

L'actu européenne en bref

UE.jpg

-Entente cordiale. Le président de la République Française François Hollande a effectué sa première visite officielle au Royaume-Uni le 10 juillet. Il y a rencontré la Reine Elizabeth II et le Premier Ministre David Cameron.

 

-Génocide arménien. Franck Papazian, co-président du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF), a affirmé lundi 9 juillet à l'AFP qu'un projet de loi serait "présenté à l'automne" par le gouvernement français afin de pénaliser la négation du génocide arménien.

De son côté, le sénateur PS Philippe Kaltenbach a indiqué le même jour dans un communiqué, avoir demandé aux présidents socialistes du Sénat et de l'Assemblée nationale la création d'un groupe de travail parlementaire sur la pénalisation de la négation du génocide arménien.

 

-Espagne. Les ministres des Finances de la zone euro se sont mis d'accord dans la nuit du 9 au 10 juillet sur les modalités de leur aide à l'Espagne, avec un premier versement de 30 milliards d'euros à la fin du mois, a annoncé leur chef de file Jean-Claude Juncker.


-Zone Euro. L'indéboulonnable Jean-Claude Juncker sera sans doute reconduit pour quelques mois à la tête de l'Eurogroupe, mais ce n'est que le début de l'histoire: la France et l'Allemagne planchent sur l'installation, dès l'an prochain, d'un «super M. Euro» afin de doter la monnaie unique d'un responsable plus politique, plus visible et plus international que l'actuel premier ministre luxembourgeois.


-Angela Merkel. Quelques semaines après le sommet européen de fin juin où elle avait semblé céder du terrain à l'Italie et à l'Espagne, la chancelière allemande Angela Merkel a essayé de reprendre la main dimanche en se montrant ferme face aux pays de la zone euro qui demandent des aides financières. C'est sur la télévision allemande ZDF que la chancelière a tenté de contre-attaquer dans la bataille de la crise de la dette : "Toutes les tentatives (...) de dire ‘soyons solidaires mais sans rien contrôler, sans aucune contrepartie, toutes ces tentatives n'auront aucune chance face à moi, face à l'Allemagne", a-t-elle déclaré. Elle a également réaffirmé la responsabilité des Etats même lorsque l'aide financière est destinée au seul secteur bancaire, comme c'est le cas avec l'Espagne. "Le gouvernement espagnol est évidemment garant des aides dans le cadre du programme pour l'Espagne", a-t-elle martelé, ajoutant qu'il n'y avait eu "aucune discussion" sur une possible modification de ces règles de garantie au sommet européen. Les députés allemands doivent se prononcer le 19 juillet, lors d'une session extraordinaire, sur l'aide européenne à l'Espagne à hauteur de 100 milliards d'euros maximum pour recapitaliser ses banques en grande difficulté.
Angela Merkel a également appelé la Grèce à respecter les accords passés avec la troïka des créanciers (Union européenne, Fonds monétaire international et Banque centrale européenne). "Le respect des engagements est un bien très précieux", a-t-elle souligné, tout en appelant à attendre le rapport de la Troïka, qui doit reprendre prochainement à Athènes sa mission d'audit des comptes grecs, avant de se prononcer sur la suite à donner à l'aide aux Grecs. Mme Merkel a par ailleurs appelé à rendre l'Europe "plus contraignante" pour qu'on "ne puisse plus tout simplement s'affranchir de règlements décidés ensemble".

 

-Culture (1). Le projet de rapport sur la « distribution en ligne des œuvres audiovisuelles dans l'Union européenne » rédigé par Jean-Marie Cavada a été voté récemment en Commission Culture du Parlement européen à une très large majorité. Le projet de rapport met en évidence la progression de l'offre légale des œuvres audiovisuelles en ligne et se concentre sur la mise en place de stratégies communautaires pour aller vers un véritable marché unique des contenus numériques en ligne. Il encourage une numérisation ambitieuse et responsable des œuvres audiovisuelles de notre patrimoine, et la valorisation des expressions et des contenus audiovisuels. La création et la qualité y sont présentées comme des ressources essentielles pour les industries audiovisuelles.
Il incite la signature au niveau européen d'accords collectifs ou contractuels entre les représentants des auteurs, des artistes interprètes et les producteurs pour développer de bonnes pratiques équitables et assurer une rémunération des ayant droits pour l'exploitation future de leurs œuvres en ligne.

 

-Culture (2). A l'occasion de l'échange de vues de la Commission Culture au Parlement européen sur le projet de rapport "Europe créative", dont la rapporteure est la Députée italienne Sylvia Costa, Jean-Marie Cavada, Député européen a maintenu ses fortes réserves sur le projet de règlement proposé par la Commission européenne.

Il renouvelle les recommandations qu'il avait formulées le 26 avril dernier lors de l'audition publique et souligne quatre de ses principales revendications :
-    L’étanchéité des deux volets « média » et « culture » n'est toujours pas assurée en l'état actuel du texte.
-    La dotation budgétaire stagne en volume, contrairement à ce que la Commission affirme et il est impossible en l'état de garantir aux professionnels européens de la culture et des médias, non seulement une augmentation des moyens mais encore de donner de la clarté au programme.
-    S'agissant des médias, il existe aujourd’hui une signature claire et lisible qui permet d'identifier les projets bénéficiant du label « MEDIA ». Réputé en Europe, ce label est synonyme de qualité, alors dans ces conditions, quelles sont les raisons qui ont amené la Commission à vouloir faire disparaître cette dénomination emblématique pour une autre marque qui sera dès lors très floue ? Jean-Marie Cavada regrette cette décision et mettra tout en œuvre pour en demander son maintien dans la base juridique du texte.
-    Par ailleurs, les acteurs du secteur culturel, dont l'affectation de prêts pour leurs projets est souvent difficile, voient apparaître de nouveaux intermédiaires financiers qui auront autorité pour déterminer les critères d’éligibilité. Un réel risque de "marchandiser" les propositions se dessine alors, au détriment des projets moins rentables mais dont l'esprit humain ne saurait cependant se passer.
Jean-Marie Cavada réclame un changement de position de la part de la Commission européenne dans l'intérêt général et restera d'une extrême vigilance sur le texte qui sera proposé cet automne.

 

-Culture (3). Les aides à la culture prennent souvent une forme lourde et complexe. Face à ce constat et suite aux travaux menés par le groupe de travail sur le financement des services culturels, la sénatrice de Seine-Maritime Catherine Morin-Desailly (Union centriste et républicaine) vice-présidente de la commission des affaires européennes et de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication, a pris l’initiative d’adresser à la Commission européenne un avis politique préconisant d’alléger la lourdeur administrative des règles européennes.

Cet avis politique, adopté à l’unanimité par la Commission des affaires européennes, demande à l’institution européenne d’adopter rapidement un règlement dispensant les aides à la culture des contrôles européens de droit commun.

Catherine Morin-Desailly, proche des élus locaux, connait bien leurs préoccupations : « A force de soumettre l’action culturelle des collectivités à une trop grande lourdeur administrative, nous prenons le risque de décourager ou d’écarter un grand nombre d’acteurs culturels. L’allègement des règles européennes est une nécessité. »

En tant que rapporteur de l’action culturelle et de la stratégie numérique pour la commission des affaires européennes, Catherine Morin-Desailly s’appuiera sur ces travaux pour poursuivre son action « Fervente européenne, je ne conçois pas l’Europe comme un frein mais comme une chance supplémentaire d’encourager tout ce qui participe du dynamisme et de la vitalité de l’action culturelle. »


-Palmarès des villes embouteillées. Varsovie et Marseille sont les deux villes les plus embouteillées d'Europe, selon une étude réalisée par le fabricant de navigateurs GPS TomTom publiée mardi. Varsovie est en tête de ce classement de 31 villes européennes, suivie de Marseille, Rome, Bruxelles et Paris. Dans la capitale polonaise, le temps de trajet est 42% plus long dans les bouchons que quand la circulation est fluide et 89% plus long pendant l'heure de pointe du matin.

 

-Coût de la vie en France. Le gouvernement français va proposer une limitation à 2% cet été de la hausse des tarifs du train (hors TGV), du gaz et de l'électricité. Une "mesure de protection du pouvoir d'achat", qui concerne la SNCF, GDF-Suez et EDF, selon le gouvernement.


-Eurovision. C'est la chanteuse suédoise Loreen et son titre Euphoria (Auteurs: Thomas G:son, Peter Boström. Compositeurs: Thomas G:son, Peter Boström) , qui ont remporté le 57ème Concours Eurovision de la Chanson le 26 mai dernier à Bakou (Azerbaïdjan). Il s'agit de la cinquième victoire de la Suède. Rendez-vous à Malmö en 2013 !

10:30 Publié dans Europe, France | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Moi cette femme, Angela Merkel, elle est sensationnelle. Je pense qu'elle sera la nouvelle Margareth Tchatcher de L'europe. J'ai été ici physiotherapeute en train de suivre ma session de physiothérapie quand elle était en train d'annoncer cette mesure.

Écrit par : damebochie | samedi, 29 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.